<span>Grâce aux smartwatches Galaxy Gear de Samsung, le personnel la JAL peut recevoir et relayer des informations sur les vols.</span>

L'Image du jour

Grâce aux smartwatches Galaxy Gear de Samsung, le personnel la JAL peut recevoir et relayer des informations sur les vols.

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

Dernier Dossier

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

A l'occasion de sa conférence annuelle Amazon Web Services Summit 2014 à Paris, le géant du cloud avait confirmé que les entreprises françaises, princ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

Syntec Numérique se préoccupe de la formation et du chômage dans l'IT

Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique. Crédit: D.R

Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique. Crédit: D.R

La fédération professionnelle Syntec Numérique, souhaite identifier les compétences clefs qui permettront aux acteurs de la formation professionnelle de répondre aux besoins des entreprises. La sensibilisation des femmes aux métiers du numérique et la question du chômage font également partie des préoccupations du syndicat.

Le secteur IT reste toujours le plus important recruteur de cadres, avec 35 000 recrutements réalisés en 2011 et 10 000 créations nettes d'emplois. C'est ce qu'a rappelé Syntec Numérique lors de sa conférence semestrielle. Selon les chiffres issus du syndicat patronal et du Bipe, le secteur emploie 622 000 informaticiens en France qui représentent 3%  des salariés du secteur privé. 93,4% des personnes en poste sont en CDI. « Ces chiffres sont le symbole du dynamisme de notre secteur », s'est réjoui Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique, « Le succès de l'école 42, fondée par Xavier Niel, est la confirmation de tous les engagements de notre syndicat sur ce sujet. Nous pensons que la profession et les pouvoirs publics doivent se mobiliser pour répondre à la demande en compétences des entreprises. De plus, nous continuerons à nous engager pour porter la voix du numérique auprès d'eux ».  

Pour l'année 2012, le syndicat table sur 6 000 créations nettes d'emplois dans la profession.  Il s'attend donc à un tassement des recrutements liés à la baisse de l'attrition et au marché en 2013. Quoiqu'il en soit, plus de 40% des SSII et des éditeurs de logiciels recherchent des profils ayant une double expertise IT et métier. Les profils demandés par une proportion grandissante d'entreprises par rapport à l'enquête de mars 2012 sont les développeurs d'applications mobiles et les administrateurs de bases de données. En parallèle, de nouveaux métiers apparaissent, surtout ceux liés au web 2.0, comme les community managers.

Négociations sur les classifications des métiers IT

C'est pourquoi le syndicat a ouvert, en mars dernier, des négociations sur les classifications pour obtenir une vision plus claire de la filière et pouvoir examiner les métiers en tension. Par ailleurs, un contrat d'études prospectives signé entre la fédération professionnelle et le Ministère du travail devrait faciliter l'émergence, la reconnaissance et la préparation par la formation aux nouveaux métiers du secteur. Audrey Gueffier, présidente déléguée de la Commission social/emploi/formation, a indiqué que 4 500 contrats de professionnalisation en alternance avaient été conclus dans le secteur du numérique en 2012. Elle a également ajouté que le nombre de périodes de professionnalisation s'élevait à 4 600 et que 42 900 personnes avaient été formées l'an dernier.

Par ailleurs, Syntec Numérique compte poursuivre ses actions pour sensibiliser les femmes aux métiers de l'informatique, avec des opérations telles que Femme du Numérique, présidée par Viviane Chaine-Ribeiro, qui vise à promouvoir l'égalité entre femmes et hommes et à valoriser l'attractivité de la profession pour les femmes. Une « route du numérique au féminin » sera organisée en régions et deux guides seront également publiés sur le sujet.

Guy Mamou-Mani souhaite aussi trouver des réponses qui permettront de résoudre la situation de chômage qui frappe actuellement 36 000 informaticiens. « Il est important de connaître quels sont les profils de chômeurs et les postes qui sont non pourvus », estime ce dernier. Enfin, le président de Syntec Numérique déplore l'absence de contrat sur le chômage partiel dans le secteur IT. « Il est urgent que notre fédération puisse signer un contrat de ce type », a-t-il insisté. C'est un sujet sur lequel nous espérons réussir à progresser, malgré les freins de certains syndicats, dont j'ignore quelles sont les motivations. Les thématiques sociales, comme celles  concernant la formation, font en effet  partie de nos préoccupations majeures. »

COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 27/04/2013 à 09h04 par Visiteur1673 :

"le syndicat table sur 6 000 créations nettes d'emplois dans la profession. "
Comme c'est curieux, si on additionne tous les chiffres d'intention de recrutement des SSII, chiffres relayés de manière indigne et avec grande complaisance par les médias, on devrait avoir plus de 100 000 créations par an. Etonnant, non ? Et cette école 42, rêve patronal, d'atteindre 150 candidats par offre d'emploi, comme pour les postes en marketing... Guy, ta solidarité de façade avec les chômeurs ne trompe personne.

Signaler un abus

le 12/04/2013 à 09h47 par M.U.N.C.I (Membre) :

"un contrat d'études prospectives signé entre la fédération professionnelle et le Ministère du travail devrait faciliter l'émergence, la reconnaissance et la préparation par la formation aux nouveaux métiers du secteur."
=> Ce CEP n'a pas été signé entre le Min. du Travail et le Syntec Numérique mais avec TOUS les partenaires sociaux de la Branche... pas seulement la chambre patronale !

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité