Microsoft et Facebook ont investi dans la construction d'un cable transatlantique qui doit être mis en service en octobre 2017.

L'Image du jour

Microsoft et Facebook ont investi dans la construction d'un cable transatlantique qui doit être mis en service en octobre 2017.

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
Imprimer Envoyer

La transformation est d'abord une affaire de mutation culturelle

Comment situer les entreprises françaises en matière de transformation digitale ? Quelle image renvoient-elles ? Gilles Babinet, ambassadeur de la France auprès de la Commission européenne sur les questions numériques, observateur par son étude annuelle de l’agilité digitale des entreprises du CAC 40, lui-même entrepreneur, est à la fois très à l’aise et suffisamment indépendant pour traiter ce sujet.

A ses yeux, cinq critères permettent de bien identifier l’agilité numérique des entreprises du CAC 40. D’abord, ce que Gilles Babinet nomme « les fronts », en clair toutes les interactions clients, par exemple les temps de réponse aux sites ou les interactions 24/24. Deuxième critère, les technologies, elles sont connues, Big Data, Internet des objets, intelligence artificielle, mais sont-elles vraiment intégrées ou restent-elles à l’état de surcouche dans le système d’information ? Autre question, ces entreprises interagissent-elles avec un éco-système, celui qu’elles ont contribué à animer, par exemple avec des fonds d’investissement ? Bien sûr, la sécurité omniprésente et de plus en plus cruciale est un critère important. Enfin, la culture numérique de l'entreprise est un indicateur clé de sa transformation numérique.

Les entreprises deviennent « plates »

Ce dernier critère est même décisif relève Gilles Babinet et cette mutation culturelle impacte l’organisation des entreprises. Elles deviennent « plates ». En clair, les hiérarchies se réduisent, les pyramides s’amaigrissent. Les entreprises qui intègrent le numérique fonctionnent en mode projets. Leurs collaborateurs ne savent plus à qui « reporter », cette notion tend à disparaître, on est plus concentré sur son projet et ceux qui y participent que sur la manière de faire plaisir à son « n+1 ».

Ce changement se manifeste aussi par la disparition des ERP. Les métiers se sont emparés de leurs données, elles se distribuent de manière transverse et non plus par le filtre et avec les process du grand logiciel qui décide de tout. L’informatique que nous avons connue s’efface. Derrière, c’est l’organisation même de l’entreprise qui mute. Fini les silos, les baronnies, une grande partie du management. Selon le Boston consulting group, 35% des coûts d’une entreprise proviennent du management.

Vers l’entreprise synchronisée

Changer d’informatique et de hiérarchie est donc l’essence même de la transformation numérique d’une entreprise. A la clé, des gains de performance et le passage à une entreprise ouverte avec la désormais fameuse open innovation. Place aux entreprises qui ont franchi l’étape de la transformation organisationnelle, fonctionnent en mode projet, avec des prototypes améliorés toutes les six semaines. De telles entreprises se dotent de scrum manager, qui synchronisent leur équipe avec les autres une fois par semaine. L’entreprise innovante est une entreprise synchronisée plus que hiérarchisée.

Cette mutation peut susciter des craintes comme en témoigne le buzz world sur le phénomène d’ubérisation. Mais les nouveaux ne remplacent pas mécaniquement les anciens observe Gilles Babinet, qui remonte à la révolution de l’électricité. La mutation passe par l’hybridation. Celle des business anciens qui procèdent à des acquisitions pour se régénérer. La disparition d’une profession est plutôt l’exception, c’est par exemple le cas emblématique des taxis. Une vision optimiste donc chez Gilles Babinet, pour une France dotée d’un excellent éco-système, d’un accès de qualité aux capitaux, avec la BPI, le point noir restant le système éducatif.

 

A LIRE ET VOIR EGALEMENT

Comment Cisco booste l'économie numérique en France
Ce n'est plus une information, mais une confirmation ! Cisco s'engage aux côtés de l'économie numérique en France.

Interview Vidéo : Gilles Babinet, ambassadeur et entrepreneur digital !
La transformation numérique est d’abord une affaire de mutation culturelle.

Interview Vidéo : Denis Bourdon, Directeur des Opérations IT, SwissLife
La transformation digitale impacte toute l'organisation de l'entreprise, la relation clients et le travail quotidien des collaborateurs

Interview Vidéo : Martin Sauer, Group Digital Director, de Manutan
Martin Sauer observe comment s'opère l'acccélération digitale en France comme en Californie et par quels moyens l’entreprise peut se réinventer.