Avec Office Sway, Microsoft veut donner un coup de fouet à la création de présentations multi-plateformes.

L'Image du jour

Avec Office Sway, Microsoft veut donner un coup de fouet à la création de présentations multi-plateformes.

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

L'entreprise 2020 sera plus collaborative selon la Fondation Cigref

Crédit: D.R

Crédit: D.R

Dans le cadre de son programme international de recherche ISD (Information Systems Dynamics), la Fondation Cigref a établi les caractéristiques des applications  du web 2.0 pour en analyser les implications  dans les entreprises.

La Fondation Cigref vient de publier les résultats de son programme de recherche prospective ISD (Information Systems Dynamics).  Ce dernier a été lancé avec l'idée centrale de dessiner les contours de l'entreprise de 2020 en prenant en compte l'histoire des usages des systèmes d'information et les émergences en cours.  L'un des thèmes abordés lors d'un atelier qui a eu lieu aujourd'hui 21 septembre 2012 portait sur les nouveaux modes d'organisation du travail. Il s'agissait de mieux comprendre comment le web 2.0 a impacté le quotidien des utilisateurs et leurs entreprises. Pour les auteurs de l'étude, il est important, lorsqu'on est tenté d'en définir le sens, de faire le tri entre les effets de mode et les évolutions majeures. Qu'elles concernent les technologies ou les usages, ce sont ces dernières qui sont susceptibles de modifier en profondeur les organisations.

De multiples points d'accès

« En observant l'évolution du web, la tendance générale est l'essor des technologies collaboratives, dans lesquelles l'utilisateur est à la fois consommateur et concepteur des contenus diffusés sur le web », a souligné  Sébastien Damart, professeur à l'université de Rouen, « Des outils comme les plateformes Wiki ont eu pour effet de modifier les modes organisationnels et managériaux. Avec le web 2.0, les  points d'accès à l'information sont en outre devenus multiples. Centrées sur l'utilisateur, ces technologies sont dénuées de toute forme  de gouvernance descendante dans la mesure où celle-ci émergent des utilisateurs ». Pour M. Damart, le  web 2.0 possède donc différents visages : c'est d'abord une plate-forme mettant à disposition des espaces d'échanges. Ensuite, son architecture logicielle rend possible une multiplicité d'interactions au sein d'un ensemble potentiellement très important et dispersé d'acteurs, ce que l'on désigne généralement par des interactions « many to many ». Appliquée à l'entreprise, cette logique s'avère néanmoins trop simpliste.  En effet, dans les entreprises, les réseaux ne se réduisent pas à la simple mise en relation de « beaucoup à beaucoup ».

Complémentarité des communautés et hiérarchies

Naissent également de ces outils,  des communautés qui peuvent donner lieu à des normes sociales et à des codes. Enfin, ces solutions peuvent être utilisées dans un but de gouvernance et de pilotage.  Sébastien Damart considère également que le web 2.0 est une structure informelle et évolutive et qu'en son sein, contrairement aux idées reçues, les notions de communautés et de hiérarchie sont devenues complémentaires. « La signature organisationnelle du web 2.0 est davantage la communauté que la hiérarchie », a-t-il souligné.

Nicolas Monomakhoff, fondateur et directeur général du cabinet MM Consulting, considère pour sa part que  les technologies du web 2.0 doivent être dénuées de toute forme d'anarchie. « Ces applications  réconcilient les  communautés avec leurs directions et servent également à mobiliser le collectif », a-t-il conclu.  « Mais ce sont avant tout des outils de gestion de l'organisation dans un monde ultra connecté. »  

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité