eBay a dévoilé l'architecture de Kylin, son moteur d'analyse distribuée Kylin qu'il propose maintenant à la communauté Open Source.

L'Image du jour

eBay a dévoilé l'architecture de Kylin, son moteur d'analyse distribuée Kylin qu'il propose maintenant à la communauté Open Source.

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Spam : la Russie submergée

Spam : la Russie submergée

A la lecture de certaines statistiques, quelques administrateurs de messagerie vont se sentir moins seuls. Kaspersky, éditeur russe d'outils de sécurité, vient de publier son rapport annuel sur l'état du spam en Europe de l'Est : 70 à 80% du volume de trafic smtp moyen est constitué de spam. L'étiage le plus bas a été constaté le 4 janvier 2006, avec « seulement » 44% du volume de courriels échangés, et la crue la plus violente a été mesurée à 91% du trafic le 26 novembre dernier. Et, déplorent les statisticiens moscovites, c'est qu'une bonne partie de ce spam provient directement de Russie, devant les autres grands pays spammeurs que sont les Etats-Unis et la Chine (respectivement 22, 20 et 11% du volume). Le contenu desdits pourriels est d'une affligeante banalité : 16% de « viagra », 14% de phishing et emails d'escroquerie assimilés, 13% de propositions commerciales de formation, 8,6% d'offres de boursicotage et de spéculations douteuses, et 8% de propositions concernant des ventes de logiciels et accessoires (cartouches d'imprimantes, etc.) à des prix défiant toute concurrence. La conclusion du rapport n'est guère plus originale, et nous laisse présager un millésime 2007 encore plus florissant, malgré les « énormes progrès faits en la matière par les logiciels de filtrage de courriers non sollicités ». A la seule idée que toute personne privée, toute entreprise, soit obligée de payer un abonnement d'accès Internet dont la valeur marchande est à 70% exploitée par des commerçants douteux et des escrocs patentés, on se demande véritablement où se situe le progrès en question. Un antispam ne supprime pas le spam, il le masque, tout comme un emplâtre ou un bandage ne peut éradiquer la gangrène qui ronge un membre. Les techniciens de l'équipe Kaspersky notent également une autre tendance, déjà signalée par de nombreux autres spectateurs du monde du cybercrime : la localisation de plus en plus soignée des attaques en phishing. « English-language spam will be adapted for a Russian audience ». Si la croissance en volume du spam risque bientôt d'atteindre son asymptote, l'on risque de constater hélas que l'évolution de son chiffre d'affaire n'est pas prête de s'infléchir.

Article de Marc Olanié

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité