Un Apple 1 s'est vendu 950 000$ mercredi à New-York par la maison Bonham, ce qui représente près du double des estimations.

L'Image du jour

Un Apple 1 s'est vendu 950 000$ mercredi à New-York par la maison Bonham, ce qui représente près du double des estimations.

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

40 % des dépenses informatiques échappent aux DSI

Les chefs d'entreprise sont prêts à investir pour augmenter la productivité de leurs équipes avec des outils SaaS ou mobiles, montre le cabinet CEB. (crédit : D.R.)

Les chefs d'entreprise sont prêts à investir pour augmenter la productivité de leurs équipes avec des outils SaaS ou mobiles, montre le cabinet CEB. (crédit : D.R.)

Selon une étude réalisée par la société de conseil CEB, spécialisée dans la performance des entreprises, les services informatiques ne peuvent empêcher les dépenses IT réalisées par d'autres départements, mais ils devraient en reprendre en partie le contrôle.

Les services informatiques « sous-estiment de manière significative » les budgets alloués à la technologie par d'autres départements de l'entreprise. Selon l'étude réalisée par la société de conseil CEB, c'est notamment le fait de certains services qui contournent le directeur des systèmes d'information et ses équipes pour mettre en oeuvre leurs propres projets. Globalement, les DSI estiment que les « dépenses fantômes » en informatique engagées par d'autres secteurs de l'entreprise dépassent de 20 % le budget IT officiel. Cependant, le pourcentage réel serait plus proche de 40 %, selon les chiffres du consultant CEB. Ce dernier a enquêté auprès de 165 entreprises qui dépensent au total plus de 35 milliards d'euros dans l'IT.

Selon CEB, pour augmenter la productivité, les chefs d'entreprise sont prêts à dépenser de l'argent pour tester différentes technologies, que ce soit sous forme de services cloud (applications CRM, outils de partage de documents...) ou même simplement pour équiper leurs salariés avec des tablettes iPad. « Les services informatiques doivent chercher à savoir comment soutenir ces efforts et offrir aux salariés et aux cadres la flexibilité dont ils ont besoin. Ils doivent aussi faire en sorte que la solution soit sûre et rentable pour l'entreprise », souligne CEB.

Une « saine innovation » plutôt qu'une menace

Les services marketing, les RH, les services financiers et opérationnels sont ceux qui consacrent un part plus grande de leurs budgets à la technologie. Pour les RH, cette part représente 6 à 9 % de leur budget global depuis que ces départements cherchent de plus en plus à utiliser des services basés sur le cloud et se tournent vers des outils d'analyse spécifiques pour mieux appréhender et gérer les personnels existants et les nouvelles recrues. Andrew Horne, directeur général de CEB, a déclaré : « Si par le passé, ces « dépenses ignorées » ont été considérées comme un risque ou une menace, elles sont au contraire souvent synonymes de saine innovation et offrent à l'IT une occasion unique de travailler plus étroitement avec des partenaires dans l'entreprise pour développer de nouvelles capacités ».

« Ce serait très problématique de ne pas reconnaître l'ampleur des projets technologiques menés en dehors du département informatique », estime Andrew Horne. Mais « ce serait aussi une erreur de vouloir tout repasser sous le contrôle de la DSI ». Par contre, « si les DSI parviennent à créer cet équilibre, ils peuvent aider l'entreprise à être plus flexible, ils peuvent contribuer à identifier les économies potentielles et, finalement, mettre en oeuvre le changement et l'innovation plus facilement ». L'étude a également constaté que les budgets informatiques globaux pour l'année à venir sont appelés à augmenter de 3 %, presque exclusivement du fait de la hausse des dépenses d'exploitation, alors que les dépenses en capital restent stables à 0,3 %.

En 2014, les dépenses en applications mobiles devraient s'accélérer même si près des deux tiers (65 %) des salariés se disent insatisfaits des capacités mobiles mises à leur disposition pour leurs activités professionnelles. Depuis 2012, en raison d'une demande croissante en flexibilité, le nombre de DSI consacrant plus de 4 % de leurs budgets à ce domaine a plus que triplé.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 03/12/2013 à 09h11 par Thi-cot (Membre) :

Les dépenses échappent peut-être aux DSI mais certainement pas aux comptables et contrôleurs de gestion, il faudrait éventuellement revoir la position du DSI par rapport aux budgets IT globaux afin d'harmoniser tout ça, car les développements sauvages sont aussi des sources de problèmes. Qui n'a pas eu un petit malin jouant avec un DHCP qui prenait le relais sur son réseau et plantait absolument tout sans qu'on sache d'où ça vient de prime abord? :)

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité