Des chercheurs du MIT travaillent sur MegaMIMO 2.0, une technologie permettant de transférer des données sans fil trois plus rapidement.

L'Image du jour

Des chercheurs du MIT travaillent sur MegaMIMO 2.0, une technologie permettant de transférer des données sans fil trois plus rapidement.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

L'informatique rescapée de la critique de la Cour des Comptes en 2016

Le rapport public annuel de la Cour des Comptes a été publié le 10 février 2016. (crédit : D.R.)

Le rapport public annuel de la Cour des Comptes a été publié le 10 février 2016. (crédit : D.R.)

Alors que dans les précédentes éditions de son rapport annuel la Cour des Comptes ne manque jamais d'épingler les projets informatiques et numériques menés par l'Etat et les administrations publiques, en 2016 c'est loin d'être le cas.

Traditionnellement, le rapport public annuel de la Cour des Comptes est le moment où les errements stratégiques ou tactiques des services publics sont pointés du doigt. Ces dernières années, les grands projets informatiques ont été particulièrement signalés. Mais l'édition 2016 est assez pauvre sur le sujet même quand l'informatique pourrait être au coeur de la réflexion.

L'exception principale concerne les suites de Louvois. Rappelant l'historique de ce grand projet de refonte de la paye des militaires, la Cour ne peut qu'en constater tous les échecs et surtout les séquelles persistantes. A ce jour, les problèmes ne sont toujours pas tous réglés. De la même façon, la sous-utilisation du système Actes pour le contrôle de légalité des décisions des collectivités locales par les préfectures est assez longuement analysée et condamnée.

Et la transformation numérique de l'Etat ?

Mais le manque d'intérêt de la Cour pour l'informatique se mesure surtout, par exemple, avec la critique faite sur l'organisation de La Poste. La Cour critique largement la dégradation de la performance économique des facteurs liée pour beaucoup à la décroissance des volumes de courrier papier. Mais Facteo, le smartphone multiservices équipant les facteurs, n'est l'objet que d'un court encadré très factuel. Le passage critiquant l'absence de stratégie claire sur les nouveaux services pouvant compléter les tâches des facteurs n'en fait même pas mention alors même que c'est l'objet même de Facteo.

Parfois, l'informatique apparaît au détour d'un paragraphe. Ainsi, l'absence d'un outil informatique de suivi de l'exécution de la délégation de service public de desserte maritime des îles du Ponant est mentionnée. La pluralité des systèmes d'information dans le secteur éducatif en Nouvelle Calédonie est également, au détour d'une phrase, dénoncée. La non-mutualisation des achats informatiques des théâtres nationaux ou le non-respect de dispositions réglementaires dans des achats de prestations informatiques à l'Institut Français du Cheval sont critiqués.

L'informatique et le numérique ne sont donc, dans cette édition du rapport, que vus sous l'angle de centres de coûts et de services supports. La Cour ne défend ni ne critique aucune vision sur la transformation numérique de l'Etat et de ses administrations.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité