Le constructeur européen Airbus reste convaincu que l'informatique quantique présente des avantages majeurs en termes de production, de performance et d'efficacité. La technologie joue déjà un rôle dans ses activités de cybersécurité, aéronautiques et de communications. « Nous sommes utilisateurs de l'informatique quantique et nous avons l'intention de l'utiliser pour fournir des services et des systèmes plus puissants », a déclaré Paolo Bianco, responsable de la coopération mondiale en matière de recherche et de technologie pour Airbus, lors de l'événement virtuel Inside Quantum Technology Conference organisé cette semaine en ligne. « Nous ne souhaitons pas développer notre propre technologie quantique, mais nous aiderons d'autres acteurs à les développer afin de pouvoir les intégrer dans nos activités. Notre objectif est d'être prêts pour ces technologies quantiques. C'est une course, et nous voulons être opérationnels dès qu’elles seront disponibles ».

L’entreprise aéronautique,l’un des plus grands constructeurs d’avions du monde avec Boeing, a déjà un pied dans l'informatique quantique et peut influencer sur le développement de la technologie. Comme l’a expliqué M. Bianco, trois domaines clés de la technologie quantique intéressent particulièrement Airbus : la communication/sécurité, l'informatique et la détection. « Dès 2012, nous nous sommes intéressés aux communications quantiques. Á l’époque, Airbus évaluait la menace que cette technologie représentait pour la sécurité des communications », a déclaré M. Bianco. Un article publié récemment dans un blog de l’entreprise explique que « les algorithmes cryptographiques actuels, notamment le cryptage à clés asymétriques largement utilisé aujourd’hui, ne pourront pas résister aux attaques des ordinateurs quantiques de demain ». C’est pourquoi, Airbus s’est donné pour objectif « de développer une future infrastructure de communication sécurisée pour ses plates-formes aérospatiales, basée sur les technologies de l'information quantique (algorithmes, authentifications, clés) afin de renforcer la sécurité ».

Des défis pour l'informatique quantique

Airbus veut également inclure l'informatique quantique dans ses travaux sur le calcul haute performance (HPC). « Parce que nous faisons beaucoup de simulations et de conception, nous sommes de gros consommateurs de calcul intensif et nous avons investi beaucoup de temps et d'argent pour comprendre comment utiliser l'informatique quantique avec le HPC afin d’améliorer notre efficacité et nos performances », a déclaré l’entreprise. Le troisième domaine qu'Airbus cherche à développer est celui des capteurs quantiques, « efficaces pour mesurer des quantités physiques comme la fréquence, l'accélération, les taux de rotation, les champs électriques et magnétiques, et la température, avec la plus grande précision relative et absolue », a encore déclaré le responsable. « Nous pensons que la technologie pourrait avoir des applications directes pour améliorer nos systèmes de navigation où une mesure précise de l'accélération sert à fournir des données de localisation », a déclaré Airbus. « En outre, les capteurs quantiques pourraient servir de charge utile à toute une série d'applications différentes, comme la dynamique du climat à partir de satellites ou la surveillance des ressources souterraines à partir d'un avion ».

En plus de ces trois domaines, Airbus a lancé il y a 18 mois l'Airbus Quantum Computing Challenge (AQCC) afin d'impliquer la communauté quantique dans la résolution de problèmes de physique des vols aérospatiaux. « Le défi s’attaque à cinq problèmes distincts, dont l'économie de carburant, la conception des ailes d'un avion, cela avec des degrés de complexité variables, depuis la simple question mathématique jusqu’au problème global de physique du vol », a déclaré Airbus. Les résultats de ces défis, qu’ont essayé de relever des chercheurs en informatique quantique de l'équipe d'Airbus et des chercheurs tiers, étaient attendus plus tôt cette année. Mais comme pour beaucoup de choses, l'annonce du gagnant a été reportée en raison de la pandémie de Covid-19. Mais M. Bianco a fait savoir que les résultats seraient communiqués prochainement.

Partenariat avec QC Ware

Au-delà du défi, Airbus a pris part au développement de la communauté de l'informatique quantique. Par exemple, le constructeur a accordé un financement précoce au fournisseur d'informatique quantique QC Ware, dont le service basé sur le cloud permet aux entreprises d'accéder à des ressources quantiques. D'autres fournisseurs comme D-Wave, Google, IBM et Rigetti proposent des services similaires de ressources dans le cloud. Airbus a également participé au développement de technologies quantiques destinées à être utilisées dans l'espace, et l’entreprise soutient la recherche universitaire à travers le Quantum Technology Application Center. « Nous devons développer des systèmes qui dépassent de loin l'expérience quotidienne... Nous sommes prêts à aller plus loin pour comprendre la technologie que nous allons utiliser », a encore déclaré M. Bianco. « Le secteur aéronautique pourrait aider à comprendre et à trouver des applications pour l’informatique quantique, en particulier dans les environnements extrêmes », a-t-il ajouté.