Le Librem 15 de Purism sera le 1e PC portable libre avec une puce Intel récente capable de démarrer sur l'OS de son choix.

L'Image du jour

Le Librem 15 de Purism sera le 1e PC portable libre avec une puce Intel récente capable de démarrer sur l'OS de son choix.

Les 10 tendances technologiques 2015

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques 2015

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique dresse les 10 tendances technologiques qui marqueront l'année 2015. Du machine learning à la ré...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

La puissance de calcul des mobiles détournée avec MapReduce

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Des chercheurs ont trouvé une technique pour utiliser anonymement les ressources de calcul des navigateurs mobiles en mode cloud. Ils s'appuient sur le framework MapReduce.

Des scientifiques de l'Université de Caroline du Nord et celle de l'Oregon ont découvert une méthode pour détourner la puissance de calcul des navigateurs en mode hébergé et cela de manière anonyme. Ils précisent que la technique est particulièrement utile pour les navigateurs mobiles, comme Opera Mini ou Android Silk, mais également pour d'autres.

L'usage du cloud peut donc être trompé pour réaliser d'autres tâches, expliquent les chercheurs dans un article. Cette technique est appelée Browser MapReduce ou BMR, en référence au framework de traitement de grand volume de données popularisé par Google. Pour leur test, l'équipe a stocké des paquets de données - jusqu'à 100 Mo - au sein des navigateurs mobiles en utilisant des URL courtes, comme bit.ly et les liens ont ensuite été traités par les différents noeuds du cloud. Selon l'article, les chercheurs ont pu tromper les navigateurs et les fournisseurs de services clouds pour réaliser leurs calculs. William Enck, co-auteur de l'étude et professeur adjoint au NCUS (Université de Caroline du Nord), a déclaré que « la limitation de 100 Mo aurait pu être plus importante, mais nous ne voulions pas charger indument ces services gratuits ».

Il indique que cette méthode pourrait fournir à des pirates une importante puissance de calcul temporaire et anonyme, pour craquer des mots de passe par exemple. William Enck explique que le risque pourrait être atténué si les fournisseurs de cloud exigeaient la création de comptes utilisateurs et en fixant des limites d'usage. Les détails de l'étude « Abusing Cloud-Based Browsers for Fun and Profit » vont être présentès lors de la conférence Computer Security Applications le 6 décembre à Orlando.

Sur le même sujet (MapReduce)

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité