Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

L'Image du jour

Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Avenir Telecom achève son désengagement de la vente de détail

Avenir Telecom souhaite se délester du parc résiduel de ses boutiques Internity. (crédit : D.R.)

Avenir Telecom souhaite se délester du parc résiduel de ses boutiques Internity. (crédit : D.R.)

Après avoir été placé en redressement judiciaire le 4 janvier, Avenir Telecom termine son désengagement de la vente de détail en fermant ses 80 dernières boutiques Internity en France.

Malgré un recentrage de son activité sur la conception de produits arborant ses marques ou celles de tiers (en licence exclusive), Avenir Telecom n'est pas parvenu à sortir de la passe difficile qu'il traverse depuis plusieurs années. Résultat, le grossiste et revendeur a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Marseille le 4 janvier. Ses difficultés sont principalement dues à l'exploitation de sa chaîne de magasins à l'enseigne Internity. 

« La décision des opérateurs Télécom, depuis 2013, de mettre fin aux contrats qui les liaient aux sociétés de distribution telles qu'Avenir Telecom nous a conduit dans une impasse. Malheureusement, aujourd'hui, non seulement le réseau Internity n'est plus rentable, mais il impacte très fortement tout le Groupe et le déstabilise », explique Jean-Daniel Beurnier, le président d'Avenir Telecom.

Se concentrer sur ses marques en propre

Pour l'entreprise, c'est maintenant une période d'observation de six mois qui commence. Elle va la mettre à profit pour se délester totalement de son réseau de boutiques. En France, il est encore constitué de 80 magasins auxquels sont rattachés 260 emplois. Au cours des derniers trimestres, les points de ventes d'Avenir Télécom avaient déjà été soumis à une importante cure de minceur. Alors qu'il était encore de 414 (dans l'Hexagone et à l'étranger) à la fin septembre 2014, le nombre de points de vente de l'entreprise avait été ramené à 223 un an plus tard.

En toute logique, cette restructuration a alourdit la perte de revenus issus des ventes de services, notamment de celles des forfaits mobiles. Au premier semestre de l'exercice 2015-2016, l'activité services d'Avenir Telecom ne pesait ainsi plus que 27,5 M€, soit 65% de moins qu'un an plus tôt.

En revanche, la distribution en gros de produits conçus par Avenir Télécom a généré 27,1 M€ de facturations, soit 36,7% de mieux qu'au premier semestre de l'exercice 2014-2015. La société propose notamment la marque Yezz pour les mobiles alternatifs, Energizer Hard Case pour les mobiles durcis, Energizer pour les câbles et les cartes mémoires. Le grossiste a également créé la gamme Oxo, une collection d'accessoires élégants pour smartphones. Il mise également beaucoup sur le potentiel de l'IoT avec les marques BeeWi et toute sa gamme SmartHome. Tous ces produits sont déjà commercialisés dans plus de 60 pays. Las, cela ne suffit pas à soutenir le chiffre d'affaires global de la société qui s'est encore replié de 43,3% à 52,8 M€ au premier semestre de son exercice en cours.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
15 Octobre 1990 n°428
Publicité
Publicité
Publicité