Un Apple 1 s'est vendu 950 000$ mercredi à New-York par la maison Bonham, ce qui représente près du double des estimations.

L'Image du jour

Un Apple 1 s'est vendu 950 000$ mercredi à New-York par la maison Bonham, ce qui représente près du double des estimations.

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Pour sa 1e offre cloud, Cloudwatt se limite au stockage

Crédits Photos: D.R.

Crédits Photos: D.R.

Cloudwatt a officialisé hier sa première offre de cloud. Concurrent direct d'outils tels que DropBox, Cloudwatt-Box propose des services de stockage et de sauvegarde de données avec la garantie d'un traitement sur le sol français.

Enfin. C'est le premier mot qui vient à l'esprit lorsque l'on apprend l'officialisation de la première offre de Cloudwatt. Il faut dire que le cloud souverain, né comme son concurrent Numergy des investissements d'avenir, aura mis du temps à proposer son premier service. Et encore, il s'agit ici que d'une offre de stockage en ligne, toujours rien du coté du cloud compute. Une situation qui selon Pierre Paperon, directeur marketing de Cloudwatt, s'explique par un projet démarré à partir d'une page blanche : "Cloudwatt n'a été créée qu'il y a un an, soit 3 à 4 ans de retard par rapport à d'autres acteurs mondiaux. L'entreprise est passée de 0 à 90 personnes, il a fallu structurer les équipes et les organiser, sans oublier la création de l'écosystème avec des partenaires. Toutes ces étapes auront en effet pris du temps, mais c'est la vitesse de développement du projet à partir de maintenant qu'il va être intéressant de mesurer, et plus encore, l'accélération de celui-ci" .

Le choix de la conception d'un cloud à partir des outils Open Source d'OpenStack n'aura pas non plus facilité le développement de la solution. Une décision difficile que Pierre Paperon défend pourtant. "Nous proposons une transparence à laquelle tout le monde ne peut pas prétendre" affirme-t-il.  Un avantage de taille donc, pour un choix qui n'avait pas été simple à faire. Il y a un an, seulement deux acteurs européens étaient alors présents au sein de la Fondation OpenStack.

Une offre tournée vers les professionnels

L'outil n'en reste pas moins tourné vers les entreprises nécessitant des solutions de stockage et de sauvegarde de données. Cloudwatt-box intègre ainsi sur la partie collaborative la possibilité de créer des espaces d'hébergement de fichiers partagés entre les utilisateurs. Des espaces pouvant d'ailleurs être ouverts en externe à des utilisateurs ne faisant pas partie de l'entreprise. Selon Pierre Paperon, ce sont ainsi plus de 10 millions de grandes entreprises privées ou publiques, PME mais aussi TPE et auto-entrepreneurs, sans oublier les collectivités locales, les associations, les indépendants ou encore les professions libérales qui pourraient bénéficier de ce service.

Interrogé sur le prix de la solution, jugé chère par certains acteurs du marché, Pierre Paperon s'explique. "Si le besoin est une box avec 3 utilisateurs et 50 Go, le prix sera de 126 euros. Difficile à battre" juge-t-il. La tarification comprend le coût du stockage (pour l'instant jusqu'à 500 To à 400 000 euros HT) et un coût par groupe d'utilisateurs. Un prix qui comprends de plus un avantage de taille: le stockage de toutes les données sur le sol français. Avec les dernières révélations concernant le programme américain Prism, nul doute que les entreprises seront sensibles à cet aspect.

Une concurrence qui s'annonce féroce


Du côté du second cloud souverain, Numergy, rappelons que les premières offres sont disponibles depuis près d'un an et que la configuration de VM à la carte - un service toujours aux abonnés absents chez Cloudwatt - a été lancé en mai dernier. Précisons tout de même que celui-ci avait pu démarrer ses activités en avance grâce aux infrastructures techniques apportées par SFR. Numergy ne sera malgré tout pas le seul concurrent de Cloudwatt. Le marché français regorge en effet de fournisseurs de cloud. OVH, Ikoula, Cheops Technology, NFrance, Orange, Atos ou encore Bouygues Telecom sont autant d'acteurs auxquels il faudra faire face sur le marché français du cloud.

Article de Adrien Geneste

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 23/10/2013 à 16h15 par fx59 (Membre) :

Je suis abusé de voir si peu de richesse dans leurs offres en autant de temps et de moyens. De mon point de vue, le prix n'a rien d'alléchant.
Cloudwatt est parti pour s'éteindre à ce rythme. La concurrence, et je ne parle pas du souverain numergy, est bien plus avancée.

Signaler un abus

le 18/10/2013 à 18h17 par Visiteur3100 :

Très franchement, c'est quoi ce genre d'usine à gaz avec 90 personnes pour refaire en moins bien et plus cher avec nos impôts (en tout cas des emprunts qui seront remboursés par nos impôts) ce qui existe déjà ailleurs (tous ceux que vous citez et des tas d'autres comme wimi, etc..) moins chers, opérationnels et financés par des fonds privés ?

Signaler un abus

le 16/10/2013 à 10h55 par Visiteur3074 :

En juin de cette année ils promettaient une sortie de l'offre "au début de l'été", ils ont donc pris 3 mois de retard en un mois. Comment peut-on justifier cela par la création de l'entreprise il y a un an tout en se félicitant de leur vitesse de travail actuelle ?

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité