« La donnée pourra réellement être qualifiée d’or noir le jour où elle sera démocratisée, accessible à tous et utile pour la prise de déciison » 

Cette implosion de la sphère Big data démontre que les besoins d’accès agile et universel à une donnée exploitable, partageable et toujours sous contrôle nécessitent une philosophie différente. Exit l’accumulation aveugle de données au sein des data lakes, place à une réflexion sur leur valorisation, leur industrialisation et leur gouvernance à l’échelle de l’entreprise. « Cet état d’esprit, nous l’avions dès le départ chez Snowflake » commente Thibaut Ceyrolle, directeur des ventes pour la zone Europe du Sud. « Notre objectif était de créer une plateforme capable d’adresser toutes les données et de les mettre à disposition de l’ensemble des utilisateurs en s’appuyant sur le cloud pour obtenir de la flexibilité et des performances élastiques en cas de pics de requêtes ». Appliquée de manière agnostique vis-à-vis des fournisseurs de Cloud, cette stratégie permet à Snowflake de centraliser l'ensemble des données de l’entreprise et de fournir rapidement des réponses aux requêtes des utilisateurs, qu’il s’agisse d’analyses prédictives, de tendances et autres corrélations…  

Techniquement, Snowflake se démarque par son architecture avec un stockage décorrellé du traitement, une importante scalabilité, et une facilité à s’insérer dans l’écosystème de n’importe quelle organisation, son fonctionnement reposant sur SQL, langage largement partagé par la communauté de développeurs. « N’importe quelle entreprise qui migre d’un système traditionnel on-premise vers Snowflake peut très rapidement l’utiliser et en retirer les fruits » commente Thibaut Ceyrolle, rappelant à quel point la complexité des projets et la difficulté à trouver des data scientists ont compté dans l’échec d’Hadoop.

Des cas d’usage qui dépassent largement le datawarehouse

Pensée dès l’origine pour fonctionner sur n’importe quelle plateforme cloud, l’architecture de Snowflake permet d’adresser de nombreux workloads. « Ce que nous appelons Cloud data platform embrasse un périmètre bien plus large qu’un simple datawarehouse » précise le directeur des ventes. En réalité, c’est toute la chaîne de traitement et d’exploitation de la data qui peut être prise en charge grâce à l’écosystème de partenaires Snowflake. « Par exemple, notre approche SQL facilite la mise en place de connecteurs de visualisation ou d’intégration » illustre Thibaut Ceyrolle. « Snowflake est en quelque-sorte un facilitateur dans la mise en place de solutions de transformation de la donnée, d’implémentation de l’IA, de machine learning ou encore de data exchange. »

En passe de devenir la solution de facto sur les projets de remplacement de datawarehouse, la puissance de Snowflake permet effectivement à des partenaires tels que Matillion d’assurer les processus de migration, de préparation et de transformation des données, préalable indispensable à la mise en place d’une démarche d’analyse des données. « La puissance de Snowflake permet d’accélérer le processus de transformation par rapport aux solutions ETL classique » souligne Thibaut Ceyrolle. 

La cloud data platform soutient également les projets de data science, qui nécessitent des requêtes souvent complexes et donc des performances élevées. En permettant d’accéder à l’information rapidement, Snowflake accélère la prise de décision, ce qui implique aussi une réduction des coûts. Il faut ajouter à cela la capacité d’intégrer toutes les données de l’entreprise, qu’elles soient structurées, non structurées ou semi structurées. « Snowflake offre des performances constantes tout en éliminant les tâches d’administration des bases de données qui ont tendance à polluer le quotidien des data scientists ». Là encore, les économies sur les frais de maintenance sont substantielles. « Sur certains projets de remplacement de Terradata, les entreprises qui ont franchi le pas constatent une réduction des coûts de 65%, avec des performances supérieures » constate le directeur des ventes.

Une market place pour démocratiser l’accès à la donnée

Dernière initiative de la firme au flocon de neige, le lancement d’une market place permettant à ses clients de se connecter aux données d’autres entreprises ou de vendre leurs data sets dans un environnement totalement sécurisé. Cette place de marché permettra aux clients d’aller plus loin dans la partage et l’exploitation de la donnée en interne, avec les filiales au sein d’un grand groupe ou avec des partenaires commerciaux, sans avoir à se soucier des contraintes liées à l’export, aux backups ou aux problèmes de sécurité… Pour Thibaut Ceyrolle, « l’échange de données constitue l’essence même de certains métiers, par exemple les organismes de bourse ». Le manque de visibilité sur les données, l’obsolescence des systèmes et l’impossibilité d’accéder de manière sécurisée à des données tierces critiques sont un frein à leur modernisation, à leur mise en conformité réglementaire et au final à leur croissance. « Un frein que nous tentons de lever en permettant à nos clients d’échanger leurs données de façon sécurisée et sans friction grâce à notre architecture pensée pour le cloud » conclut Thibaut Ceyrolle.