Advertisement
Un prototype de drone ambulancier embarquant un défibrillateur a été conçu pour porter secours aux accidentés cardiaques.

L'Image du jour

Un prototype de drone ambulancier embarquant un défibrillateur a été conçu pour porter secours aux accidentés cardiaques.

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

Les attentats de Boston montrent 2 facettes des médias sociaux

Utile à la police, Twitter a éaglement diffusé de fausses informations à Boston comme le prétendu brouillage des cellulaires

Utile à la police, Twitter a éaglement diffusé de fausses informations à Boston comme le prétendu brouillage des cellulaires

Twitter et Facebook peuvent se révéler précieux en cas de crise, mais ils sont aussi sources de désinformation et de canulars comme le montrent les récents attentats perpétrés à l'occasion du marathon de Boston.

Lundi soir,, les utilisateurs de Twitter ont rapidement réagi aux deux explosions qui ont dévasté le marathon de Boston, mais l'évènement a également montré que les médias sociaux ne sont pas très fiables dans ce genre de circonstances.

Comme l'a fait remarquer Greg Sterling, analyste senior chez Opus Research « Twitter a rapidement fait circuler la nouvelle des explosions et s'est révélé un outil de communication utile pour les pouvoirs publics comme pour la police de Boston et les organisateurs du marathon ». Mais l'information diffusée sur les sites de médias sociaux peut également être discutable, voire tout simplement inexacte. Selon l'analyste, « c'est à double tranchant. D'une part, les médias sociaux permettent d'obtenir des informations plus rapidement, mais en même temps, ils peuvent aussi provoquer une certaine hystérie collective ».

Twitter, relais de fausses informations

Lundi après-midi, deux bombes ont explosé à moins de 100 mètres l'une de l'autre, à proximité de la ligne d'arrivée du marathon de Boston, tuant trois personnes et faisant plus de 170 blessés. Pour l'instant, les enquêteurs n'ont encore aucune piste, et dans sa déclaration, le président Barack Obama a dit qu'il ne savait pas encore si ces attentats étaient ou non des actes terroristes. Le microblog Twitter de la police de Bostonest un exemple de ce que les médias sociaux ont pu apporter de positif dans ces circonstances. Juste après les explosions, il a été mis à jour minute par minute, souvent pour indiquer quelles zones il fallait éviter, ou encore pour donner des informations sur l'endroit où étaient stationnées les forces de police. Mais Twitter a aussi diffusé de fausses informations. Comme cette nouvelle, qui a circulé rapidement, selon laquelle la police avait brouillé toutes les communications mobiles sur Boston pour empêcher le déclenchement à distance d'autres explosions. Mais celle-ci s'est finalement avérée fausse, ainsi que l'ont confirmé les opérateurs. D'autres nouvelles étaient franchement malveillantes. Comme celle-ci, émise par le compte Twitter @_BostonMarathon qui promettait de faire don de 1 dollar aux victimes de l'explosion chaque fois que son tweet serait relayé. Les utilisateurs ont vite remarqué que ce compte était un faux, rappelant que le véritable compte Twitter du marathon de Boston était @BostonMarathon.

« Ce genre d'auto régulation est peut-être l'un des meilleurs atouts des médias sociaux », a déclaré Karsten Weide, analyste chez IDC. Twitter peut servir de vecteur à beaucoup de contenus mensongers ou bidons, mais la nature du service fait que n'importe qui, peu importe sa position dans le média, a un tant soit peu la capacité de vérifier les faits. Néanmoins, si Twitter se montre très efficace pour diffuser des nouvelles rapidement, certains estiment que sa valeur diminue avec le temps après un événement. « Twitter est très bon dans les cinq premières minutes après une catastrophe, mais désastreux les douze heures suivantes », a déclaré un utilisateur de Twitter, dont le commentaire a été largement retweeté.

Quid de la vie privée des victimes


Twitter a véhiculé plusieurs photos de victimes après les explosions, montrant les trottoirs ensanglantés et des personnes avec de graves blessures dans les rues. L'une d'elles a instamment dit aux utilisateurs qu'ils feraient mieux de donner un coup de main au lieu de mettre en ligne des photos des victimes. Certes, savoir quelles informations sont utiles et lesquelles dépassent les limites de la décence ou du bon goût est une appréciation très personnelle. « Il n'y a pas de normes vraiment claires quant à l'usage des médias sociaux », a déclaré l'analyste d'Opus Research. « Et si l'événement se produit dans un espace public, il n'y a aucun moyen de stopper les informations qui dépassent les bornes ou celles qu'il vaudrait mieux ne pas diffuser », a estimé l'analyste d'IDC.

Assurément, pour beaucoup, Twitter, Facebook et d'autres sites de médias sociaux sont une source d'information utile pour se tenir au courant des événements. Comme il y a deux ans, après le tremblement de terre au Japon, Google a mis en place un service d'aide en ligne aux victimes, Person Finder, pour aider les gens à retrouver amis et proches après l'incident. Sans surprise, « la récurrence du hashtag #bostonmarathon est montée en flèche presque immédiatement après les attentats », a déclaré Hashtags.org, et les références à « Boston » ont explosé sur Facebook, comme l'a rapporté la société d'analyse Topsy.




COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 24/04/2013 à 08h18 par newsoftpclab (Membre) :

Comment protéger sa vie privée sur internet?Quand on se rappelle ce qui s'est passé avec les réseaux sociaux on est en droit d'avoir plus que des frayeurs.Délation , mensonge canulars...Est-cela l'information ou la désinformation.Un jour vous verrez il créeront de vrai faux criminels qui eux seront passible de la peine de mort.

Signaler un abus

le 17/04/2013 à 16h54 par Visiteur1587 :

J'accuse la presse ! Oui j'accuse la presse !

Une certaine presse n'informe pas. Elle effraye. Elle manie toute la gamme des peurs d'une manière expresse : de la petite frayeur au grand effroi.
Ça me donne froid dans le dos, tous ces journaux qui défrayent les chroniques. Ils sont prêts à tout, faire sauter tous les verrous, ignorer tous les tabous pour faire valoir leur totem : être les premiers à remuer la merde.
C'est une course contre toutes les montres, pour réduire le temps à sa plus faible expression : l'impression du moment.
Je vais tenter le tout pour le tout en heurtant de plein fouet l'opinion en vous disant que le terrorisme est l'enfant chéri de toute la presse.
J'irai même jusqu'à dire qua sans la presse les terroristes ne terrorisent personne... autrement dit, la presse fait le jeu des terroristes.
Et à sa manière elle nous terrorise en relayant la terreur.
Je m'en vais rédiger pour ce village sans âge qu'on appelle le monde, une petite proposition de Loi... concevable et applicable à l'échelle planétaire :
Interdiction absolue de publier, de rendre public de faire la publicité à tout fait à caractère terroriste.
En images, cela s'appelle : couper l'herbe sous les pieds de tous ceux qui cherchent à nous effrayer et nous faire payer, une note que d'autres devront régler.
Et tout bien pensé... réfléchissez-y!
Certains crimes profitent plus à ceux qui les rapportent qu'à ceux qui les commettent.
Non, je ne passerai pas sous silence l'objection qui consiste à dire qu'on ne peut pas priver certains de ce genre d'exactions qui restent la plupart du temps, le seul recours possible, la sortie de secours pour tous les damnés de la terre... l'arme du pauvre, comme on dit... peut-être bien... que oui.... peut-être bien que non...
Ça incitera surtout les rebelles à épargner les innocents et à s'attaquer au cœur des institutions... en visant les véritables coupables : les États qui outrepassent le Droit.

Alors maintenant on applique la méthode algérienne :
On ne cède pas au chantage
On ne paye pas de rançon
Et on ne relaye jamais l'information!

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité