Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

L'Image du jour

Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

La CNIL sermonne le Crédit Mutuel sur la sécurisation des données bancaires

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Le défaut de sécurisation des données bancaires au Crédit Mutuel n'est sanctionné que par un simple avertissement.  

La CNIL vient de publier un communiqué annonçant la conclusion du scandale du Crédit Mutuel. L'autorité administrative indépendante a décidé de n'adresser qu'un avertissement public à la banque. Cette sanction n'est qu'un simple rappel gratuit à la loi sur le plan juridique. Mais celui-ci peut faire de vrais dégâts sur l'image du groupe à l'heure où les banques ne sont déjà pas très populaires.

Les faits étaient pourtant graves. Révélé par Le Canard Enchaîné en décembre 2011, le scandale était lié à la mutualisation de toute la gestion de messagerie et de partage de documents de l'ensemble du groupe au sein d'une même filiale, Euro-Information. Le cloisonnement des informations et la sécurité avaient été mal conçus, permettant à des journalistes des filiales de presse du groupe d'accéder aux données bancaires sensibles. L'incident avait été cependant promptement réparé, avant même la parution de l'article du Canard Enchaîné. La CNIL, dès l'affaire connue, avait dépêché sur place des enquêteurs. C'est à l'issue d'une procédure complète que la CNIL sanctionne donc le groupe bancaire pour « défaut de sécurisation de ses données ».

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
15 Octobre 1990 n°428
Publicité
Publicité
Publicité