Une créatrice de mode hollandaise lance une ligne de vêtements équipés de capteurs solaires, Wearable Solar.

L'Image du jour

Une créatrice de mode hollandaise lance une ligne de vêtements équipés de capteurs solaires, Wearable Solar.

Big data : zoom sur les usages et les applications

Dernier Dossier

Big data : zoom sur les usages et les applications

2014 devrait être une année de transition pour le big data en France. En effet, les projets se multiplient et commencent timidement à se professionnal...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

PARTNER ZONE
Nous vous proposons des espaces d'information et de services dédiés à des acteurs du marché IT. Vous y trouverez de nombreux livres blancs, vidéos, articles...

Partner Desk

Nous vous proposons, dans ces espaces, les dernières nouveautés d'une marque IT.

Webcast

FERMER

OFFRE D'EMPLOI

Découvrez chaque jour des offres d'emploi 100% IT et profitez de toute la puissance de LMI pour promouvoir votre carrière.

Accéder au site 

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

WikiLeaks commence à livrer les e-mails dérobés à Stratfor en décembre

En janvier, George Friedman, le CEO de Stratfor, a reconnu le vol de données.

En janvier, George Friedman, le CEO de Stratfor, a reconnu le vol de données.

La société de sécurité et d'analyses géopolitiques Stratfor reconnaît que les e-mails piratés sur son site en décembre dernier pourraient être publiés par WikiLeaks, mais elle avertit que certaines informations pourraient avoir été falsifiées et indique qu'elle n'en validera aucune.

WikiLeaks va livrer à partir d'aujourd'hui près de 5 millions d'e-mails obtenus après le piratage, en décembre dernier, du site web de Stratfor Global Intelligence, société de sécurité et de conseil en intelligence économique et géopolitique.

Les e-mails sont datés de juillet 2004 à fin décembre 2011. Ils contiendraient des informations sur les attaques menées par le gouvernement américain contre WikiLeaks et son fondateur Julian Assange, ainsi que les propres tentatives de Stratfor pour contrer le site dénonciateur. Selon ce dernier, ils révéleraient aussi des pratiques discutables sur la façon dont Stratfor recueille ses informations et cible les individus pour des clients des secteurs privés et publics.

Une violation illégale de la vie privée, estime Stratfor

Commentant dans un communiqué la publication de ces mails dérobés en décembre, la société Stratfor, installée à Austin, au Texas, a estimé qu'il s'agissait d'une déplorable, regrettable et illégale violation de la vie privée. « Certains des e-mails peuvent avoir été falsifiés ou modifiés pour y inclure des inexactitudes. Certains peuvent être authentiques. Nous n'en validerons aucun ». 

WikiLeaks n'a pas révélé ses sources pour les informations qu'il diffuse ainsi vers 25 médias et groupes engagés. Toutefois, les Anonymous ont de leur côté indiqué hier dans un message Twitter qu'ils avaient donné les e-mails de Stratfor à WikiLeaks.

Une liste de personnes ayant acheté des publications

Stratfor a reconnu en janvier avoir été alerté le mois précédent que son site web avait été piraté et que des données sur les cartes de crédit des clients avaient été volées par les Anonymous, de même que d'autres informations. Une nouvelle intrusion a eu lieu sur le site le 24 décembre 2011. Stratfor a démenti que les hackers aient récupéré des données sur des clients privés, ainsi qu'ils le revendiquaient, mais plutôt une liste de membres qui pourraient avoir acheté une publication. 

« Comme il a été dit, les cartes de crédit constituaient un supplément, quelque chose qu'ils ont pris lorsqu'ils ont réalisé qu'ils pouvaient le faire. Ils cherchaient les e-mails », avait indiqué George Friedman, CEO de Stratfor dans un communiqué en janvier.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité