Après neuf années passées au sein de l'écurie de Formule 1 Williams Racing et vingt cinq années dans les sports mécaniques, Graeme Hackland, DSI de l'écurie, a annoncé à nos confrères de CIO Royaume-Uni qu'il allait se retirer au moins de juin. Graeme Hackland a rejoint Williams Racing en janvier 2014 en tant que DSI de l'équipe de Formule 1, après avoir occupé des postes de responsabilité informatique et réseau chez Lotus F1, Renault et Benetton, d'autres écuries. Il était rattaché directement au DG Mike O'Driscoll, qui a quitté Williams Racing en décembre 2020. Il était en relation avec le fondateur et directeur de l'équipe Sir Frank Williams et, plus récemment, sa fille (et actuelle directrice de l'équipe) Claire Williams, avant le rachat de l'équipe par Dorilton Capital pour un montant non divulgué en août 2020.

Williams Racing a récemment annoncé la prochaine nomination d'un nouveau DSI, Graeme Hackland ayant aidé à rédiger la fiche de poste et à mener les premiers entretiens. L'écurie souhaite que le nouveau titulaire du rôle soit davantage focalisé sur l'informatique opérationnelle. Williams Racing pourrait envisager un DSI de transition jusqu'à ce qu'elle trouve le bon candidat pour le poste.

Un rôle en évolution

Cette nouvelle définition du rôle du DSI marque une rupture avec ce qui était attendu de Graeme Hackland. Celui-ci s'était en effet impliqué dans les métiers de l'entreprise, au-delà de la compétence traditionnelle de l'informatique. Graeme Hackland s'est classé à la douzième place du classement CIO UK 100 l'année dernière après avoir mis en oeuvre le passage au travail à distance, s'être adapté au nouveau plafond des coûts acceptés dans la Formule 1 et avoir adopté l'accès à la demande pour l'infrastructure informatique. Sous la direction de Graeme Hackland, l'équipe a établi de nouveaux partenariats avec des fournisseurs pour améliorer l'analyse des données des véhicules de Formule 1 et expérimenté l'informatique quantique.

Enfin, Graeme Hackland avait pris des mesures pour prendre en compte la diversité, l'équité, l'inclusion et la culture numériques dans toute l'organisation, avec un accent particulier sur les personnes sourdes ou malentendantes. « Comme toute l'écurie, je veux trouver, pour me succéder, quelqu'un qui peut poursuivre l'aventure et faire évoluer l'IT vers un niveau supérieur », a déclaré Graeme Hackland. Il a ajouté : « nous nous quittons en très bons termes. J'aime l'équipe et je veux que l'équipe gagne. »

L'impact de la mort de Franck Williams

Graeme Hackland a admis que la mort du fondateur et directeur de l'équipe, Frank Williams, qui a supervisé neuf championnats des constructeurs et sept championnats des pilotes pour l'équipe - y compris avec des pilotes emblématiques tels qu'Alan Prost et Nigel Mansell - a eu, bien entendu, un grand impact. Graeme Hackland s'est souvenu : « quand Frank [Williams] est décédé l'année dernière, cela m'a beaucoup affecté. Quand je suis arrivé, je voulais gagner un championnat du monde pour Frank. L'équipe veut y parvenir en sa mémoire, mais il faudra quelques années. Pour moi, c'était juste le bon moment pour changer... même s'il est trop tard pour une crise de la quarantaine » a plaisanté Graeme Hackland. Ce dont il est le plus fier concernant ce qu'il a réalisé pendant sa période de DSI de l'entreprise, outre la transformation subie par l'informatique, c'est le changement d'attitude des collaborateurs de l'écurie envers les nouvelles technologies, telles que le cloud computing.

Et son souvenir le plus cher de son passage chez Williams Racing date du début de sa carrière dans l'écurie. Il a raconté : « ma famille est venue à l'usine et j'ai pu leur faire visiter. Nous avons regardé les bureaux et nous sommes descendus à la réception, et nous étions en train de regarder la voiture dans le hall d'accueil. Frank [Williams] est entré et il a parlé à ma femme et à mes filles. Et il l'a remerciée pour le soutien de l'équipe, car il a toujours compris que ce n'était pas seulement une personne qui travaillait pour lui mais aussi sa famille. Tout le monde doit faire des sacrifices. Et quand il est parti, ma femme - qui n'est habituellement déconcertée par rien - s'est tournée vers moi et m'a dit : « Je viens de parler à Frank Williams ».

Il est temps de passer à autre chose

Graeme Hackland n'a apparemment aucune intention de se retirer au couvent. Il va escalader le Mont Kilimandjaro avec un survivant de l'attentat de Manchester, Martin Hibbert, en juin. Il est aussi un coureur de marathon régulier et il aide à construire une école en Afrique du Sud. Il espère revenir dans un autre rôle de CIO à l'avenir, même s'il a pratiquement écarté la possibilité de rejoindre une autre équipe de Formule 1. Il a relevé : « je n'ai pas l'intention de faire une pause dans ma carrière. Je pense que c'est une période réellement excitante en termes de technologie ». Il a ajouté qu'il était particulièrement intéressé par les entreprises où la technologie « rendait le monde meilleur », de la durabilité aux exosquelettes.

Le siège de l'écurie de Formule 1 Williams Racing que nous avions visité en 2015. (Crédit Serge Leblal)

Avec près d'un quart de siècle dans le sport automobile, il ne reste plus qu'une question à lui poser : qui est le plus grand pilote de Formule 1 de tous les temps ? « C'est une question à laquelle il est impossible de répondre car aucun d'entre nous n'est là [pour toujours] », a jugé Graeme Hackland. Pour lui, « décider quels sont les plus grands pilotes de tous les temps, c'est très subjectif, mais si vous ne regardez que les performances pures, personne ne peut dépasser Lewis Hamilton et Michael Schumacher. Au cours de mes vingt-cinq ans de carrière, mon pilote préféré dans une équipe où j'ai travaillé, est Fernando Alonso », tranche-t-il, ajoutant qu'il a eu deux saisons amusantes avec un pilier de la Formule 1 et fêtard renommé, Kimi Raikkonen. Il se souvient : « Nous avons remporté deux championnats. Ce furent les années les plus réussies que j'ai eues en Formule 1. Et l'équipe a remporté le prix Laureus du sport d'équipe en 2006. Et Fernando Alonso était tout simplement exceptionnel... et l'est toujours. Pour enfin répondre à votre question sur qui est le plus grand pilote de tous les temps, je ne remonterai qu'aux années 80, et, pour moi, c'est Lewis. Il a été incroyable. Il n'était pas écrit dans son contrat qu'il devait être le pilote numéro un. C'était juste gravé en lui. »