La puce A8 de l'iPhone 6 est est plus rapide que l'A7 de l'iPhone 5, mais le gain reste modeste.

L'Image du jour

La puce A8 de l'iPhone 6 est est plus rapide que l'A7 de l'iPhone 5, mais le gain reste modeste.

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Pourquoi Twitter échappe au programme de surveillance de la NSA?

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

A l'inverse de Google, Facebook, Yahoo ou Apple, on ne trouve pas trace de Twitter dans les documents publiés par la presse sur le programme d'espionnage Prism de la NSA. Nos confrères de TechHive ont interrogé plusieurs spécialistes du domaine.

Selon le document PowerPoint transmis au journal britannique The Guardian par un ancien employé de la CIA et révélant le programme secret Prism, Microsoft a été le premier à collaborer avec la NSA en 2007. D'autres grosses entreprises technologiques sont nommées dans le document. Y apparaît même celui de PalTalk, un réseau social moins connu. Mais, très visiblement, Twitter n'a jamais adhéré au programme d'espionnage de l'agence gouvernementale, et le document de la NSA ne fait aucune référence au média social.

Twitter a été fondée en 2006. Alors que le programme Prism prenait de l'ampleur, Twitter est devenu un média social important. On aurait pu donc s'attendre à ce qu'il suscite l'intérêt de l'agence de sécurité américaine tout autant que Facebook, Google, Yahoo, Apple et d'autres, lesquels ont, semble-t-il, autorisé le gouvernement à entrer dans leurs systèmes. Google et Facebook ont cependant démenti avoir donné un accès à leurs serveurs à la NSA. Alors, pourquoi pas Twitter ? Pour l'instant, on sait peu de choses sur le programme mis en place par la NSA, mais des experts dans la protection des données numériques interrogés par TechHive mettent en avant trois raisons possibles de l'absence de Twitter.

Twitter, un faible degré de priorité

« Chaque fois que des espions commencent leurs opérations de collectes, leur soif de données est insatiable », a déclaré à TechHive John M. Simpson, le directeur du projet sur la confidentialité des données du Consumer Watchdog. « Mais ils peuvent aussi hiérarchiser leur collecte. La majeure partie de ce qui est disponible sur Twitter est accessible publiquement. Le business modèle de Twitter ne procède pas tellement à des aller-retour dans la sphère privée », a-t-il expliqué.

Bien sûr, le site de micro-blogging a des moyens de transmettre des informations privées, par exemple la communication par messages directs non publics, ou la possibilité de « verrouiller » son compte de façon à ce qu'il ne soit accessible qu'à des utilisateurs approuvés. Cependant, même quand ces contrôles de confidentialité sont activés, le caractère minimaliste de Twitter n'est pas très approprié pour le transfert de grandes quantités d'informations. « Comparativement à Twitter, les autres plates-formes surveillées par le programme Prism constituent une base plus large, plus riche, plus substantielle pour récolter de l'information », a estimé Jeramie Scott, National Security Fellow à l'Electronic Privacy Information Center (EPIC), un groupe d'intérêt public qui surveille le respect des libertés civiles et la protection de la vie privée. « La quantité d'information que l'on peut transmettre dans un Tweet particulier est limitée. D'autres services permettent d'accéder à beaucoup plus de contenu », a-t-il déclaré.

Comme le site permet de transmettre qu'une quantité limitée d'informations en une fois, la NSA a attribué à Twitter un faible degré de priorité. En effet, si un terroriste (ou n'importe quel individu que le gouvernement veut espionner) transmet ses informations les plus sensibles par courriel, par téléphone et par visioconférence, il est logique que Prism ait cherché à avoir en priorité l'accord des plates-formes utilisées pour ce type de communication.

Twitter, plus soucieux de la vie privée

Plus que d'autres entreprises technologiques, le site a montré sa volonté de défendre et de protéger la vie privée de ses utilisateurs face aux demandes du gouvernement. « Twitter a une histoire en matière de protection de la vie privée des utilisateurs. Ils sont montés au créneau quand le gouvernement a réclamé au média social de lui fournir des informations sur Occupy Wall Street ou Wikileaks. Ils ont résisté plus que la plupart des entreprises technologiques », a expliqué Jeramie Scott de l'EPIC.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 13/06/2013 à 11h00 par Visiteur2055 :

C'est surtout que l'accès aux comptes Twitter ne demande aucun droit, tout est visible pour 95% des membres ... et tout l'historique est disponible aussi. Un passage par jour pour relever l'info suffit donc.
@pierre_paperon

Signaler un abus

le 11/06/2013 à 11h34 par Visiteur2028 :

"Orwellien" ou "Fordien" ?
L'autre modèle, qui me parais plus approprié en la matière est celui d'Huxley dans "le meilleur des mondes".
D'un coté l'insouciance du citoyen/consommateur, dont le cerveau, brillamment conditionné, ne contient effectivement rien... à cacher. Et qui contribue de bon cœur à sa propre surveillance.
Heureux les innocents, le mythe puritain leur est ouvert.
Et puis les barbares dans les réserves sous la menace des drones que la surveillance peut leur envoyer à tout moment.
Les USA ne feront plus la guerre, ils feront la police. Tout opposant deviendra alors un simple délinquant, un terroriste. Il n'y aura plus qu'une citoyenneté la leur, plus qu'une violence la nôtre. Leur violence à eux, sera chirurgicale, exercée à distance par des opérateurs spécialisés, comme un jeu vidéo. Un simple job !
C'est beau le progrès !

Signaler un abus

le 11/06/2013 à 07h56 par newsoftpclab (Membre) :

Comment protéger sa vie privée sur internet?Au fil des révélations sur les différents programmes chargés de collecter des informations sur les utilisateurs de réseaux sociaux ou autre la crainte s'accroît pour les utilisateurs.Si vous utilisez les réseaux sociaux ou certains majors du web.Soit vos mails sont lus en long et en large.Soit vos discussions sont connus de tous.Si on en croit les dires il serait plus profitable d'utiliser une lettre timbrée pour faire passer une information privé.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité