C’est pourquoi l’alliance de SAS, leader de l’analytique, et de Microsoft, leader du Cloud avec Azure, contient une promesse inédite pour les entreprises. L’union de leurs expertises induit en effet l’accélération de l’industrialisation de l’Analytics as a Service.

L’Analytics as a Service ouvre véritablement une perspective décisive. Pour en comprendre la portée, abordons successivement trois questions :  

 

Analytics as a Service : une exigence d’accélération

La pandémie actuelle de Coronavirus et les tensions qu’elle a provoquées dans la logistique de la grande distribution ont mis en lumière le besoin de tendre vers l’Analytics as a Service. En effet, l’urgence de valoriser plus rapidement les données disponibles est évidente au vu de l’engorgement initial :

  • Comment anticiper davantage les comportements des consommateurs ?
  • Comment organiser au mieux le transport et les rotations ?
  • Comment ajuster la réponse sur le point de vente, en termes de disponibilité du personnel et d’organisation des flux ?

 

La précision des réponses à ces questions conditionne la fluidité de l’activité des acteurs.
Eh bien, derrière ces enjeux, il y a la course au recueil, au traitement et à la compréhension des données ! 
L’analytique omnicanale et l’intelligence artificielle apportent une première série de réponses à ces attentes.  

Heureusement, le plus souvent, dans les entreprises et dans les administrations, la question de la valorisation des données n’a pas le côté problématique des premières semaines du confinement ! Mais l’urgence est bien là, pour autant.

En effet, les données sont au cœur de nombreux autres défis :

  • Suivre en temps réel des données hospitalières pour anticiper les besoins en termes de matériel et ressources
  • Réduire les temps d’arrêt des équipements industriels en anticipant les besoins de maintenance
  • Détecter les tentatives de fraude et sécuriser les transactions financières
  • Maîtriser le risque bancaire
  • Offrir une expérience client satisfaisante et rassurante, même en période de crise

 

Une solution à base d’Internet des Objets (IoT) est par exemple testée par la ville de Cary (Caroline du Nord). Développée par SAS, cette solution vise à utiliser l’analytique pour améliorer la prévention des inondations, ou tout au moins en atténuer les conséquences par une meilleure organisation des secours.

L’analyse des données permettra ainsi de déclencher plus tôt les alertes, de percevoir plus vite la dangerosité des phénomènes et d’identifier les parcours les plus sûrs pour acheminer les secours et évacuer les personnes.   

 

Analytics as a Service : l’avantage du Cloud

Passer de l’analytique à l’Analytics as a Service, c’est-à-dire concevoir dans le Cloud les solutions de demain, répond à la logique même des organisations, entreprises ou administrations. En effet, la masse de données produites et la multiplication des lieux de production de ces données induisent que leur barycentre ne peut être que dans le Cloud. 
Ou, tout au moins, que c’est dans le Cloud, c’est-à-dire là où se trouvent la plupart des données, que leur recueil, leur traitement et leur mise à disposition sont le plus efficaces.

Mais le Cloud a bien sûr d’autres vertus en matière d’analyse des données. Par exemple, l’élasticité de l’accès aux capacités de recueil et de traitement est un avantage pour des organisations dont l’activité induit des variations fortes dans les masses de données à traiter :

  • Mobilisation de capacités supplémentaires dans certaines séquences de la course à l’innovation pour l’industrie pharmaceutique
  • Besoin de décrypter des comportements inédits et d’adapter très vite son offre pour les géants du commerce
  • Nécessité de configurer au plus près de la réalité des besoins les capacités d’accueil des services de santé à l’occasion d’une épidémie ou d’une catastrophe

 

Pouvoir adapter sa capacité analytique à ses besoins du moment en temps réel est ainsi une perspective qui conjugue économies de ressources (je ne paie que ce que je consomme) et garantie de réactivité. 
Tandis que le fait de ne pas avoir à gérer l’infrastructure associée permet de consacrer ses ressources à l’exploitation des résultats de l’analyse.  

Mais le Cloud donne également de la souplesse, de la mobilité, avec des possibilités inédites d’analytique embarquée, et bien sûr une garantie supérieure de sécurité et une facilitation de l’administration des logiciels.  
D’ailleurs, SAS propose des solutions dans le Cloud depuis des années, à propos desquelles les retours d’expérience sont très positifs.

 

L’alliance de SAS et de Microsoft Azure, un pas de géant pour l’Analytics as a Service

Ainsi donc, l’AaaS présente un avantage décisif pour les entreprises et les administrations. Car l’idée est cette fois de changer de dimension pour être en mesure de proposer des solutions Cloud natives qui exploitent à la fois les possibilités de l’analytique et celles du Cloud.

C’est pourquoi l’alliance de ces deux grands acteurs que sont SAS et Microsoft Azure présente un caractère inédit et prometteur dans la perspective de l’avènement de l’Analytics as a Service. Concrètement, les deux partenaires ont décidé :

  • D’accroître les intégrations entre leurs logiciels
  • De concevoir ensemble des applications analytiques verticalisées, c’est-à-dire dédiées spécifiquement à des secteurs d’activité

 

En effet, une analytique spécialement conçue et développée en réponse à des besoins précis et massifs garantit une meilleure prise en charge des problématiques et des environnements spécifiques aux secteurs considérés.

Les premières solutions communes SAS/Microsoft s’adresseront à la grande distribution, pour améliorer la planification de la logistique, à la santé et à l’industrie pharmaceutique, pour accélérer l’innovation. 
Mais l’idée est bien de constituer progressivement un portefeuille complet de solutions, adressées à un large panel de secteurs d’activité.

En conclusion, cette alliance de leaders répond à l’urgence des besoins, exploite le potentiel avéré du Cloud et réunit les compétences clés indispensables. L’Analytics as a Service est sur les bons rails. Une nouvelle dimension s’ouvre pour l’analytique !