Advertisement
Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

L'Image du jour

Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Axa tambours battants dans la transformation numérique

Le jour même de sa nomination, Thomas Buberl, se fixe comme priorité la transformation numérique d'Axa. (crédit : D.R.)

Le jour même de sa nomination, Thomas Buberl, se fixe comme priorité la transformation numérique d'Axa. (crédit : D.R.)

Suite au départ d'Henri de Castries du poste de PDG d'Axa, l'allemand Thomas Buberl devient directeur général et Denis Duverne en devient le président. En juin, un plan stratégique dans lequel le numérique occupera une place prépondérante sera présenté.

Double surprise : Henri de Castries quitte son poste de Pdg d'Axa et il est remplacé à la direction générale (*) par un allemand, Thomas Buberl, patron des opérations outre-Rhin. Un saut de génération, on passe de 61 à 42 ans et un choc de culture, le groupe français, né dans les mutuelles, sera dirigée par un allemand.

Dans sa première interview, accordée au Financial Times le jour même de sa nomination, Thomas Buberl a indiqué vouloir se concentrer sur la transformation numérique du groupe, plutôt que sur des acquisitions. « La question est de savoir si nous devons augmenter de taille ou bien si nous devons mettre l'accent sur la transformation de notre modèle d'affaires en s'engageant dans un avenir numérique. Je pense que le numérique devra être notre objectif principal. » L'industrie de l'assurance est effectivement en pleine mutation. Au lieu d'avoir quelques données sur lesquelles mesurer le risque, et en calculer le prix, il y a maintenant une quantité illimitée de mesures possibles en temps réel. Exemple, les boîtes noires installées dans les voitures pour mesurer la sécurité de conduite. Les assureurs utilisent également les données de santé.

Vers un changement de concurrence

Il est également crucial pour l'avenir d'Axa, note Thomas Buberl, d'aller vers le numérique pour éviter d'être perturbé par les nouveaux entrants potentiels sur le marché. « Aujourd'hui, nos compétiteurs se nomment Allianz et Generali, mais demain il pourraient s'appeler Google et Facebook ». Et Axa se fait fort, toujours par le digital, de mieux aider le groupe à améliorer ses relations avec les clients, en interagissant directement avec eux en ligne. « L'assurance souffre traditionnellement d'un manque de contact avec ses clients. Nous voulons faire plus ».

Cela ne veut pas dire qu'Axa tourne définitivement le dos aux acquisitions, mais celles de grande envergure ne sont plus la priorité. « L'avenir sera plus axé sur les transactions de petite taille ». Le groupe parti des Mutuelles de Rouen s'est manifesté tout au long de son histoire par de nombreuses acquisitions comme, en France, Drouot ou l'UAP, ainsi qu'aux Etats-Unis Alliance Bernstein, sans oublier d'autres partout dans le monde : au Mexique, au Japon, en Chine, en Turquie etc...

Henri de Castries a précisé que l'expansion rapide en Asie avait été un succès. En revanche, certains investissements en Europe centrale et orientale avaient été des erreurs. Il avait « sous-estimé les défis de la gouvernance ».

(*) Le poste de PDG est réparti entre Thomas Buberl, directeur général et Denis Duverne, jusqu'alors directeur général qui devient Président.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
07 Mars 1983 n°92
Publicité
Publicité
Publicité