Google a affiné la précision de sa mosaïque terrestre sur Earth et Maps avec Landsat 8. Ci-dessus, la ville de New York, avant et après.

L'Image du jour

Google a affiné la précision de sa mosaïque terrestre sur Earth et Maps avec Landsat 8. Ci-dessus, la ville de New York, avant et après.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

Outscale et Cloudwatt lancent une offensive tarifaire sur le IaaS

Les offres IaaS du Français Outscale sont entièrement compatibles avec celles d'AWS. (crédit : D.R.)

Les offres IaaS du Français Outscale sont entièrement compatibles avec celles d'AWS. (crédit : D.R.)

Les opérateurs du IaaS rivalisent d'agressivité sur les tarifs de leurs services de base et les fournisseurs français ne sont pas en reste. Outscale cible directement son principal concurrent AWS, alors que Cloudwatt veut revenir dans le jeu avec une offre d'essai gratuite jusqu'au 24 juillet.

En dépit des faibles marges sur les services de cloud d’infrastructure, les acteurs des services IaaS se livrent une lutte acharnée sur les prix et annoncent régulièrement des baisses de tarifs. Les fournisseurs américains Amazon Web Services, Google Cloud et Microsoft Azure sont coutumiers du fait, AWS ayant quant à lui seul révisé plusieurs dizaines de fois ses tarifs sur ses multiples services. Mais les acteurs français ne sont pas en reste. Coup sur coup, Outscale, une émanation de Dassault Systèmes, et Cloudwatt viennent de réviser leur tarification. Outscale affronte directement AWS avec des prix jusqu'à 35% moins cher. Sur ses services On Demand de classe entreprise, reposant sur des infrastructures Cisco/NetApp/Intel/Nivida, il compare par exemple une configuration type m3.medium pour un usage général, avec 1 vCPU, 3,75 Go de RAM et 1x4 Go SSD, sous Linux, affichée à 0,077 $/heure chez AWS, avec son service équivalent qu’il facture de son côté 0,04 €/heure (32,68 €/mois). Pour du calcul optimisé, une configuration c4.large avec 2 vCPU, 3,75 Go RAM, stockage en mode bloc, revient chez l’opérateur français à 0,11 €/heure contre 0,132 $/h chez AWS. Chez Cloudwatt, le service 1 vCPU, 3,75 Go RAM, 50 Go sur disque sous Linux coûte 0,0558 €/h et le service avancé (avec 2 vCPU), 0,087 €/h.

Des offres d'essai gratuites chez Cloudwatt

Outscale présente la particularité d’avoir développé son propre logiciel d’orchestration et de gestion de cloud, Tina OS, après avoir testé plusieurs autres solutions dont OpenStack, qu’il a jugé complexe à mettre en oeuvre (voir notre dossier : OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source). Tina OS présente l’intérêt d’être 100% compatible avec AWS EC2 et d’être taillée pour les très grosses plateformes. L’opérateur est présent en Europe, Asie et aux Etats-Unis.  

De son côté, Cloudwatt entend bien rappeler qu’il est toujours présent sur le marché hexagonal, après ses dernières mésaventures et le rachat de la totalité de son capital par Orange le mois dernier, par l’acquisition des parts de Thales et de la CDC. Depuis le 25 avril, ses clients bénéficient d’une gratuité au-delà de 650 heures d’utilisation dans le mois, quelles que soient la taille des instances et des distributions retenues, Linux ou Windows. Pour permettre d’essayer gratuitement ses ressources cloud, il propose par ailleurs plusieurs offres jusqu’au 24 juillet 2015 : une instance Tiny Linux (744 h d’usage par mois), du stockage bloc (20 Go/mois) et objet (50 Go/mois), du trafic sortant vers Internet sortant des serveurs (10 To/mois) et sortant du stockage (10 Go/mois), ainsi que 2 adresses IP publiques. Au-delà de ces seuils, le service est facturé au tarif catalogue, par exemple 0,014 €/Go au-delà pour le trafic sortant des serveurs.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 01/07/2015 à 10h03 par Visiteur6284 :

Tout à fait d'avis avec vous.
Souplesse mais mesure !

Signaler un abus

le 30/04/2015 à 10h16 par Visiteur5982 :

Tarification totalement incompréhensible. En gros, on prend son instance et on verra bien combien on paye. C'est invérifiable. Je déteste cette façon de procéder qui semble devenir la norme. On ne s'amuse pas à arréter un serveur parce qu'on ne s'en sert pas pendant quelques heures !! L'usage devrait être : tarification à semaine ou au mois (éventuellement à la journée dans certains cas trés précis), pas d'engagement dans le temps !

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
21 Juin 1996 n°683
Publicité
Publicité
Publicité