Des essais menés dans le Nevada laissent penser que Google évolue vers le LTE sur son projet Loon qui recourt à des ballons de haute altitude.

L'Image du jour

Des essais menés dans le Nevada laissent penser que Google évolue vers le LTE sur son projet Loon qui recourt à des ballons de haute altitude.

Big data : zoom sur les usages et les applications

Dernier Dossier

Big data : zoom sur les usages et les applications

2014 devrait être une année de transition pour le big data en France. En effet, les projets se multiplient et commencent timidement à se professionnal...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

PARTNER ZONE
Nous vous proposons des espaces d'information et de services dédiés à des acteurs du marché IT. Vous y trouverez de nombreux livres blancs, vidéos, articles...

Partner Desk

Nous vous proposons, dans ces espaces, les dernières nouveautés d'une marque IT.

Webcast

FERMER

OFFRE D'EMPLOI

Découvrez chaque jour des offres d'emploi 100% IT et profitez de toute la puissance de LMI pour promouvoir votre carrière.

Accéder au site 

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Un projet européen pour aider les PME à gérer les big data

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Depuis début octobre, l'Institut d'informatique de l'Université de Neuchâtel coordonne un projet de recherche européen consacré à la gestion de grandes quantités de données du web à l'intention des petites et moyennes entreprises.

Le web s'enrichit chaque jour d'une masse importante de données équivalente à 8 fois le catalogue total des bibliothèques américaines. Ainsi par exemple 35 heures de vidéos sont chargées sur YouTube à chaque minute. Mais pour pouvoir tirer profit de ces données, les PME doivent faire face à des coûts très élevés, car extraire et traiter ces informations nécessite de gigantesques capacités de stockage et de calcul.

Pour résoudre ce problème, le projet européen LEADS a été mis en place. Il est consacré à la gestion de grandes quantités de données du web à l'intention des petites et moyennes entreprises. Doté d'un budget total de 4,25 millions d'euros pour une durée de trois ans, il regroupe quatre universités et trois entreprises réparties sur 5 pays. Il est coordonné par l'Université de Neuchâtel depuis début octobre sous la responsabilité d'Etienne Rivière, maître-assistant à l'Institut d'informatique de l'Université de Neuchâtel (IIUN) au sein de l'équipe du Professeur Pascal Felber. Pour ce projet, l'IIUN touchera une subvention européenne de près de 750 000 euros.

Développement du chiffrement des données et fédération de micro-cloud


Inscrit dans l'esprit du cloud, la force de ce projet réside, selon le communiqué de l'Université de Neuchâtel, « dans sa capacité à assurer la confidentialité des données privées. Encryptées par une clé qui n'est pas connue de l'infrastructure LEADS, ces données pourront être soumises à des traitements et requêtes, qui sont eux-mêmes chiffrés.» Selon Etienne Rivière, « cet aspect est particulièrement novateur, car il met en oeuvre des techniques de cryptage qui n'ont été proposées que récemment ou qui seront développées au sein du projet. Ceci concerne typiquement des comparaisons, des tris, ou des extractions, qui constituent l'essence des opérations de traitement de grandes masses de données.»

En outre, le projet LEADS favorisera la fédération de micro-clouds distribués géographiquement pour que les opérations se déroulent dans des lieux proches des clients ou de la source des données. L'objectif est d'éviter d'effectuer un traitement dans la partie francophone du web et de stocker les données au Brésil par exemple, comme l'explique Etienne Rivière : «Ceci générerait d'énormes flux de données transatlantiques et très peu de connexions depuis l'Amérique latine. Situer ce même stockage dans une région à forte densité francophone serait nettement plus avantageux.» Les chercheurs de l'équipe du Professeur Felber vont donc étudier la prise en compte de la localité des accès et des traitements. Pour cela, ils utiliseront des serveurs offerts ce printemps à l'IIUN par la société Yahoo!, en association avec les infrastructures des autres membres du consortium.

ICTjournal.ch

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité