Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Cyberpiratage bancaire : La justice US inculpe 7 Iraniens

Les Gardiens de la Révolution constituent l'armée d'élite du régime de Téhéran. (crédit : D.R.)

Les Gardiens de la Révolution constituent l'armée d'élite du régime de Téhéran. (crédit : D.R.)

Dans le collimateur de la justice américaine pour avoir mené des opérations d'intrusion et de blocage dans les systèmes d'information d'une quarantaine de banques et d'institutions financières, 7 Iraniens soupçonnés d'être liés aux Gardiens de la Révolution ont été inculpés.

De Bank of America, à ING Bank, en passant par le Nasdaq ou encore le New York Stock Exchange : de 2011 à 2013 ce sont pas moins d'une quarantaine d'établissements bancaires et d'institutions financières qui ont été visées, aux Etats-Unis, par des actions de cyberpiratage. Des actions qui prenaient notamment la forme d'attaques par déni de service (DDoS) afin de saturer les serveurs en requêtes pour les faire tomber.

A l'occasion d'une conférence de presse, la ministre américaine de la justice Loretta Lynch, et le directeur du FBI, James Comey, ont annoncé l'inculpation de 7 Iraniens qui seraient tous apparemment liés aux Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite iranienne.  « Ces personnes ont mis ou tenté de mettre hors d’usage des serveurs appartenant à ces organisations afin de les empêcher de mener leurs transactions avec leurs clients en ligne », peut-on lire dans le document à charge, pointant également une « campagne coordonnée et de grande échelle visant à nuire aux affaires de ces organisations ». Les 7 personnes inculpées ont travaillé notamment pour ITSec Team et Mersad, des entreprises qui ont effectué des missions pour le compte du gouvernement iranien. 

Un avertissement qui se veut efficace

Pour autant, la tâche s'annonce rude pour que la justice américaine mettent la main sur les 7 inculpés, ne sachant pas pour l'heure où ils se trouvent actuellement. Des inculpations qui sonnent d'ailleurs avant tout comme un coup de semonce à l'attention d'autres apprentis cyberpirates. « Les cybercriminels croient souvent qu’ils peuvent s’en prendre aux Etats-Unis sans risque », a indiqué James Comey. « Le message de cette affaire est que nous les traquerons dans le monde entier et les ferons payer, où qu’ils se trouvent, nous les atteindrons. Nous voulons qu’ils regardent par-dessus leur épaule à chaque fois qu’ils voyagent ou qu’ils s’installent devant leur clavier. » Reste maintenant à connaître l'efficacité de telles paroles...

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité