Le marché des matières premières, un marché clé

Suite à l’essor du commerce et des technologies, la demande en matières premières a fortement augmenté sur les dernières années. Les importations et exportations mondiales de métaux ou autres matières premières sont en constante évolution. De nombreux facteurs influencent le prix des matières premières et ce marché est réputé complexe.

En effet, chaque matière première a ses attributs propres et son prix varie différemment. Le cours du pétrole par exemple est influencé en grande partie par des considérations géopolitiques mais également par des incidents techniques éventuels ou les innovations en matière d’énergie renouvelable. Le cours de l’or en revanche sera lui influencé par le sentiment de marché et la bonne santé d'autres actifs financiers comme les actions par exemple. Les conditions météorologiques ont également un impact sur le cours de beaucoup de matières premières comme le coton ou le blé.

Anticiper les évolutions du marché ou du moins réagir en temps réel aux événements influençant les cours de bourse est donc un véritable casse-tête pour les investisseurs et les institutions financières. C’est là que les spécialistes IT entrent en jeu.

Demande de spécialistes IT pour les modèles financiers

Les spécialistes IT ont fait leur apparition dans le secteur financier au cours des années 1990 avec la création du trading haute fréquence. Cette méthode de trading reposant sur des arbitrages entre différentes places financières a régné sur les marchés jusqu’en 2009. Elle est cependant en net déclin aujourd’hui. Néanmoins, la recherche d’algorithmes de plus en plus performants continue d'attirer des profils IT. Outre des compensations salariales alléchantes, les banques ont l’avantage de disposer de budgets importants.

Autre exemple avec la fintech qui engage des spécialistes IT pour des fonctions liées à l’architecture des organisations financières. Le secteur est porteur. KPMG évaluait les investissements dans le secteur fintech à 38 milliards de dollars environ pour les 6 premiers mois de l’année 2019.

Au niveau de la sécurité et de la protection des données, la fonction IT est également une fonction pivot. D’après une étude de Deloitte publiée en 2019, les acteurs du secteur financier dépensent en moyenne 2300 dollars par an et par employé pour la cybersécurité. La demande en spécialistes IT n’est donc pas prête de s’essouffler.

Big Data et intelligence artificielle, à la recherche du modèle parfait

Si le trading haute fréquence reposait plutôt sur des modèles statiques, des modèles de trading évolutifs utilisant le « machine learning » sont en train de se déployer. L’idée est bien entendu de développer une intelligence artificielle capable d’évoluer en temps réel en fonction du marché.

Au-delà du volet trading, Business Insider estimait dans son rapport « AI in Banking and Payments » publié fin 2019 que le développement de l’intelligence artificielle devrait permettre aux banques d’économiser 447 milliards de dollars d’ici à 2023.

Tout reste donc à faire dans ce domaine. Malgré des investissements importants dans le secteur, les mathématiciens, ingénieurs et autres spécialistes IT n’ont pas encore trouvé la formule parfaite pour gouverner les marchés et c’est tant mieux. Le jour où les bourses seront entièrement contrôlées par des intelligences artificielles presque parfaites, le point d’équilibre sera atteint et il n’y aura dès lors plus de profits à espérer.