Mozilla Dubbed Observatory vérifie que les mécanismes de sécurité disponibles sont présents et bien configurés sur un site web.

L'Image du jour

Mozilla Dubbed Observatory vérifie que les mécanismes de sécurité disponibles sont présents et bien configurés sur un site web.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

8,9 millions de dollars par entreprise pour réparer les dégâts liés aux cyberattaques

Pour sa seconde étude annuelle sur les coûts des dégâts causés par les cyberattaques, l'institut Ponemon note une augmentation de 6% par rapport à l'année dernière.

Selon une étude réalisée par l'Institut Ponemon auprès de 56 organismes privés et publics US, tous les coûts informatiques associés aux cyberattaques aux États-Unis se montaient à 8,9 millions de dollars en moyenne par entreprise au cours de l'année écoulée. C'est une hausse de 6% par rapport à l'étude réalisée l'année précédente. Et pour la première fois, Ponemon a étendu l'enquête à d'autres pays, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Australie et le Japon. Les coûts attribués aux cyberattaques dans ces pays étaient significativement plus faibles : 5,9 millions de dollars en moyenne par entreprise en Allemagne et 5,1 millions de dollars au Japon, par exemple.

L'étude, commanditée par HP Enterprise Security, tente d'expliquer pourquoi le chiffre de la cybercriminalité est beaucoup plus élevé aux États-Unis. « Nous avons constaté que les entreprises américaines étaient beaucoup plus susceptibles de subir des attaques de la part de salariés malveillants, avec du code malicieux et exploitant des faiblesses sur les sites web », indique le rapport.

Un panel un peu trop limité

Le fondateur de l'institut, Larry Ponemon, reconnaît toutefois qu'avec seulement 56 organisations et entreprises participant à l'enquête, l'échantillon est insuffisant pour parvenir à une conclusion ferme quant à la raison pour laquelle le coût de la cybercriminalité aux États-Unis semblent plus élevés qu'ailleurs.

Au Royaume-Uni et en Australie, où les coûts de la cybercriminalité ont été respectivement de 3,2 millions de $ et 3,3 millions de $ sur une année en en moyenne par entreprise, les attaques par déni de service (DDoS) étaient les plus courantes. Les entreprises allemandes sont les moins susceptibles de subir des intrusions avec du code malveillant et des attaques par déni de service, tandis que les entreprises japonaises moins susceptibles d'être inquiétées par les dégâts causés à l'aide de complicité interne et les attaques exploitant les failles des sites web.

5 facteurs externes

L'étude a cité cinq facteurs «externes» qui contribuent aux dégâts associés à la cybercriminalité : l'interruption de l'activité commerciale, le vol et la destruction d'informations, la perte de revenus, les dommages matériels et "autres". Les coûts «internes» sont les outils de détection, l'investigation, le confinement, la restauration et les efforts subséquents pour parer les attaques futures. Selon les entreprises américaines interrogées, le vol d'informations ne représente que 44% du total des coûts externes.

Parmi les 56 entreprises participant à l'enquête, les coûts liés à la cybercriminalité variaient de 1,4 à 46 millions de dollars. La plupart de ces coûts sont issus des mesures nécessaires pour atténuer les blocages  provoquées par les attaques DDoS, les intrusions avec complicité interne et les attaques web.



Pour consulter l'étude de Ponemon : http://buzz.silvertailsystems.com/PonemonStudy.html?/study

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité