Le Raspberry Pi est désormais disponible dans une cuvée Compute Module 3 taillée pour faire tourner des applications industrielles.

L'Image du jour

Le Raspberry Pi est désormais disponible dans une cuvée Compute Module 3 taillée pour faire tourner des applications industrielles.

La refonte du SI face à la transformation numérique

Dernier Dossier

La refonte du SI face à la transformation numérique

La meilleure façon d'illustrer la transformation numérique est d'apporter des témoignages concrets d'entreprises. C'est dans cette optique que la...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

Withings fait les frais de la bataille des brevets Apple Vs Nokia

Le tensiomètre connecté de Withings n'est plus accessible sur la boutique en ligne d'Apple qui le signale par un message. (crédit : D.R.)

Le tensiomètre connecté de Withings n'est plus accessible sur la boutique en ligne d'Apple qui le signale par un message. (crédit : D.R.)

La tension entre Nokia et Apple sur l'utilisation de brevets dans les iPhone s'est réactivée la semaine dernière par le biais de procès croisés. Depuis, on ne trouve plus dans les boutiques d'Apple les produits connectés de la société française Whiting (rachetée cette année par Nokia), que la firme californienne proposait jusque-là.

La bataille réactivée ces dernières semaines entre Nokia et Apple sur les brevets a mal tourné pour Withings, la start-up française spécialisée dans les objets connectés, rachetée par Nokia en avril dernier. La firme à la pomme a visiblement enlevé de ses magasins physiques et de ses sites de vente en ligne les produits Withings compatible iOS qu’il proposait jusque-là. A la place, un message indique que le produit recherché n'est plus disponible sur Apple.com.

A la fin des années 2000, Apple et Nokia avaient déjà croisé le fer sur les brevets et fini par trouver un arrangement en 2011, la firme californienne acceptant de payer des royalties au groupe finlandais pour l’utilisation de certains de ses brevets dans ses iPhone. L’accord portait alors sur un montant de 720 M$. Mais tout n’est visiblement pas réglé. Le 20 décembre dernier, Apple a engagé des poursuites en Californie contre huit sociétés spécialisées dans le conseil en protection de brevets dont Acacia Research et Conversant Intellectual Property Management. La firme dirigée par Tim Cook accuse ces dernières de collusion avec Nokia pour « extorquer » à Apple - et à d’autres fournisseurs de smartphones – « des sommes exorbitantes de façon déloyale et anticoncurrentielle ». 

Plus de tensiomètre ni de thermomètre Withings sur la boutique en ligne française d'Apple.

Acacia a engagé 52 poursuites contre des entreprises dans le monde pour violation de brevets Nokia et Apple a notamment été condamné à verser 22 M$ en septembre dernier, tandis que Conversant a de son côté remporté 7,3 M$ ce mois-ci. L’initiative d’Apple contre ces sociétés est la première tentative d’envergure d’un fabricant de prendre le dessus sur des sociétés qui se sont fait une spécialité de tirer de l’argent de procès en violation de brevets, souligne le site TheStreet. En l’occurrence, Apple accuse Acacia de rompre de façon illégale les termes des brevets acquis de Nokia.

Des brevets liés à l'encodage vidéo H.264, à l'affichage, aux antennes...

Le groupe finlandais n’a pas tardé à réagir. Le 21 décembre, il a intenté à son tour plusieurs procès à Apple, en Allemagne et aux Etats-Unis, pour avoir enfreint 32 de ses brevets. Les poursuites ont été engagées à Düsseldorf, Mannheim et Munich en Allemagne, et au Texas aux Etats-Unis. Les brevets concernés portent sur l’affichage, les interfaces utilisateurs, les logiciels, les antennes, les chipsets et l’encodage vidéo. Au Texas, il est question de 8 brevets relatifs au standard d’encodage vidéo avancé H.264. Un deuxième procès dans cet Etat porte sur 10 brevets liés à d’autres technologies. Au total, l’ensemble de ces procès couvrent 32 brevets. Apple utilise le codec H.264 dans l’iPhone, l’iPad, l’iPod, ses Mac, sa TV, ainsi que dans ses montres connectées, indique Nokia en affirmant que le groupe californien a toujours « fermement » refusé d’accepter de lui licencier ses brevets H.264 dans des termes raisonnables, au contraire de dizaines d’autres entreprises qui les utilisent aussi dans leurs produits. La firme finlandaise affirme qu’Apple refuse de lui payer le taux de royalties établi.

Dès le lendemain, 22 décembre, Nokia a étendu ses poursuites à d’autres pays, attaquant cette fois Apple en Finlande, en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Suède, en Espagne, aux Pays-Bas, à Hong Kong et au Japon. Le tout couvre maintenant des infractions à 40 brevets. Pour couronner le tout, le groupe européen basé à Espoo a déposé une plainte auprès de la Commission internationale du commerce américaine qui a le pouvoir d’interdire d’importation de produits aux Etats-Unis s’ils enfreignent des brevets.

Appliquer des prix raisonnables sur l'accès aux licences

De son côté, Apple accuse Nokia de ne pas respecter des engagements RAND (Reasonable and non-discriminatory), ceux-ci imposant aux propriétaires d’un brevet d’accorder des licences d’utilisation pour un prix raisonnable. En fin de semaine dernière, la querelle entre les deux fournisseurs s’est apparemment répercutée sur Withings puisqu’Apple a retiré de ses boutiques les produits connectés de la société française rachetée au printemps par Nokia.

Les brevets sont l’enjeu de fréquentes batailles entre les fournisseurs qui commercialisent leurs produits à l’international et des cabinets spécialisés dans la gestion et la monétisation des brevets. En 2012, ces tensions avaient conduit l’Union internationale des télécommunications à réunir à Genève dix grands acteurs de la IT (Samsung, Apple, Google, Microsoft, Nokia, RIM, Intel, Sony, HP et Huawei) pour trouver un terrain d’entente sur le partage des brevets et déterminer des conditions raisonnables et non-discriminatoires pour leur utilisation sur des technologies standards utilisables par la majorité des grands fournisseurs pour leurs produits.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 28/12/2016 à 19h00 par Visiteur10114 :


Les brevets logiciels pourraient revenir par la petite porte - Le ...
1 mars 2006 ... Selon la fondation pour infrastructure informatique ouverte (FFII), la brevetabilité du logiciel pourrait revenir dans les débats par la petite porte.
(Article LMI)

Signaler un abus

le 28/12/2016 à 16h34 par Arsene Lupin (Membre) :

Espérons que les consommateurs ne feront pas les frais de ces chicanes financières...

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

#LMItoutneuf

lancement dans

Publicité
Publicité
Publicité