Advertisement
Google a affiné la précision de sa mosaïque terrestre sur Earth et Maps avec Landsat 8. Ci-dessus, la ville de New York, avant et après.

L'Image du jour

Google a affiné la précision de sa mosaïque terrestre sur Earth et Maps avec Landsat 8. Ci-dessus, la ville de New York, avant et après.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
4
Réagissez Imprimer Envoyer

Seulement 33% de femmes parmi les salariés du numérique

L'étude publiée par Syntec Numérique à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes souligne une féminisation durablement trop faible dans les métiers du numérique. Crédit: D.R

L'étude publiée par Syntec Numérique à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes souligne une féminisation durablement trop faible dans les métiers du numérique. Crédit: D.R

Les femmes ne représentent que 33% des salariés du secteur du numérique, contre 53% toutes branches confondues, souligne une enquête réalisée par Syntec Numérique pour le compte de l'Opiiec Elles sont davantage présentes sur des fonctions de support et sous-représentées sur les coeurs de métier de la branche.

A l’occasion de la journée internationale des femmes et de leurs droits, Syntec Numérique a décidé de livrer les résultats d’une étude sur l’attractivité des métiers du numérique et de l’ingénierie auprès du public féminin français. Menée auprès de lycéennes, d’étudiantes, de salariées et d’entreprises de la branche pour le compte de l’Opiiec (Observatoire Paritaire des métiers du numérique, de l’ingénierie, des études et du conseil), cette enquête confirme la sous-représentation des femmes dans le secteur IT. Le rapport laisse en effet apparaître un taux de féminisation de 33% dans le secteur du numérique, contre 53% tous secteurs confondus.

L’étude note que les femmes sont davantage présentes sur des fonctions de support et sous-représentées sur les coeurs de métier de la branche. Elles sont plus fréquemment positionnées sur des postes d’employés administratifs ou de secrétaires que sur des postes d’ingénieurs ou de techniciens. Parmi les ingénieurs et cadres d'étude, recherche et développement en informatique, ainsi que les chefs de projet et les responsables informatiques, seuls 2 salariés sur 10 sont des femmes.

Un effort à faire sur la formation

Considérant que le point de basculement en termes de mixité est souvent évalué à 30%, les auteurs du rapport estiment que chemin est encore long vu que les métiers techniques sont ceux où le pourcentage de femmes ne dépasse pas 20%. Ils estiment que sans actions menées pour augmenter ce taux, le nombre de femmes formées aux métiers du numérique sera inférieur aux besoins des entreprises et que les proportions risquent même de diminuer.  Contrairement aux secteurs de l’ingénierie où les effectifs féminins progressent positivement et lentement, le secteur du numérique accueillerait de moins en moins de femmes, note l’enquête, alors que de 1972 à 1985, l’informatique était la deuxième filière comportant le plus de femmes ingénieures au sein des formations techniques.

Pour Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique, la situation devient urgente. « Le numérique est l’un des secteurs qui recrute le plus en France », a-t-il souligné dans un communiqué. « Pour autant, la représentativité des femmes au sein de notre écosystème est préoccupante. Nous souhaitons lutter contre les nombreux clichés véhiculés autour de nos métiers et les rendre accessibles au plus grand nombre», a-t-il ajouté.  Une intervention active de la branche auprès des établissements de formation initiale à tous les niveaux de formation semble donc indispensable.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE4

le 13/03/2016 à 00h07 par Visiteur8149 :

On peut déjà s'intéresser à ce qui se passe pendant la formation.

Ensuite se rappeller que l'information vient du syntec numérique et donc des ESN (SSII) on parle de sociétés de service qui on une sacré tendance à empiéter sur la vie privée à cause des multiples déplacement, et débordement d'horaire qui sont généralement incompatible avec une vie de famille épanouïe.

Signaler un abus

le 09/03/2016 à 18h10 par Visiteur8132 :

Et si nous considérons plutôt la valeur ajoutée de chacun à l'entreprise, en faisant abstraction du sexe/genre. Ne serait-ce pas le meilleur moyen de pratiquer la parité ?

Signaler un abus

le 09/03/2016 à 17h34 par Visiteur8131 :

"Il y a des métiers qui passionnent moins un sexe qu'un autre"
Reproduction sociale, majoritairement.
Il est plus simple de se projetter dans une carrière ou l'on a vu des "semblables" (vrai pour les femmes comme pour les hommes, donc).

C'est aussi ce qui grève les effectifs féminins dans le numérique.

Ce qui est dommageable, parce que pour tout ce qui est "études et développements", la mixité (socio-culturelle, genre, formation, whatever...) est très utile pour obtenir des points de vue différents et donc tendre vers des solutions plus affinées et efficientes.

Signaler un abus

le 09/03/2016 à 16h01 par Visiteur8128 :

Et quelle est la représentation des hommes parmi les "sages-femmes" (par exemple) ?

Il y a des métiers qui passionnent moins un sexe qu'un autre ; il faut arrêter d'absolument vouloir une parité parfaite unitaire.


"le nombre de femmes formées aux métiers du numérique sera inférieur aux besoins des entreprises".
Aux besoins légaux aurait pu être précisé.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
21 Juin 1996 n°683
Publicité
Publicité
Publicité