En direct de Los Angeles. A l'occasion de sa TechFest (7-9 juin 2022) de Los Angeles, le fournisseur de solutions et de services de stockage flash Pure Storage a multiplié les annonces. Après sa plateforme de stockage fichiers et bloc en mode scale out FlashBlade//S, le fournisseur californien a levé le rideau sur un autre mode de consommation de ressources de son service Evergreen. Aux côtés de ses offres Forever (ex Gold) et One (ex Pure as a service), une troisième a vu le jour : Flex.

Pure Storage n'est pas le seul acteur du marché à proposer - loin s'en faut - un modèle d'abonnement pour consommer des ressources de stockage. C'est par exemple aussi le cas de Dell (Apex), HPE (Greenlake), NetApp (Keystone Flex Subscription), etc. Pour autant, le fournisseur tient à mettre une particularité qui fait selon lui toute la différence : « Ce qui nous différencie fondamentalement des autres est qu'il ne s'agit pas que d'un modèle de financement », nous a expliqué Charlie Giancarlo, CEO de Pure Storage. « Nous sommes la seule société à garantir que les produits de stockage dans Evergreen ne s'arrêtent jamais et que ceux que nous avons vendu il y a dix ans continuent non seulement de tourner mais fonctionnent comme ceux que nous avons vendu hier ». Et le CEO d'enfoncer le clou : « Après trois ou cinq ans, les autres concurrents changent leurs modèles et forcent les entreprises à des upgrades. Evergreen assure que les systèmes sont toujours à la page ».

Déplacer les ressources de stockage pour servir les applications

Le postulat de Flex est simple : proposer aux entreprises de réunir - en quelque sorte - le meilleur des deux mondes, à savoir acquérir ses propres ressources matérielles de stockage (FlashArray et/ou FlasBlade) en les adossant à une facturation uniquement liée à la capacité de stockage consommée. Evergreen//Flex se différencie ainsi de Forever, basé sur de l'achat de matériels avec un abonnement quelque soit l'usage, et de One, uniquement basé sur un mode locatif où l'entreprise loue le matériel adossé à un abonnement fixe.

Prakash Darji

Prakash Darji, vice-président et general manager de l'expérience client de Pure Storage, est notamment en charge du portefeuille Evergreen. (crédit : D.F.)

Parmi les atouts d'Evergreen//Flex, la possibilité de déplacer des ressources de stockage là où les entreprises en ont le plus besoin. « Les composants de base qui nous permettent de faire Evergreen Flex c'est l'architecture désagrégée, d'être capable de faire des mises à jour, d'avoir un logiciel qui supporte d'avoir à un instant donné des composants de différentes générations dans une plateforme ainsi que des outils de prédiction de volumétrie et de performance », nous a expliqué Fred Lherault, field CTO EMEA de Pure Storage. « Si nous n'avions pas l'architecture au sein des produits que nous avons, nous ne serions pas capable de prendre des médias d'un site et de les amener sur d'autres pour les réutiliser, c'est très dur à faire en règle générale ». Pour cela Pure propose ce qu'il appelle des « data packs mobility » pour déplacer des ressources de stockage sur d'autres systèmes basés sur des technologies flash TLC/QLC et d'apporter des ressources de stockage pour les applications qui en ont besoin. Aucun tarif n'a cependant été précisé.

Pas de SLA dans Evergreen//Flex

Manque de culture de l'entreprise, besoin d'acquisition en mode capex pour assurer l'obtention de crédits de recherche... De nombreuses raisons peuvent être mises en avant par les entreprises pour continuer à acheter leurs solutions mais ce ne sont pas les seules. « Lorsque l'on construit des services cloud internes et que l'on n'a pas une bonne compréhension de la vitesse à laquelle la consommation va augmenter, aller vers un mode de consommation à la demande tel qu'Evergreen One c'est idéal, mais les petites entreprises ne vont peut être pas y arriver, et Flex peut pour cela être une bonne étape intermédiaire », poursuit Fred Lherault. Pour se lancer dans Flex, les entreprises doivent d'abord identifier les sites sur lesquelles les infrastructures Pure seront déployées et d'acheter les matériels. La souscription inclura ensuite à la fois les logiciels et les services associés sur la base d'un engagement miminum de 36 mois, et la fourniture de mesures d'usage quotidien des ressources consommées pour chaque site et pour chaque contrôleur. 

Contrairement à Evergreen One qui repose uniquement sur des infrastructures de stockage appartenant et gérées par Pure Storage, Flex mobilise forcément l'entreprise qui peut les héberger dans son propre datacenter ou les confier par exemple à un tiers. Mais si Flex peut constituer un bon moyen de mettre un premier pied à l'étrier en matière de consommation de ressources de stockage à la demande, elle ne propose cependant aucun SLA (performance, capacité et disponibilité). Un point faible qui pourra refroidir en particulier les entreprises ayant des processus ou des workloads critiques ou tenant à des engagements élevés en termes de qualité de service.