<span>Alimenté par les vibrations de l'air, le<span> module d'Omron pourrait atteindre 5 volts.</span></span>

L'Image du jour

Alimenté par les vibrations de l'air, le module d'Omron pourrait atteindre 5 volts.

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

Dernier Dossier

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

A l'occasion de sa conférence annuelle Amazon Web Services Summit 2014 à Paris, le géant du cloud avait confirmé que les entreprises françaises, princ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Les collectivités locales s'engagent à être numériques

Crédit: D.R

Crédit: D.R

Le cabinet Markess International vient de publier une étude sur les « smart cities » en France. L'engagement numérique est vécu comme stratégique dans la plupart des grandes collectivités locales.

Etre une « smart city » (« collectivité locale intelligente ») est une ambition stratégique dans 42% des collectivités locales françaises, une ambition secondaire importante dans 34% supplémentaires. L'engagement stratégique est d'autant plus important que la collectivité est elle-même importante. C'est le premier enseignement de la dernière étude de Markess International sur le sujet, réalisée auprès de 130 décideurs publics avec le soutien d'Axione, ETDE, Steria et Orange Business Services. Les syndicats inter-communaux informatiques sont évidemment en pointe pour soutenir le concept, suivis des conseils généraux et des grandes communes.

La notion de « smart city » renvoie à un ensemble d'engagements. Les premiers concernent la collectivité elle-même, dans sa gestion interne, qui doit être numérique. Cela intègre tous les flux de données utilisées. La communication vers les usagers, personnes ou entreprises, doit également profiter du numérique, ce qui permet également le développement de la concertation.
Le numérique permet de nouveaux services, y compris la vidéosurveillance qui peut être le déclencheur de l'investissement initial en réseaux publics. Ces nouveaux services peuvent être faits en partenariat avec des acteurs tiers dans le cadre d'une démarche d'Open Data, voulue par la moitié des décideurs interrogées.

Enfin, la collectivité doit développer les infrastructures et services qui vont faciliter la vie numérique propre des usagers (réseaux très hauts débuts, etc.).

La création de l'infrastructure est évidemment la première étape indispensable. Mais c'est insuffisant et Markess insiste sur la nécessité d'une implication politique forte pour que la collectivité locale se lance dans cette démarche. La réussite de celle-ci suppose bien sûr l'existence d'un plan de développement.

Article de Bertrand Lemaire

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité