Le Raspberry Pi est désormais disponible dans une cuvée Compute Module 3 taillée pour faire tourner des applications industrielles.

L'Image du jour

Le Raspberry Pi est désormais disponible dans une cuvée Compute Module 3 taillée pour faire tourner des applications industrielles.

La refonte du SI face à la transformation numérique

Dernier Dossier

La refonte du SI face à la transformation numérique

La meilleure façon d'illustrer la transformation numérique est d'apporter des témoignages concrets d'entreprises. C'est dans cette optique que la...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

3 chinois accusés du piratage de 7 cabinets d'avocats US

Les faits pour lesquels les trois ressortissants chinois sont attaqués par la justice américaine pour hacking de grands cabinets d'avocats remontent entre 2014 et 2015. (crédit : Pixabay / Pexels)

Les faits pour lesquels les trois ressortissants chinois sont attaqués par la justice américaine pour hacking de grands cabinets d'avocats remontent entre 2014 et 2015. (crédit : Pixabay / Pexels)

Une procédure menée par la justice américaine est actuellement lancée contre trois ressortissants chinois. Ces derniers sont accusés d'avoir piraté - ou tenté de le faire - 7 grands cabinets d'avocats travaillant sur des opérations de fusions-acquisitions d'envergure impliquant notamment Intel-Altera et Pitney Bowes-Borderfree. Ayant eu accès à des données confidentielles, les hackers ont effectué des ordres boursiers illégaux leurs ayant permis d'empocher 3,8 millions d'euros.

Piratage et délits d'initié se marient bien. La preuve avec cette affaire impliquant trois ressortissants chinois - Iat Hong, Bo Zheng et Chin Hung - résidents en Chine ou à Hong-Kong qui seraient parvenus à hacker plusieurs grands cabinets d'avocats américains entre 2014 et 2015 pour obtenir des informations confidentielles afin d'exécuter des ordres boursiers et empocher le gros lot. Une procédure judiciaire a ainsi été lancée, la SEC se portant partie civile, à l'encontre de ces trois individus, emmenée par le procureur général du district sud de New-York, Preet Bharara. Ils sont suspectés d'avoir pénétré à distance dans les systèmes informatiques de grands cabinets d'avocats américains dont pourraient faire partie Cravath Swaine & Moore ainsi que Weil Gotshal & Manges qui avaient déjà été hackés en début d'année. En tout, 7 cabinets auraient été visés par des tentatives de hack, dont deux auraient réussi.

« Aux alentours du 13 janvier 2015, Hong, Zheng et Hung sont parvenus à exfiltrer des données depuis des boites email sur des serveurs de messagerie du cabinet d'avocats 1 », peut-on lire dans un compte-rendu de justice. « Entre le 3 et le 6 avril 2015, Hong, Zheng et Hung ont tenté plus de 5 000 fois de s'infiltrer dans le cabinet d'avocats 7 [...] Aux environs du 24 mars 2015, Hong, Zheng et Hung ont exfiltré approximativement 26 gigaoctets de données confidentielles de Robotics Company Victim-1 transférées sur un serveur externe. »

Le département des services financiers de New-York en alerte

En parvenant à accéder à la messagerie de plusieurs partners, les pirates ont pu avoir accès à des informations confidentielles relatives à des opérations de fusions-acquisitions, impliquant notamment Intel-Altera et Pitney Bowes-Borderfree, mais également un grand groupe pharmaceutique ayant eu des vues sur InterMune. Grâce à ces informations, du délit d'initié en somme, ils ont exécuté des opérations boursières leur ayant permis d'empocher environ 3,8 millions d'euros. Des achats d'actions concernant 5 entreprises différentes ont été effectués. Pour l'heure, seul Iat Hong a été arrêté (le jour de Noël), ces deux acolytes courant toujours. Accusé de conspiration et de fraude aux valeurs mobilières, il encourt jusqu'à 110 ans de prison.

Suite à cette affaire, le département des services financiers de New-York a proposé en urgence une mise à niveau de sa proposition de régulation sur la cybersécurité, contraignant les banques et les assureurs à rendre leurs systèmes et ceux de leurs fournisseurs à niveau contre les risques associés aux cybermenaces.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 30/12/2016 à 11h30 par Visiteur10125 :

à : Rédacteur LMI : Ne vous en faite pas, le plus gêné des deux sera Iat Hong...

Signaler un abus

le 30/12/2016 à 09h30, Rédacteur LMI répond :

Bonjour,

Il s'agit de 110 ans de prison.

Merci pour votre vigilance et désolé pour la gêne occasionnée.

Cordialement,
Dominique Filippone

Signaler un abus

le 30/12/2016 à 07h04 par Visiteur10122 :

"il encourt jusqu'à 110 de prison." ?

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

#LMItoutneuf

lancement dans

Publicité
Publicité
Publicité