Des chercheurs travaillent sur un substrat composé de molécules métal-oxyde qui peuvent agir en tant que composant flash.

L'Image du jour

Des chercheurs travaillent sur un substrat composé de molécules métal-oxyde qui peuvent agir en tant que composant flash.

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Dernier Dossier

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Ne percevons pas uniquement la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) à travers le tourisme et le soleil ! Cette région possède aussi une solide fil...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

IBM et 4 universités collaborent sur l'informatique cognitive

IBM veut aller plus loin que Watson avec son projet d’informatique cognitive. Crédit: IBM

IBM veut aller plus loin que Watson avec son projet d’informatique cognitive. Crédit: IBM

Pour développer des systèmes capables de réagir comme un cerveau humain, IBM va lancer un  projet de recherche avec l'université Carnegie Mellon, le MIT, l'université de New York et le Rensselaer Polytechnic Institute.

IBM va lancer un projet de recherche en informatique cognitive avec quatre universités américaines pour concevoir des ordinateurs fonctionnant à la manière d'un cerveau humain. L'objectif visera à créer des systèmes qui iront bien au-delà de Watson, le super-ordinateur d'IBM, qui a participé au célèbre jeu-questionnaire Jeopardy et battu deux anciens champions, a précisé la firme d'Armonk dans un communiqué. Ce projet sera mené avec l'université Carnegie Mellon, le Massachusetts Institute of Technology, l'université de New York et le Rensselaer Polytechnic Institute.

Big Blue a associé le big data à son programme de recherche. Les sujets explorés aborderont la manière dont les applications peuvent stimuler la prise de décision en groupe, comment la puissance de traitement et les algorithmes s'appliquent à l'intelligence artificielle, de quelle manière les systèmes doivent être conçus pour une interaction plus naturelle et dans quelle mesure l'apprentissage impacte la reconnaissance de formes automatiques dans les sciences.

Un système d'aide à la décision

La compagnie a déclaré qu'il était encore nécessaire d'identifier certains systèmes et processus nécessaires au soutien des modèles informatiques afin de permettre aux machines et aux utilisateurs de travailler ensemble dans différents domaines d'expertise. Il est à espérer que les ordinateurs cognitifs seront en mesure de traiter le langage naturel et les données non structurées en se basant sur l'expérience comme le font les humains, peut-on lire sur le site web de l'entreprise.

L'informatique ne remplacera pas les gens, mais « agira comme un système d'aide à la décision et les aidera à faire de meilleurs choix, que ce soit en matière de soins de santé, de finance ou des services aux clients », a souligné IBM. Pour cette dernière, à l'heure actuelle, les ordinateurs sont seulement très rapides et de gros mangeurs de données. Ils peuvent traiter de gros volumes d'informations, mais on ne peut pas dire qu'ils réfléchissent. Depuis plusieurs années, Big Blue travaille sur un projet baptisé SyNAPSE (Systems of Neuromorphic Adaptive Plastic Scalable Electronics), qui cherche à imiter la façon dont les neurones reçoivent des stimulations sensorielles. Pour ce faire, IBM a élaboré un modèle de programmation pour ses puces neuronales à capteurs capables de simuler certains processus du cerveau humain. L'idée est d'arriver à imiter l'efficacité du cerveau dans un système informatique.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité