Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Internet.

L'Image du jour

Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Inte...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Google, Facebook et Microsoft prêts à soutenir Apple face au FBI

Face au FBI, Apple compte bien tout mettre en oeuvre pour ne pas avoir à casser le verouillage de ses iPhone. (crédit : D.R.)

Face au FBI, Apple compte bien tout mettre en oeuvre pour ne pas avoir à casser le verouillage de ses iPhone. (crédit : D.R.)

L'affaire opposant Apple au FBI qui veut le forcer à craquer l'iPhone d'un terroriste prend de l'ampleur. Plusieurs géants de l'informatique et du web dont Microsoft, Google et Facebook envisagent des actions en justice pour soutenir la firme de Cupertino dans sa résistance.

Les géants de la technologie se mobilisent derrière Apple. Google et Microsoft envisagent de déposer des requêtes devant le tribunal pour soutenir la décision d’Apple de ne pas aider le FBI à débloquer un iPhone utilisé dans la tuerie de San Bernardino. « L'industrie est en phase sur cette question et Facebook s’associe à la requête conjointe engagée par d'autres entreprises de technologie », a déclaré hier par courriel une porte-parole du réseau social. Des entreprises comme Twitter et Amazon.com devraient également les rejoindre. Mais d’autres encore pourraient s’associer à cette action commune.

La semaine dernière, la juge Sheri Pym du tribunal régional américain du district central de Californie avait ordonné à Apple d’assister le FBI en lui fournissant si nécessaire la signature numérique du logiciel qui lui permettrait de tester différents mots de passe par force brute sur un iPhone 5c verrouillé sans provoquer l’effacement automatique des données. Dans une récente interview, le CEO d'Apple, Tim Cook, ne s'est pas laissé intimidé, au contraire. L’iPhone 5c est celui utilisé le 2 décembre dernier par l'un des terroristes de l’attaque de San Bernardino. Mais Apple avait fait appel de cette décision, arguant que la question du déverrouillage soulevée par la requête avait des conséquences qui dépassaient le cas de cet iPhone isolé.

Des lois actuelles dépassées

Le constructeur estime encore que le département de la Justice et le FBI « essayent de s’arroger par la voie judiciaire un pouvoir dangereux que le Congrès et le peuple américain leur ont refusé et de forcer des entreprises comme Apple à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de sécurité et de confidentialité de centaines de millions d'individus dans le monde entier ». Selon Apple, l'ordonnance du tribunal viole la Constitution américaine.

Hier, lors d'une audience devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, le président et directeur des affaires juridiques de Microsoft, Brad Smith, a déclaré que Microsoft soutenait Apple dans l’affaire qui l’opposait au FBI et que l’entreprise déposerait la semaine prochaine dans le dossier d’instruction un mémoire avec ses arguments. Une transcription de l'audience fait apparaître que, dans la décision prise la semaine dernière, le ministère de la Justice a demandé au juge de s’appuyer sur une loi appelée All Writs Act, « adoptée par le Congrès et écrite en 1911 », comme l’a déclaré Brad Smith. « L’outil informatique le plus populaire de cette époque est là devant moi : c’est une machine à calculer, vendue en 1912… », a-t-il ajouté. De l'avis d'Apple, de Microsoft et d'autres entreprises de haute technologie, les lois actuelles sont dépassées et le Congrès doit revoir leur contenu.

Des débats attendus à la Chambre des représentants et au Sénat

Pendant l’audience, Brad Smith a déclaré que Microsoft était d’accord avec Apple sur le fait que les débats devaient se passer à la Chambre des représentants et au Sénat. Selon eux, c’est aux élus du peuple de prendre ces décisions. Dans sa demande d’appel, la firme de Cupertino déclare que le gouvernement a eu l'occasion de faire voter des amendements à la loi en vigueur pour renforcer ses intérêts en matière de droit. « Mais au lieu de travailler à mettre en place une nouvelle législation, le gouvernement a fait marche arrière devant le Congrès et s’appuie sur les tribunaux », a-t-il ajouté.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
22 Décembre 1986 n°261
Publicité
Publicité