Thomas Bravo a encore frappé. Le fonds d'investissement continue de muscler son portefeuille dans le domaine de la cybersécurité - déjà bien étoffé par plus d'une trentaine d'acquisitions dont Sophos (3,9 Md$), Barracuda Networks (1,6 Md$) ou encore Veracode (950 M$) - en mettant la main sur Venafi. Cet éditeur se positionne dans la gestion des certificats de sécurité numériques et de clés cryptographiques pour sécuriser les connexions SSL / TLS, du code, des infrastructures IoT, des systèmes mobiles... Parmi ses clients, on trouve la moitié des entreprises du Fortune 50 (Wells Fargo, Cisco...).

Selon les termes de l'accord, il est question que Thomas Bravo aide Venafi à « étendre la dynamique globale de sa base de clients », sans pour autant indiqué les actions qui seront prises. Il ne serait pas très surprenant d'apprendre qu'il s'agit d'étendre les forces commerciales ainsi que les représentations de l'éditeur aux Etats-Unis et au niveau international mais cela n'a pas été confirmé.

Suite à cette opération, Venafi - concurrencé notamment par CyberArk, Centrify (spin-off de ce dernier), Duo Security - est désormais valorisé près d'1,5 milliard de dollars. Les investisseurs existants Foundation Capital et TCV et restent actionnaires du groupe. A noter que Venafi était parvenu à lever 100 millions de dollars il y a deux ans dans un tour de table financier mené par ce dernier.