Le rover Curiosity en mission sur Mars depuis août 2012 a bénéficié d'une mise à jour lui apportant des capacités en intelligence artificielle.

L'Image du jour

Le rover Curiosity en mission sur Mars depuis août 2012 a bénéficié d'une mise à jour lui apportant des capacités en intelligence artificielle.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Le gouvernement anglais prêt à céder aux entreprises les données personnelles des élèves

Le ministère britannique de l'Éducation a décidé de partager des extraits de sa base de données NPD. (Crédit : D.R.)

Le ministère britannique de l'Éducation a décidé de partager des extraits de sa base de données NPD. (Crédit : D.R.)

Très controversé au Royaume-Uni, le projet Care.data a été retardé suite aux protestations des défenseurs des données personnelles. Le gouvernement britannique est en effet prêt à céder des informations sensibles concernant les écoliers : notes aux examens, comportement et handicaps.

Les données de tous les enfants scolarisés en Angleterre dans le système public vont bientôt être mises à la disposition des entreprises privées. Le projet Care.dat, porté par le gouvernement britannique, enflamme les débats et a déclenché une véritable tempête sur la question de confidentialité des données sensibles. Le ministère de l'Éducation britannique a en effet décidé de « libérer » les données scolaires après des mesures similaires concernant l'accès aux données anonymisées des patient du NHS (le système de santé anglais) et des contribuables (HM Revenue & Customs). Ces deux initiatives ont toutefois déjà attiré l'ire des défenseurs de la vie privée. La vente de données anonymes pourrait facilement conduire à l'identification de particuliers sans leur autorisation. L'initiative du ministère britannique de l'Éducation a donc jeté de l'huile sur le feu.

Le ministère a décidé de partager des extraits de sa base de données NPD (National Pupil Database), qui comprend les noms et adresses des enfants, leur date de naissance, leurs résultats aux tests et examens, leurs handicaps, ainsi que certaines informations sensibles comme le fait de savoir si un enfant est pris en charge par les services sociaux, s'il a été exclu de l'école, son origine ethnique et ses besoins éducatifs particuliers (dyslexie, dyspraxie...). Si toutes ces données sont collectées et stockées informatiquement depuis l'année 2002, les élèves et les parents ont toutefois le droit de refuser que ces détails soient stockés sur la base de données nationale.

Des informations très sensibles confiées à n'importe qui

Le ministère de l'Éducation indique que des extraits du NPD sont maintenant disponibles pour toute « organisation ou personne, dans le but de promouvoir l'éducation et le bien-être des enfants en Angleterre : dans les domaines de la recherche ou de l'analyse, de la production de statistiques, de fourniture d'informations, de conseils ou d'orientation ». On pense spontanément à des organismes proposant du soutien scolaire qui pourront facilement cibler les élèves en difficultés scolaires pour proposer leurs services.

Très kafkaïen, le ministère de l'Éducation a confirmé que les données seront diffusées suivant une classification sur quatre niveaux. Le niveau 1 contient les « informations personnelles les plus sensibles » , le niveau 2 « d'autres informations personnelles sensibles, y compris les versions les moins sensibles des données de niveau 1 ». Le niveau 3 contient « des données essentiellement scolaires », et le niveau 4 « les autres données concernant l' élève », comme « ses réussites mais aussi ses absences et ses exclusions ».

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 19/05/2014 à 09h36 par Visiteur4116 :

J'ai la sensation de lire un vieux roman dystopique, c'est triste que les choses en arrivent là.

Signaler un abus

le 29/04/2014 à 12h03 par Visiteur3977 :

Quand on se souvient que les Grands Bretons étaient allergiques aux cartes d'identité ! Ils commencent à s'apercevoir que le libéralisme s'entend selon l'acception française et non celle initiale et utilisée par les anglo saxons. Tout est autorisé, surtout au plus fort, au plus malin pour générer un flux sur lequel prélever sa dîme. Et avec les Facebook, Google et consorts comme fermiers généraux (collecteurs privés de taxes sous l'ancien régime, qui se payaient sur la bête au pretexte d'alimenter les caisses de l'Etat).

Signaler un abus

le 29/04/2014 à 08h01 par Visiteur3974 :

Voila comment renier la jeunesse ... quelques choses de fait à l'école primaire, ils le payeront jusqu'à la fin de leur vie. Et pour le caractère éthnique ... sans commentaire.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
15 Octobre 1993 n°561
Publicité
Publicité