Advertisement
Le Band de Microsoft s'apparente plus à un bracelet connecté qu'à une smartwatch

L'Image du jour

Le Band de Microsoft s'apparente plus à un bracelet connecté qu'à une smartwatch

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Droits d'auteur : Google de nouveau sur le banc des accusés

Les éditeurs français se sont inspirés du projet de loi en cours d'examen en Allemagne qui obligerait Google à rémunérer les éditeurs de presse.

Les éditeurs de presse français ont relancé les discussions à propos de la non indemnisation par les moteurs de recherche tels Google. Ces derniers réutilisent les titres et les chapeaux des articles dans les onglets d'actualité sur leurs sites, comme par exemple dans Google Actualités. Selon le Syndicat des éditeurs de la Presse Magazine (SEPM), les discussions visant à concevoir une loi permettant aux éditeurs de facturer les moteurs de recherche sont de retour, alors que le gouvernement allemand vient de donner son aval la semaine dernière à un projet de loi allant dans ce sens.

Le gouvernement allemand a donc soutenu une proposition visant à étendre la protection du droit d'auteur à des extraits d'articles de presse réédités par les moteurs de recherche. Selon la proposition de loi, les éditeurs pourraient être autorisés à facturer aux moteurs de recherche tels que Google la republication des titres et du premier paragraphe des articles. Le ministre de la Culture allemand, Bernd Naumann, a déclaré la semaine dernière qu'il était inacceptable que Google et les autres moteurs de recherche puissent utiliser gratuitement les articles web des journalistes dans un but commercial.

Éditeurs allemands et français sur la même longueur d'ondes

Les éditeurs de presse français voient le soutien du gouvernement allemand à ce projet de loi comme « une preuve qu'il y a un réel problème entre les producteurs et le filtre présent entre le contenu et les lecteurs » déclare Guillaume Frappat, Chargé de mission affaires économiques et développement numérique du SEPM. « Nous sommes très intéressés par cette initiative » ajoute-t-il. « Nous travaillons pour voir ce qui peut être réalisé dans ce contexte. »

Les éditeurs français vont dans le même sens que leurs homologues allemands, et veulent qu'il y ait un partage des revenus que Google tire de la publicité affichée à cotés de leurs articles. Le titre et le chapeau publiés par Google News sont très souvent suffisants pour satisfaire le lecteur, à tel point que celui-ci ne ressent pas le besoin de cliquer sur le site des journaux a expliqué Guillaume Frappat. A cause de cela, les éditeurs perdent des revenus a-t-il ajouté.

Les propos de la SEPM trouvent un écho dans les déclarations d'Aurélie Filipetti rapportées par Le Monde le 4 septembre 2012. Celle-ci déclarait qu'« il serait normal que [les] moteurs de recherche contribuent à financer la vraie valeur ajoutée produite par les journaux. Le travail éditorial est fait par la presse, pas par ces plateformes qui pourtant en tirent un profit commercial évident. »


COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 07/09/2012 à 09h42 par Sylvain (Membre) :

D'un autre côté, les éditeurs sont bien content d'apparaître dans Google. Que le moteur les retire une semaine de sa sélection et ils vont se plaindre en justice...

Donc, comme ils n'ont pas d'arguments pour négocier avec Google, ils veulent une loi anti-google.

Mais attention, on ne peut pas faire une loi contre une entité (Google), la loi devra être d'application générale.

Supprimer ou rendre payant le "droit de citation de bref extrait" aurait des conséquences incalculables (combien de thèses citent d'autres publications, les journalistes citent régulièrement ce que machin aurait dit à nos confrères de tel journal). On ne peut pas faire une loi indiquant que "comme c'est Google et qu'ils sont riches, ils doivent payer".

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité