Energysquare propose un astucieux ruban à coller au dos d'un smartphone pour bénéficier d'une capacité de recharge sans fil.

L'Image du jour

Energysquare propose un astucieux ruban à coller au dos d'un smartphone pour bénéficier d'une capacité de recharge sans fil.

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Dassault Systèmes prépare un cloud public concurrent d'Andromède

Bernard Charlès, le directeur général de Dassault Systèmes

Bernard Charlès, le directeur général de Dassault Systèmes

Lancé en 2009, le projet de cloud souverain Andromède peine à sortir des limbes. Et curieusement juste avant l'élection présidentielle, les choses s'accélèrent aussi bien chez Andromède que chez les concurrents avec notamment un projet emmené par Dassault Systèmes.

Selon nos confrères de BFM Business, Dassault Systèmes qui a abandonné le projet de cloud national Andromède, travaille sur une plate-forme concurrente.  « On a trouvé des entreprises réputées et dynamiques avec lesquelles travailler, qui ont une vraie ambition et peuvent agir vite », a déclaré vendredi dernier sur la radio Bernard Charlès, directeur général de l'éditeur. « Fin décembre, nous avons constaté que la structure de coûts [d'Andromède] ne permettait pas d'avoir une solution compétitive car les coûts étaient trop élevés. Donc on s'est retiré de la structure mais pas du projet, que je porte depuis deux ans et demi ».

Depuis le départ de Dassault Système le 22 décembre 2011, la plate-forme cloud Andromède destinée aux acteurs du secteur public et dotée à l'origine d'une enveloppe budgétaire de 285 millions d'euros (voir détails du financement), ne rassemble plus qu'Orange pour la partie infrastructures et du groupe Thales (étroitement lié à Dassault Aviation) pour la partie sécurité. Si certaines SSII se sont montrées intéressées par le projet Andromède - Atos, Cap Gemini et même Bull - rien n'a été annoncé et le projet se réactive avant l'élection présidentielle. Vivek Badrinath, directeur exécutif d'Orange Business Services, nous a ainsi confié le jeudi 26 janvier qu'un directeur général allait être nommé pour Andromède et que le projet allait s'accélérer. « On espère boucler assez vite en 2012 en tout cas pour la couche infrastructure ». Le datacenter de Val Rueil en Normandie, dont l'ouverture est attendue en juin 2012, assurera une partie de la charge. « Il s'agit d'un investissement important pour le groupe et les clients. C'est une de nos contributions au projet Andromède », a expliqué lors de la même conférence de presse, Didier Jaubert, senior vice-président global services chez OBS.

Bull pour remplacer Dassault Systèmes dans Andromède

« Si Dassault Systèmes souhaite déposer un nouveau projet de cloud computing en vue d'un soutien des investissements d'avenir, alors on examinera ce projet dès lors qu'il sera déposé », a indiqué aujourd'hui à l'AFP Eric Besson ministère de l'Industrie. Le 12 janvier dernier, invité aux voeux de l'Afdel, M. Besson avait indiqué qu'il allait réunir le 20 janvier [une réunion finalement reportée sine die] le consortium porteur du projet Andromède afin de le remobiliser et d'analyser la situation après le retrait de l'un de ses acteurs majeurs. « Il y a une ou deux autres options qui se dessine. Je suis raisonnablement optimiste sur les chances d'y arriver ». Rappelons que le projet de cloud national Andromède a été lancé par le premier ministre François Fillon en 2009. Trois ans après la première brique, la nomination d'un directeur général, semble enfin arriver, bientôt suivie par l'inauguration du datacenter, et enfin l'arrivée d'un troisième partenaire technologique. Selon le journal les Échos, « Bull discuterait déjà avec Orange et l'État, et pourrait apporter au consortium son expérience dans le domaine des supercalculateurs informatiques ».

À la question de savoir qui pourrait remplacer Dassault Systèmes sur le plan financier dans le projet Andromède, Vivek Badrinath nous a étonnement répondu jeudi dernier  que l'éditeur français apportait une expérience utilisateur très intéressante pour faire tourner des applications très lourdes dans un environnement cloud. Une expérience que l'éditeur a donc décidé d'apporter à d'autres entreprises au sein d'un cloud public concurrent. Un projet que Dassault Systèmes ne souhaite pas détailler plus avant pour l'instant.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 01/02/2012 à 10h11 par yt75 (Membre) :

pour faire du "cloud" sérieusement, déjà il faudrait que l'informatique sorte de son syndrome paroxystique du "cordonnier toujours le plus mal chaussé" (croire que sa problématique d'identifiants nécessaires serait différente d'un quelque autre domaine), à ce sujet :
http://iiscn.wordpress.com/about/

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité