Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Marxent, futur CMS de la réalité virtuelle dans les entreprises

VisualCommerce pourrait devenir le CMS des applications de réalité virtuelle, ici un kiosque virtuel réalisé pour Lowe's Holoroom.

VisualCommerce pourrait devenir le CMS des applications de réalité virtuelle, ici un kiosque virtuel réalisé pour Lowe's Holoroom.

La start-up basée à Dayton, Ohio, propose de numériser et de gérer les grosses banques d'images des entreprises qui veulent offrir des expériences de réalité virtuelle à leurs clients.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée commencent à entrer dans notre quotidien et de plus en plus de gens et d’entreprises ont recours à ces technologies. Mais que se passe-t-il quand une entreprise qui n’a pas grand-chose à voir avec la technologie veut offrir un produit ou un service de VR ou AR ambitieux au public ? Le produit VisualCommerce développé par la start-up Marxent pourrait devenir le CMS (content management system) des applications de réalité virtuelle et de réalité augmentée des entreprises et faciliter leur usage à celles qui possèdent d'énormes catalogues de produit.

L’offre de Marxent se situe à trois niveaux : elle peut aider les entreprises à construire des applications qui tirent parti de ces nouvelles technologies ; elle peut aussi les aider à développer un pipeline pour intégrer des objets dans son CMS en utilisant la numérisation 3D ; ou encore, elle peut les aider à gérer le service de façon globale sur le long terme. La solution peut à coup sûr intéresser des entreprises qui souhaitent montrer leurs produits en VR ou AR sans avoir à recourir à une équipe technique pour développer l’application. D’ailleurs, la solution de Marxent a déjà séduit plusieurs clients prestigieux comme Lowe’s Home Improvement, TimberTech, AZEK Building Supplies et Simmons Bedding Company.

Un marché prometteur dans les entreprises 

Ce secteur devrait croître de façon exponentielle dans les prochaines années, alors que le grand public et les entreprises se tournent de plus en plus vers la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Des produits existants, comme Lowe’s Holoroom, permettent aux consommateurs meubler virtuellement leur intérieur avec des produits de ce spécialiste très populaire de l’ameublement peuvent faciliter l’acte d’achat. Si Lowe arrive à gagner plus d'argent en permettant aux gens de concevoir et de tester chez eux en VR une cuisine coûtant plusieurs milliers d’euros avant de passer en boutique, il y a de fortes chances que tous ses concurrents lui emboîtent le pas.

À l’inverse, le succès d’applications comme celle de Marxent va probablement pousser la technologie VR et AR auprès des consommateurs. L'intérêt des détaillants sera alors de rendre la technologie accessible au plus grand nombre.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité