Robo Brain est un référentiel accessible dans le cloud qui permettra aux robots d'apprendre de nouvelles tâches à partir de vidéos ou d'images.

L'Image du jour

Robo Brain est un référentiel accessible dans le cloud qui permettra aux robots d'apprendre de nouvelles tâches à partir de vidéos ou d'images.

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

Dernier Dossier

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

En juin dernier, nous étions de retour à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour la quinzième édition ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

NSA : un mega datacenter tout feu tout flamme

Le datacenter de la NSA dans l'Utah

Le datacenter de la NSA dans l'Utah

Suite à d'incessantes difficultés techniques, l'installation informatique colossale de la National Security Agency voit sa date de mise en service retardée d'un an.

L'un des centres de calcul massifs de la National Security Agency, actuellement en construction dans l'Utah, est en proie à de sévères complications électriques ayant entrainées  la déstruction de nombreux équipements informatiques. Face à ces difficultés, le chantier devrait prendre au moins un an de retard sur la date initialement prévue en septembre dernier.
Il faut dire que l'installation aurait déjà subi selon le Wall Street Journal pas moins de 10 situations de crise au cours des 13 derniers mois. Un nombre record qui aurait entraîné la perte de centaines de milliers de dollars d'équipements en tout genre.

Le problème électrique rencontré par l'agence de sécurité, connu sous le nom de défaut d'arc, engendrerait selon le Wall Street Journal des explosions, ferait fondre le métal des installations et provoquerait des courts circuits. Les générateurs de secours, qui devraient être capable de prendre le relais n'ont quant à eux pas su remplir leur tâche et ce à plusieurs reprises. Le système de refroidissement, avec ses 60000 tonnes de liquides de refroidissement, n'aurait pas encore été testé. « Les documents et les entrevues dressent le portrait d'un projet pour lequel de nombreux détails ont été négligés pour en accélérer la mise en place » précise même le quotidien New Yorkais.

Future pièce maîtresse du programme d'écoute de la NSA

Le centre de calcul est pourtant censé devenir à terme l'une des pièces maîtresse du complexe puzzle assemble cette dernière décennie. Son but : intercepter, déchiffrer, analyser et stocker une importante masse de donnée de communications collectée via des différents programmes de surveillance de l'agence. Ceux-ci sont d'ailleurs sous le feu des projecteurs et très critiqués sur la scène internationale depuis les révélations sur Prism et les autres données collectées dans le passé par l'agence.

Estimé à 1,4 milliard de dollars, et ce sans compter l'équipement informatique interne, le centre de calcul couvre pas moins de 93 000 mètre carrés, pour une consommation d'énergie incommensurable. Localisée à environ 50 kilomètres au sud de Salt Lake City, dans la ville de Bluffdale, l'installation consommerait en effet jusqu'à 65 mégawatts d'électricité: assez d'énergie pour alimenter l'ensemble d'une petite ville. Le coût de cette consommation ? Plus d'un million de dollars par mois.

Selon un porte parole de la NSA, les échecs survenus au cours des essais auraient toutefois été en partie corrigés. Des désaccords sur la cause des problèmes et les corrections qui devraient y être apportées handicapent encore toute amélioration de la situation générale. La NSA prévoirait néanmoins de mettre en service une petite partie des serveurs dés cette semaine.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité