Advertisement
Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concours de partenaires IT.

L'Image du jour

Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concou...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Datadog s'attaque au monitoring des containers et microservices

Oliver Pomel (au 1er plan), co-fondateur et CEO de Datadog, et Amit Agarwal, chief product officer. (crédit : LMI)

Oliver Pomel (au 1er plan), co-fondateur et CEO de Datadog, et Amit Agarwal, chief product officer. (crédit : LMI)

La start-up Datadog ambitionne d'apporter un peu de clarté dans le monitoring du cloud et des microservices.

En direct de San Francisco - Le marché de l'informatique est aujourd’hui envahi par une ruée de start-ups qui proposent de mieux suivre les applications, les données, les sites web, les serveurs et les réseaux. Ces outils de surveillance, même s'ils fournissent des données sur les différents événements d’un système IT, ne peuvent pointer certains problèmes inhérents à des plates-formes comme Docker. « Hier, les administrateurs devaient gérer de 10 à une centaine de serveurs physiques, aujourd’hui certains sont passés à des milliers d’instances. Hier, mes déploiements étaient statiques avec des serveurs et des VM, aujourd’hui on est passé à des environnements plus dynamiques avec des containers et des microservices. On est donc passé dans un mode dynamique pour le monitoring », nous a indiqué Olivier Pomel, CEO et cofondateur de Datadog. Fondée en 2010, cette start-up basée à New York nous a accueilli dans les locaux de son principal investisseur, Index Ventures, à San Francisco.

Les outils mis en place pour le suivi des précédentes architectures (Tivoli, OpenView, Patrol…) n’ont plus leur place aujourd’hui pour gérer les dernières plates-formes web (monitoring de Docker dans AWS par exemple), a affirmé le CEO. Datadog, comme son concurrent Scout, permet de créer des tableaux de bord et des données globales pour remonter les informations collectées par ses agents connectés aux API des apps, services et containers. Datadog recueille les métriques sur l'utilisation du CPU, la mémoire et les E/S pour tous les conteneurs en cours d'exécution dans le système. Il est en outre possible d’obtenir des données sur les containers en cours d’exécution ou stoppés, ainsi que le nombre de containers Docker. La vue du tableau de bord permet de créer des graphiques pour une métrique ou un ensemble de mesures sur l'ensemble du déploiement ou regroupés par hôte ou conteneur. Datadog propose également des alertes via une fonctionnalité baptisée Monitors qui permet de définir des seuils pour divers paramètres. Enfin, en utilisant l'onglet Metrics Explorer, il est possible de faire des agrégations avec certaines mesures pour aider à déboguer des problèmes ou des informations spécifiques.

Nous proposons aujourd’hui un seul produit, Infrastructure Monitoring, mais nous travaillons sur d’autres solutions à venir, nous a indiqué le CEO. « Le web rend plus facile la décentralisation pour le monitoring de services très différents » a ajouté Amit Agarwal, chief product officier. « ServiceNow, Splunk, toutes ces solutions présentent les mêmes tableaux de bord au final même si elles ne sont pas spécialisées sur les mêmes choses à l’origine », a souligné le dirigeant. Datadog utilise des agents open source pour travailler et se connecter aux services, applications et containers. Toutefois, ils ne sont pas obligatoires. « Nous pouvons faire autrement, mais c’est moins facile. » DataDog coûte 18 $ par serveur ou instance par mois. « Nous n’avons pas développé cette solution de monitoring pour qu’elle soit cheaper mais pour apporter des fonctionnalités avancées afin de suivre des processus complexes », a précisé Amit Agarwal. Parmi les concurrents de Datadog, on peut citer Scout ou Sensu Monitoring Framework.

Précisons enfin que Datadog possède des bureaux à Boston (50 personnes), en plus de son siège à New York (une centaine de salariés), et a ouvert une annexe à Paris pour recruter des talents (une cinquantaine à terme).« Nous éprouvons des difficultés pour installer des développeurs français aux États-Unis, certains ont même dû repartir faute de visa adéquat », a précisé le CEO.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
10 Avril 1998 n°761
Publicité
Publicité