Advertisement
Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

L'Image du jour

Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Avec sa plateforme cloud, Nervana étend la portée du deep learning

Co-fondateur de la start-up Nervana, son CEO Naveen Rao était auparavant chercheur chez Qualcomm et travaillait sur les machines neuromorphiques. (crédit : D.R.)

Co-fondateur de la start-up Nervana, son CEO Naveen Rao était auparavant chercheur chez Qualcomm et travaillait sur les machines neuromorphiques. (crédit : D.R.)

Dirigée par un ancien responsable de Qualcomm, la startup Nervana fournit aux entreprises une plateforme cloud et un framework basé sur Python, neon, qui supporte tous les modèles couramment utilisés par les technologies de deep learning (convnets, MLPs, RNNs, LSTMs, autoencoders...)

Jusqu’à présent, le deep learning était surtout réservé aux grosses entreprises, mais cela commence à changer. Hier, Nervana, une start-up travaillant sur les technologies d’intelligence artificielle (IA) a lancé une offre cloud dite de deep learning à la demande. L’ambition de la plate-forme hébergée Nervana Cloud est de permettre aux entreprises de toutes tailles de déployer rapidement des outils de deep learning sans avoir à investir dans des équipements d'infrastructure ou à recruter une équipe d'experts. Basée sur le framework open source neon de Nervana, l'offre full-stack est optimisée pour gérer de façon évolutive des calculs complexes d'apprentissage machine. Basé sur Python, neon supporte tous les modèles couramment utilisés par les technologies de deep learning (convnets, MLPs, RNNs, LSTMs, autoencoders...).

Selon Nervana, sa plateforme est plus de 10 fois plus rapide que toute autre plateforme de même nature dans le cloud. Ses services permettent aux scientifiques d’élaborer, de tester et de déployer rapidement des technologies d’apprentissage profond pour leurs données internes. Parmi les applications possibles, Nervana cite la lutte contre la fraude à la carte de crédit, une meilleure précision des diagnostics médicaux, le développement des voitures intelligentes et la recherche d’une efficacité énergétique plus performante. « Les tests de réseaux deep-learning peuvent prendre 10 à 20 semaines », a déclaré dans une interview Naveen Rao, cofondateur et CEO de Nervana, « Nous voulions réduire ce temps à quelques heures ».

Utilisé dans la domaine de la santé, de l'énergie, de la finance...

Nervana Cloud est disponible en tant que service cloud public ou en mode hybride. Les utilisateurs actuels s’en servent pour améliorer le rendement des cultures et pour trouver des moyens d’exploration pétrolière plus efficaces. Ce secteur émergent est en train de gagner en popularité. La société intervient aussi dans les secteurs de l'agriculture, de la finance, de l'automobile et des services en ligne. Le mois dernier, Microsoft a livré sur GitHub une boîte à outils qu’il utilise en interne pour l'apprentissage profond, et Google a conclu un partenariat avec Movidius pour amener l'intelligence artificielle dans les appareils mobiles.

Basée en Californie, la startup Nervana a été fondée en 2014 pour rendre l’intelligence artificielle plus accessible. Sur ses 40 salariés, 13 viennent d’universités comme Harvard, Stanford, le MIT et Caltech. « L'idée était de travailler sur le plus gros challenge informatique de notre temps », explique son CEO. « Aujourd'hui, il s’agit vraiment de faire des déductions utiles à partir de l’analyse des données ».

A l'étude, un processeur conçu pour les réseaux neuronaux profonds

Nervana travaille aussi sur un nouveau processeur conçu spécifiquement pour les réseaux neuronaux profonds, comme l’a déclaré Naveen Rao. Lui-même est un ancien de Qualcomm, ainsi qu’un des autres co-fondateurs de la startup, Arjun Bansal. « La plupart du temps, les processeurs ont été conçus pour des usages généralistes, mais nous avons voulu développer une puce adaptée aux réseaux neuronaux profonds. La future puce devrait multiplier par 10 les performances des GPU actuels », prévoit le CEO de Nervana. Les prototypes de puces devraient être prêts en décembre. Nervana pense également que le service cloud sera pleinement disponible au cours du premier trimestre de l'année prochaine. « Si vous dites que l’on va passer de 10 millisecondes à une milliseconde, ça n’impressionne personne », a déclaré le CEO. « Mais si vous dites que vous allez passer de 10 semaines à une semaine ou à un jour, vous voyez mieux le gain que vous pourrez en tirer ».

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
07 Mars 1983 n°92
Publicité
Publicité
Publicité