Pour optimiser ses ressources IT, BP a déplacé cinq systèmes SAP dans le cloud public d’AWS, dont des systèmes d’analyses basés sur HANA, et l’entreprise est en train de supprimer progressivement les 7 000 serveurs installés dans quatre datacenters, à mesure que progresse son opération de migration. La compagnie pétrolière britannique veut également profiter de cette migration dans le cloud pour s’alléger de 30 % de ses applications commerciales existantes.

Le logiciel spécialisé dénommé Spiral, utilisé par les planificateurs d'actifs de sa division raffineries, est la première application autonome à migrer sur AWS. Lors de l'AWS Summit qui s’est tenu à Londres le 28 juin, Claire Dickson, CIO de BP Downstream a déclaré que le déplacement de cette application dans le cloud avait permis de réduire d'environ sept heures et trois minutes le temps nécessaire pour effectuer le même travail en utilisant les mêmes ensembles de données. « Je ne pensais pas que nous pourrions obtenir un tel résultat dans le cloud et c’est pour nous une vraie révolution », a-t-elle ajouté.

Une migration délicate 

Cependant, Claire Dickson a reconnu que le déplacement de la totalité de l’IT d’une entreprise comme BP vers le cloud n’était pas une opération de routine. « Nous avons appris que ce n’était pas vraiment facile, et concrètement, la migration nous a demandé beaucoup de travail », a-t-elle déclaré. « Pour les services IT d’une entreprise comme la nôtre, améliorer notre activité et utiliser cette nouvelle technologie a été compliqué ». La CIO de BP Downstream a également déclaré que BP se préoccupait beaucoup de la sécurité, et apprendre à « construire des capacités et les bases de la gestion de la sécurité dans le cloud » a été un défi majeur pour l’IT. Elle a également ajouté que pour les services IT, le déploiement de correctifs dans le cloud était, en terme de rapidité, « sans commune mesure avec ce qu’il est possible de faire sur site ».

L'AWS Summit 2017 a consacré beaucoup de place à la sécurité, à un moment où les attaques DDoS sont en très forte recrudescence. D’entrée de jeu de cette journée, le CTO d’Amazon Werner Vogels avait déclaré que la sécurité était la « priorité numéro un » d’AWS. Il a également insisté sur les capacités d'AWS Shield pour offrir une protection automatique contre ces menaces.