Facebook a réussi le vol d'essai de son drone Aquila qui doit fournir une connexion Internet très haut débit aux populations n'y ayant pas accès.

L'Image du jour

Facebook a réussi le vol d'essai de son drone Aquila qui doit fournir une connexion Internet très haut débit aux populations n'y ayant pas accès.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Un site de VPN gratuits pour éviter la censure

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Daiyuu Nobori a un drôle de projet pour sa thèse de doctorat. Il a créé un site VPN Gate qui recense des serveurs VPN gratuits pour les ressortissants de pays qui restreignent l'usage d'Internet.

Un doctorant en informatique, Daiyuu Nobori, de l'Université de Tsukuba au Japon a eu l'idée de créer un site VPN Gate pour aider les personnes dont les Etats restreignent l'utilisation d'Internet à contourner les firewalls des gouvernements. Ce service encourage les entreprises à mettre en place des serveurs VPN (Virtual Private Network) et à offrir des sessions à ces utilisateurs.

« Aujourd'hui, les solutions logicielles de VPN sont très complexes et ne sont pas faciles à utiliser. De plus, certains services VPN de certains pays sont très coûteux pour des personnes d'autres pays », souligne Daiyuu Nobori lors d'un entretien à nos confrères d'IDG NS. Son service propose en temps réel une liste de serveurs VPN disponibles gratuitement. Il propose également des logiciels téléchargeables pour installer et configurer le VPN et son client, afin de réduire les problématiques techniques.

Ce site a été lancé la semaine dernière et quelques jours plus tard le service a attiré 77 000 utilisateurs et fait transiter 4 To de données. « Il y a beaucoup d'utilisateurs partout dans le monde, alors je suis très heureux », explique le chercheur. Cependant, il avoue une petite faiblesse dans son initiative. « Le coût pour le transfert d'une telle quantité de données est un problème, surtout que je le paye avec ma carte de crédit ».

Un acte militant et technologique

Le doctorant avait prévu à l'origine d'héberger son service sur les serveurs de son université, mais comme ceux-ci étaient en panne, il est passé à la plateforme cloud Windows Azure. Il a dépensé environ 9 000 dollars pour maintenir le service et envisage rapidement de le migrer vers l'université. Daiyuu Nobori dispose de sa propre entreprise de VPN qui lui fournit des revenus pour pallier aux dépenses de son projet de recherche. Il a édité un logiciel VPN Open Source nommé « SoftEther ».

Le chercheur indique que ce sont les contrôles imposés aux personnes du Moyen-Orient en Egypte et en Libye qui ont motivé la création de VPN Gate. Le site est disponible en version anglaise, chinoise et japonaise. « Je suis ingénieur, je ne m'intéresse pas à la politique », précise Daiyuu Nobori. Il ajoute « cependant si les gens veulent étudier, apprendre et ne peuvent pas utiliser des services comme Wikipedia ou Google, c'est un gros problème. Certes Wikipedia a des articles politiques, mais aussi des articles sur la science ou d'autres sujets ». Dans la liste des bénéficiaires de l'offre du site, on distingue une grande majorité de connexions en provenance de Chine. Il s'agit d'amis du chercheur qui l'ont aidé à traduire des documents, mais qui ne voulaient pas être reconnus par crainte de représailles. Cette initiative intervient alors que l'Iran a décidé de bloquer plusieurs accès VPN extérieurs et de n'autoriser que les VPN "légaux".

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
26 Novembre 1990 n°434
Publicité
Publicité