Advertisement
La puce A8 de l'iPhone 6 est est plus rapide que l'A7 de l'iPhone 5, mais le gain reste modeste.

L'Image du jour

La puce A8 de l'iPhone 6 est est plus rapide que l'A7 de l'iPhone 5, mais le gain reste modeste.

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

HPCG, nouveau test pour le Top500 des supercalculateurs

Après Linpack, Jack Dongarra, professeur d'informatique à l'Université du Tennessee, pousse un autre test, HPCG, pour mesurer les performances des supercalculateurs

Après Linpack, Jack Dongarra, professeur d'informatique à l'Université du Tennessee, pousse un autre test, HPCG, pour mesurer les performances des supercalculateurs

Le nouvel outil de mesure des performances des supercalculateurs pourrait conduire à des désaccords quant au classement des systèmes les plus rapides dans le monde.

Le développeur du test le plus largement utilisé pour classer les performances des supercalculateurs a expliqué que sa métrique est devenue obsolète et travaille sur un autre test qui sera introduit en novembre prochain. Jack Dongarra, professeur d'informatique à l'Université du Tennessee, a en effet récemment déclaré que le test Linpack, qu'il a développé dans les années 1970 et qui sert depuis 20 ans à établir le Top500 des ordinateurs les plus rapides au monde, n'est plus l'outil le mieux adapté à la mesure des performances.

Le nouvel outil, a-t-il dit, pourrait changer la façon dont les fournisseurs conçoivent leurs supercalculateurs et offrira aux clients une meilleure mesure de la performance qu'ils peuvent attendre pour les applications du monde réel. Le fameux Top500, publié deux fois par an en juin et novembre, est surveillé de près par les vendeurs, les utilisateurs et les nations qui cherchent à savoir qui a le système le plus rapide. Le leader actuel est le Tianhe-2, développé par l'université nationale des Technologies de la Défense en Chine.

Un outil qui commence à dater


L'outil Linpack a été utilisé pour la première fois en 1993 pour classer les systèmes de la première liste du Top500, mais ce n'est plus un indicateur fiable pour mesurer les performances des applications réelles, a indiqué M. Dongarra. « Linpack mesure la vitesse et l'efficacité des calculs d'équations linéaires », selon un communiqué annonçant l'arrivée du nouvel outil de référence, appelé High Performance Gradient Conjugué (HPCG). « Au fil du temps, les applications nécessitant des calculs plus complexes sont devenues plus fréquentes. Ces calculs nécessitent une bande passante élevée et une faible latence. Linpack est incapable de mesurer ces calculs plus complexes. »

HPCG est nécessaire, a déclaré M. Dongarra à notre confrère d'IDG NS James Niccolai, en partie parce que les fournisseurs informatiques optimisent leurs systèmes pour obtenir un bon classement au Top500. Linpack a encouragé les fournisseurs à développer leur architecture pour un système de mesures et non pas pour les applications réelles. « Nous ne voulons pas construire une machine qui réussit très bien avec un « faux » problème. Nous voulons construire une machine qui travaille bien avec un grand nombre d'applications », a déclaré M. Dongarra, qui a développé le nouveau test avec un collègue, Michael Heroux du Sandia National Laboratories à Albuquerque.

Des désaccords attendus


En raison de la façon dont le nouveau test est mis en place, il pourrait cependant susciter des désaccords quant au classement du supercalculateur le plus rapide au monde. C'est parce que HPCG sera introduit progressivement dans le temps, et il pourrait s'écouler des années avant qu'il ne devienne la principale méthode pour classer le Top500.

« Une des choses intéressantes avec Linpack, c'est qu'il n'y a qu'un seul numéro 1, de sorte qu'il est très facile de savoir quel est l'ordinateur le plus rapide », a déclaré Jack Dongarra. Il prévoit donc de maintenir le test Linpack au côté du HPCG en séparant bien les mesures délivrées, mais il faudra des années avant qu'un nombre important de supercalculateurs soient testés avec la nouvelle méthode.

« En novembre, je m'attends à juste avoir quelques entrées dans la base de tests. Obtenir tous les supercalculateurs du Top500 va prendre un certain temps, je suppose que cinq années seront nécessaires pour voir cette liste entièrement remplie », a-t-il dit. À partir de novembre, « nous allons avoir une liste Top 500 avec une deuxième colonne, et cette seconde colonne sera le nouveau point de référence », a déclaré Jack Dongarra.


Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité