Avec plus de 30 000 inscrits pour sa 2e édition de BIG 2016, Bpifrance a réuni start-ups, ETI, grands comptes et entrepreneurs.

L'Image du jour

Avec plus de 30 000 inscrits pour sa 2e édition de BIG 2016, Bpifrance a réuni start-ups, ETI, grands comptes et entrepreneurs.

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Aux Etats-Unis la confidentialité des informations est loin d'être assurée

Aux Etats-Unis la confidentialité des informations est loin d'être assurée

L'université de l'Etat de Washington, à Seattle, s'est penchée sur le traitement réservé aux informations confidentielles aux Etats-Unis. Selon les chercheurs, 200 000 données comportant des informations aussi importantes que le numéro de sécurité sociale, le numéro de carte bancaire ou la date de naissance seraient dispersées chaque mois dans la nature ou égarées. Mieux, le total des données perdues depuis les années 80 frôlerait les 72 millions. Une véritable aubaine pour les fraudeurs et les escrocs en tout genre, sans oublier les spécialistes du renseignement. La faute n'en reviendrait pas majoritairement aux cyberpirates mais bien à l'Administration américaine, aux entreprises privées et aux organismes indépendants. Ceux-ci endosseraient 61% des incidents divers (mise en ligne par distraction, pertes de supports numériques, absence de systèmes de sécurité fiables...) qui sont autant d'atteintes à la vie privée des individus. Les données confidentielles des entreprises font également l'objet de « bavures ». Les cyberpirates seraient quant à eux responsables de 31% des détournements d'information, tandis que 9% seraient dus à des causes inconnues. Ce qui n'est pas le moins inquiétant. Ces résultats recoupent ceux provenant d'autres sources. Ainsi un rapport de l'IT Policy Compliance Group, qui regroupe à la fois des entreprises privées comme Symantec et des instituts de recherche, attribuait la grande majorité des pertes et des détournements d'informations confidentielles à des erreurs humaines. Selon ce document publié la semaine dernière, les hackers ne seraient responsables « que » de 20% des fuites de données sensibles.



Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité