Depuis son rachat en avril 2022 par Rakuten Symphony, la branche télécom du groupe japonais Rakuten, Robin.io, qui proposait une plateforme Kubernetes multicloud taillée pour le stockage persistant et les applications réseau complexes comme le vRAN, a considérablement élargi son champ d’application. Comme nous l’a expliqué Partha Seetala, l’ancien CEO de la start-up et désormais président de l’activité cloud de Rakuten Symphony, le périmètre commercial de l’activité s’est considérablement élargi avec une ouverture vers les entreprises et le déploiement de solutions edge. « Symphony est le pionnier de l'Open RAN, comme base architecturale fondamentale pour déployer des réseaux 5G. Et nous avons participé à ce voyage en tant que fournisseur de Rakuten, mais maintenant nous faisons partie de leur pile de solutions. Ce que vous voyez avec l'Open RAN, c’est l'utilisation de Kubernetes pour exécuter certaines classes de charges de travail. Kubernetes, c’est le stockage et toutes les choses autour, mais l’un des points fondamentaux est le compute et les applications. Tout le monde comprend qu'elles fonctionnent dans le cloud public. Mais avec certaines classes de charges de travail, il est très important de déplacer l'informatique au plus près de l'endroit où les données sont produites ».

Comme chez Red Hat avec Openshift, Rakuten Symphony a greffé ses services autour de sa distribution Kubernetes. (Crédit S.L.)

Le dirigeant cite l’exemple des chaînes de restauration rapide avec un point de vente, un système de gestion des stocks et quelquefois un environnement virtualisé. Kubernetes est aussi poussé dans ce cas d'utilisation où l'informatique se rapproche de la périphérie (edge). La 5G privée et le WiFi très haut débit se déploient également dans les centres commerciaux qui installent des caméras vidéo haute définition pour faire de la détection de fraude, contrôler les allées et venues.... et tout cela doit être traité essentiellement à la périphérie. Partha Seetala considère donc qu’il y a aujourd’hui un intérêt certain pour ces plateformes - plus rentable et plus facile à gérer - qu’il qualifie de périphérie  distribuée. Mais pourquoi ne pas déplacer toutes ces charges de travail vers un cloud central ? « C'est très coûteux, car il y a pas mal de données à déplacer sur le réseau. Pour travailler au plus près, nous proposons notre plateforme Symworld Cloud que nous qualifions de Distributed Stateful Edge. Elle est capable de traiter et filtrer en temps réel les données à la périphérie ».

Si Symworld CNS ne gère pas encore nativement le stockage en mode objets, c'est en bonne voie. (Crédit S.L.)

Cette solution se compose de trois produits :

- Symworld CNP (cloud native platform), une distribution Kubernetes totalement intégrée, axée sur le stockage et la mise en réseau, avec des services dédiés aux usages edge (dans l’industrie notamment) et une attention particulière apportée aux déploiements à distance. Ce produit repose bien sûr Robin Cloud native platform. 

- Symworld CNS (cloud native storage), une plateforme de stockage cloud pour K8’s avec un focus sur les applications et le data management où des volumes peuvent être manipulés comme un ensemble ou comme un simple groupe logique. Symworld CNS fonctionne également sur d'autres distributions Kubernetes. Les principaux hyperscalers utilisent leur propre distribution Kubernetes, mais ils veulent intégrer au besoin des charges de travail extérieures. Rakuten Symphony travaille donc ici comme un fournisseur.

- Et enfin Symworld Orchestrator, un orchestrateur multidomaine pour les infrastructures (bare-metal), les applications et le domaine de services.

Pour déployer des centaines de serveurs edge, Rakuten Symphony met en avant son orchestrateur capable de travailler en mode bare-metal si besoin. (Crédit S.L.)

Fichiers et blocs, mais pas encore d'objets en natif

Avec sa plateforme, Rakuten Symphony vient concurrencer des acteurs comme Red Hat avec OpenShift, qui s’est justement rapproché de Nutanix pour attaquer le marché de l’edge. Partha Seetala affirme toutefois que sa solution de stockage est trois fois plus rapide que la plateforme Ceph exploitée par Red Hat. « C’est une technologie vieille de 20 ans ». Quant à la concurrence avec VMware et Tanzu, il écarte également la menace en pointant que l’éditeur réutilise vSAN pour le stockage et NSX-T pour le réseau. Pour cette dernière partie, Rakuten Symphony utilise comme Red Hat le composant Calico, « mais le défi n'est pas seulement d'utiliser la bonne virtualisation dans la pile réseau virtualisée. Il s'agit de comprendre les exigences de ces applications qui ont besoin d’une latence très faible et de les concilier avec Kubernetes, qui veut faire abstraction de tout le matériel sous-jacent, comme les accélérateurs FPGA. L'idée générale ici n'est pas seulement de faire du réseau, mais de rendre le réseau accessible aux personnes qui ne sont pas des experts en réseau ». 

Pour la partie stockage, Rakuten Symphony travaille en mode blocs et fichiers, et peut proposer la plateforme de Minio pour la partie objets. L’idée est toutefois de fournir avant l’été un objet store développé en interne pour éviter tout problème de licence avec Minio. Un problème délicat auquel Nutanix a été confronté l’an dernier. «  Nous dirons au client qu'il peut choisir n'importe quel fournisseur de stockage objets, mais les clients nous demandent de fournir du stockage fichier et objet aussi. Nous ne pouvons pas packager la solution open source Minio, souvenez-vous du problème de licence de Nutanix. Et comme, nous avons beaucoup d'expertise dans le stockage, nous allons développer notre object store pour être complet ». Ce sera une licence optionnelle pour les clients qui le souhaitent. Pour la tarification de sa solution, le dirigeant indique simplement que le modèle de prix est en dollars par serveur. « C'est un abonnement annuel par rapport au nombre de serveurs sur lesquels vous installez notre logiciel. Nous sommes passés de la tarification par noyau à la tarification par serveur et vice-versa. Mais pour l'instant, nous avons opté pour la tarification par serveur parce que les clients le veulent ». En ce qui concerne le stockage, Rakuten Symphony ne facture pas à la capacité sauf pour la partie objet à venir.