Robo Brain est un référentiel accessible dans le cloud qui permettra aux robots d'apprendre de nouvelles tâches à partir de vidéos ou d'images.

L'Image du jour

Robo Brain est un référentiel accessible dans le cloud qui permettra aux robots d'apprendre de nouvelles tâches à partir de vidéos ou d'images.

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

Dernier Dossier

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

En juin dernier, nous étions de retour à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour la quinzième édition ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
8
Réagissez Imprimer Envoyer

Fleur Pellerin soutient AppGratis face à Apple qui l'a déréférencée

La start-up AppGratis, dont l'app a été brutalement supprimée de l'Apple Store, emploie 45 personnes (Crédit AppGratis).

La start-up AppGratis, dont l'app a été brutalement supprimée de l'Apple Store, emploie 45 personnes (Crédit AppGratis).

Chez AppGratis ce matin, Fleur Pellerin a pointé le besoin de pérennité des PME françaises engagées dans des relations commerciales avec de grands groupes comme Apple. Ce dernier a déréférencé la semaine dernière l'app pour iOS de cette start-up.

La start-up parisienne AppGratis créée en 2008 « traverse un moment particulièrement difficile », reconnaissait il y a deux jours son directeur général, Simon Dawlat, sur le blog de sa société. Qu'on en juge. Il y a quelques jours, Apple a retiré de sa boutique en ligne l'application mobile du même nom qui compte 12 millions d'utilisateurs, au motif qu'elle violait deux règles (2.25 et 5.6*) de l'Apple Store, ainsi qu'il l'a confirmé au site AllThingsD. Cette app propose à ses utilisateurs d'accéder chaque jour gratuitement, et pendant 24 heures, à une autre app habituellement payante.

Stupeur et inquiétude sur l'avenir de cette PME française dans laquelle sont embarqués 45 collaborateurs, des partenaires et des investisseurs. En janvier, un tour de table auquel participait Iris Capital et Orange Publicis réunissait un peu plus de 10 millions d'euros, peu après la validation par Apple de la version 3 d'AppGratis.

Déréférencement brutal et unilatéral

L'annonce de la suppression de l'app sur l'Apple Store a donc alerté la ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, qui a annoncé dans la foulée son déplacement chez AppGratis. Ce matin, dans les locaux de celle-ci(**), elle a regretté le « désengagement brutal d'Apple » qui met la start-up en difficulté.

« Cela justifie de prendre la mesure de la manière dont ces grandes plateformes peuvent imposer leur conditions de fonctionnement », a estimé la ministre déléguée. A travers le cas d'AppGratis se pose aussi le problème de la pérennité des investissements et des efforts réalisées par les start-up et PME françaises du secteur qui participent à l'animation de ces grandes plateformes d'apps mobiles, a-t-elle souligné. « Je rappelle que les Français sont les 2èmes producteurs d'applications au monde derrière les Etats-Unis pour enrichir les terminaux mobiles »... « Quel est le sens d'investir si, du jour au lendemain, le modèle économique est mis en danger par une décision unilatérale », a-t-elle exposé. « Il y a là un sujet de loyauté dans les relations commerciales ».

Tout en jugeant nécessaire de s'interroger sur les moyens de répondre à ce type de situation, elle a souhaité pour l'heure qu'Apple puisse renouer le dialogue avec cette entreprise pour rétablir la situation. 

(*) La règle 2.25 indique que les apps qui présentent d'autres apps à acheter ou qui en font la promotion de façon similaire à l'App Store ou pouvant induire une confusion avec celui-ci seront rejetées. Quant à la règle 5.6, elle précise de son côté que les apps ne peuvent pas utiliser de notifications push pour envoyer des publicités, des promotions ou faire du marketing direct.
(**) Une vidéo du point presse chez AppGratis a été publiée par nos confrères de Clubic.


Article de M.G.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE8

le 15/04/2013 à 10h33 par crazyteddy (Membre) :

Rien de particulier ... sinon que le le temps de validation est très long et qu'on n'a aucun message de prise en compte !
On est donc tenté de "re-poster" dans le doute ...
C'est tout !

Signaler un abus

le 15/04/2013 à 09h38 par Visiteur1556 :

Six commentaires dont quatre émanant de la même personne…
Qu'en penser ?

Signaler un abus

le 13/04/2013 à 11h27 par crazyteddy (Membre) :

Et a lire "d'autres", le seul fait qu'Apple ne soit pas forcément un "ange blanc" peut justifier toutes les bassesses et escroqueries à leur égard ? ... même la violation délibérée de règles claires et connues de tous ?

Ca c'est la vision du bisounours franchouillard bien aveugle et qui n'est jamais sorti de son village!

Quand en plus cette hypocrisie délibérée s'attire même le soutien de politiques en mal d'esbrouffe on touche vraiment le fond ...

Signaler un abus

le 12/04/2013 à 21h14 par crazyteddy (Membre) :

Et à en lire d'autres, toutes les bassesses, toutes les escroqueries seraient permises sous le simple prétexte d'être une start-up ? ... et d'être dorloté par des politiciens en mal d'esbrouffe ???

Ca c'est le monde info vu par les bisounours franchouillards qui, soit ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, soit sont d'un cynisme encore plus profond que le responsable de cette arnaque ... !

Signaler un abus

le 12/04/2013 à 15h16 par Visiteur1542 :

A lire "certains", Apple est le bel ange blanc, face à une start-up de voyous. C'est le monde informatique vu par les bisounours "américains"...

Signaler un abus

le 12/04/2013 à 11h02 par Visiteur1535 :

fleur pellerin veut la neutralité ?!! et elle se mele de quoi ? depuis quand l'état dans un pays démocratique vient s'occuper des affaires commerciale ? elle est ou la neutralité de l'état !

elle devrait démissionner elle a commis une faute lourde en prenant part au dossier !

quand a appgratis la encore c'est un gusgus qui au début a voulu se faire de la tunes sur le dos d'apple il a voulu pousser le vice plus loin en carottant un investisseur tombait dans le panneau ( évidemment il ny avait que orange ( ou vivendi ) pour tomber dans le panneau ( ces 2 là spécialiste des flops dans leur investissements )

Apple a raison d'avoir virer appgratis

promotions artificielles, aux faux testeurs et à tous ceux qui arrivent à squatter le top du Store ».

Signaler un abus

le 12/04/2013 à 00h07 par crazyteddy (Membre) :

Lamentable ... cette ministre décrédibilise sa fonction et son ministère en s'imiscant dans des affaires privées qui ne la regardent ABSOLUMENT PAS !

Apple est connu pour ses règles strictes, ces règles sont posées clairement et connues de tous !

Un patron d'entreprise qui créé un business-model qui joue de trop près avec ces règles dès le départ est un abruti ou un fou ! ... mais il est aussi 100% responsable du retour de bâton et des conséquences pour les 40 et quelques personnes qu'il a entrainé dans cette affaire !

Qu'il assume maintenant ... c'est SON problème ! ON ne va sûrement pas le plaindre ou lui prendre la main !
Quel exemple lamentable pour les autres chefs d'entreprise ...

Signaler un abus

le 11/04/2013 à 23h44 par crazyteddy (Membre) :

Mais de quoi se mêle donc cette femme ???

Qu'elle s'occupe déjà de son ministère ... elle n'a strictement rien à faire dans un conflit entre sociétés privées !
Quand à AppsGratis, ils veulent jouer avec les règles ... qu'ils se prennent un retour de bâton n'est pas illogique, à eux de l'assumer ! On ne va sûrement pas les plaindre !!!

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité