Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

L'Image du jour

Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Le salaire n'est pas le 1er critère pour choisir un poste, selon Robert Half

L'intérêt du poste est plus important que le salaire pour 71% des salariés français. (Crédit : CIO)

L'intérêt du poste est plus important que le salaire pour 71% des salariés français. (Crédit : CIO)

La dernière étude du cabinet Robert Half indique que les talents sont plus attirés et retenus par la richesse du poste que par la rémunération. La qualité de vie est un critère également majeur.

Un millier de salariés français ont été interrogés par le cabinet Robert Half sur leurs motivations pour choisir un poste et y rester. Si la question peut sembler incongrue dans un pays avec des millions de chômeurs, il est clair que les profils les plus intéressants sont très disputés. Les entreprises ont également besoin de régulièrement renouveler leurs équipes. De plus, selon cette enquête, l'arme de la croissance salariale est coûteuse et de surcroît pas très pertinente.

Ainsi, le premier critère de tri des propositions d'embauche est la description des missions et les perspectives d'évolutions professionnelles. C'est le premier critère pour 71% des salariés interrogés. Le deuxième, avec 65% de répondants le considérant comme important, est la situation géographique relative du poste avec son corollaire qu'est le temps de trajet. Robert Half rappelle que le temps moyen de transport en Ile de France est de 68 mn par jour. Enfin, le tiercé est fermé avec le secteur d'activité de l'entreprise, regardé attentivement par 53% des répondants.

Le salaire moins important que le temps de trajet

Le montant du salaire n'apparaît qu'à la quatrième position avec 33% des répondants qui y attachent une grande importance. Ce chiffre est à peine supérieur aux 29% qui s'attachent à l'équilibre vie professionnelle / vie personnelle avec des possibilités comme le télétravail et les horaires aménagés. La réputation de l'entreprise est regardée par 24%, l'environnement de travail par 19% et les bonus/primes par 7%. Parmi les avantages complémentaires, 51% des répondants sont intéressés par les tickets restaurants et subventions repas, la prise en charge du transport et la flexibilité des heures de travail séduisent 30% des répondants.

La qualité de vie est décidément importante. Ainsi, plutôt qu'une évolution strictement financière, 54% des répondants souhaitent plus de congés, 24% un aménagement du temps de travail et 10% plus de formations et de développement professionnel.
Malgré tout, il existe une réelle différence entre tranches d'âges. Ainsi, le salaire est regardé plus attentivement par les 35-55 ans (50% des répondants sur cette tranche d'âge contre 33% de la population générale), les 18-34 ans étant un peu au-dessus de la moyenne (38%), les seniors étant les moins motivés par l'argent (11% des plus de 55 ans). On peut constater -ce que Robert Half ne fait pas- une corrélation apparente entre la recherche d'un meilleur salaire et l'âge où l'on est le plus susceptible d'avoir des charges de famille. De plus, les 18-34 ans sont classiquement les moins rémunérés et il semble logique de recherche un meilleur salaire tandis que les seniors ont probablement le sentiment d'avoir atteint un plafond.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
15 Octobre 1990 n°428
Publicité
Publicité
Publicité