Oracle a mis la main sur l'éditeur d'ERP en mode SaaS Netsuite pour 9,3 milliards de dollars dans lequel a investi Larry Ellison.

L'Image du jour

Oracle a mis la main sur l'éditeur d'ERP en mode SaaS Netsuite pour 9,3 milliards de dollars dans lequel a investi Larry Ellison.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

La Chine, nouveau champ de bataille pour les architectures serveur

Après Qualcomm pour les mobiles, les autorités chinoises entendent casser le monopole d'Intel sur le marché des serveurs.

Après Qualcomm pour les mobiles, les autorités chinoises entendent casser le monopole d'Intel sur le marché des serveurs.

Les architectures émergentes comme ARM ou l'OpenPower, soutenu par IBM, veulent saisir l'opportunité offerte par la croissance rapide du marché des serveurs en Chine. Aujourd'hui, les puces Intel basées sur l'architecture x86 équipent la plupart des serveurs partout dans le monde. Mais la bataille qui s'annonce pourrait briser la domination d'Intel sur ce marché et le fondeur doit surveiller de près ce qui se passe dans l'Empire du Milieu.

Quelques jours après l’annonce par Qualcomm d’un accord de 280 millions de dollars avec Guizhou Huaxintong Semi ConductorTechnology pour licencier aux entreprises chinoises sa technologie de puces serveur basées sur ARM, Intel a pris une première mesure pour défendre son activité de puces serveur en Chine. C’est ainsi que, jeudi dernier, le fondeur de Santa Clara a annoncé des partenariats avec l'Université de Tsinghua et avec Montage Global Technology Holdings Ltd, qui lui permettront de livrer des puces personnalisées aux entreprises chinoises. La mise en place de partenariats ou la création de coentreprises est, pour les vendeurs de hardware, la solution la plus simple pour faire des affaires en Chine. « C’est presque une condition préalable », a déclaré Jim McGregor, analyste principal chez Tirias Research.

Le marché des serveurs chinois a beaucoup plus de potentiel que le marché américain, où Facebook, Google et Amazon construisent d’énormes datacenters. « Mais les entreprises chinoises comme Tencent, Baidu et Alibaba ont construit des centres de calcul comparables, et la demande d’équipements pour ces datacenters augmente à un rythme extrêmement rapide », a déclaré Nathan Brookwood, analyste principal chez Insight 64. La Chine est en train de devenir le plus grand marché informatique du monde, et la demande de PC, de tablettes et de téléphones mobiles ne cesse de croître. Pour délivrer des services à ces dispositifs, la Chine a entamé la construction d’une énorme infrastructure back-end. Les analystes estiment que les fabricants de puces basées sur l’architecture ARM et OpenPower ont des parts de marché à prendre et qu’elles peuvent aussi réduire la domination d'Intel sur ce marché. Plus spécifiquement, le marché chinois leur offre l’opportunité de vendre des processeurs dans les secteurs des communications, des réseaux et du stockage qui ont besoin de matériels pour équiper ces centres de calcul.

 

À l'heure actuelle, la présence de puces ARM et OpenPower est limitée à quelques serveurs. Mais étant donné que les fabricants chinois ont besoin de satisfaire rapidement une demande en forte croissance, ils pourraient se tourner vers les puces ARM et OpenPower. Certes, il ne s’agit pas de détrôner Intel, mais ARM et OpenPower ont ici leurs cartes à jouer et la situation chinoise leur est favorable. Les architectures ARM et OpenPower sont ouvertes, de sorte que les fabricants qui licencient ces architectures pour concevoir des designs personnalisés pourraient, à leur tour, revendre leurs designs sous licence à des fabricants de puces chinois. C’est une option attrayante pour les entreprises chinoises : les fabricants de puces pourraient licencier leurs designs et faire concurrence à Intel ; les fabricants de serveurs auraient plus de choix pour s’approvisionner en processeurs, et pourraient même faire pression sur Intel pour obtenir de meilleurs tarifs. Les fabricants de serveurs basés en Chine sont des clients importants pour Intel parce que les entreprises chinoises préfèrent acheter leurs produits à des fabricants locaux pour des questions de prix et de sécurité.

 

Intel est confronté à un autre problème en Chine : ces dernières années, le gouvernement chinois fait la chasse aux monopoles. Condamné pour sa position dominante sur le marché des puces mobiles, Qualcomm a du payer une amende de 975 millions de dollars pour comportement anticoncurrentiel. Face à la concurrence sur le marché des serveurs, Intel doit adopter une position prudente et laisser un peu d'espace aux architectures ARM et OpenPower. Pour s’accorder les bonnes grâces du gouvernement chinois, Intel a accepté de construire une usine de puces à Dalian et contribue à la construction d’un écosystème solide pour tablette et PC à Shenzhen. Intel a également établi un partenariat avec des entreprises chinoises comme RockChip pour fabriquer des puces mobiles, « une preuve supplémentaire que sur le marché des serveurs, l'entreprise ne se repose pas sur ses lauriers », a déclaré Jim McGregor. Selon lui, la bataille des fabricants de puces en Chine devrait devenir de plus en plus intéressante. Mais « il y a de la place pour tout le monde », a déclaré l’analyste.

 

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
26 Janvier 1981 n°1
Publicité
Publicité