En direct de Las Vegas. Après la partie infrastructure, l’évènement CloudWorld d’Oracle s’est penché sur la partie applicative et plus exactement sur sa plateforme de développement pour sa suite ERP Cloud Fusion. Steve Miranda, vice-président exécutif Application Development chez Oracle, part du constat que « de plus en plus d’entreprises veulent ajouter des applications au sein de leur ERP ». Elles sont donc à la recherche d’une « simplification et de plus en plus d’automatisation ». La plateforme présentée comprend plusieurs briques à disposition des développeurs rassemblées sous l’architecture nommée « Redwood ».

Une plateforme de développement pré-packagée

Ces composants comprennent des modèles de pages optimisés pour différents cas d'utilisation, un moteur de recherche, des recommandations d'auto-apprentissage, une gestion des performances basée sur la télémétrie et des outils de développement low code. Sur la partie UX, Oracle pousse son service Building Blocks qui propose neuf templates. « Ils vont du plus basique en gérant les questions d’accessibilité, d’affichage et l’aspect international, jusqu’à des pages intégrant le langage naturel pour développer des chatbots par exemple », glisse Rajan Krishnan, VP sur l’activité produit de développement. Le moteur de recherche est basé sur une instance Elasticsearch donnant aux développeurs des capacités de recherches auto-adaptatives, des suggestions et des correcteurs de typographie à travers du machine learning.

Les différentes briques disponibles au sein d'Application Platform d'Oracle (Crédit Photo : Oracle)

Le low code n’est pas oublié avec Visual Builder Studio ouvert aux développeurs débutant mais aussi confirmés pour ajouter des fonctionnalités au sein de leurs applications. La plateforme comprend par ailleurs un composant de data visualisation et gère nativement la télémétrie. « Il est important d’avoir des feedbacks en temps réel sur l’usage et la qualité de services des applications. La télémétrie donne cette possibilité », constate Rajan Krishnan.

B2B Commerce sur ERP Fusion Cloud et HCM boosté

Dans ERP Fusion Cloud, l’heure est aussi au partenariat pour intégrer nativement au sein d’une même plateforme certaines tâches. Dans ce cadre, Oracle a dévoilé B2B Commerce, une offre automatisant les transactions inter-entreprises. Pour se faire, la firme s’est associée à JP Morgan et FedEx. Le premier apporte ses services bancaires et de cartes de paiement, tandis que le second porte sur les solutions dédiées à la logistiques (établissement de devis en temps réel ainsi que des capacités d'expédition et de suivi). Ces différentes briques seront disponibles depuis la plateforme ERP Fusion Cloud, réduisant ainsi les coûts d’intégration et de déploiement pour les entreprises.

Pour les ressources humaines, la suite HCM s’enrichit de plusieurs fonctionnalités pour le recrutement et la fidélisation des talents. Parmi elles, il y a Recruiting Booster qui comme son nom l’indique vise à automatiser et personnaliser le processus de recrutement. Concrètement, elle comprend plusieurs éléments comme la promotion d’évènements d’embauche, une messagerie dédiée avec le candidat et même un assistant. Ce dernier se charge lui aussi de multiples tâches administratives telles que l’inscription, la pré-qualification via un questionnaire, la planification d’entretien, …

Larry Ellison veut moderniser le secteur de la santé

Enfin sur la partie sectorielle, Larry Ellison, Larry Ellison, cofondateur et CTO d'Oracle, s’est démarqué de sa traditionnelle intervention fleuve comparant les offres Oracle avec la concurrence pour se concentrer sur le domaine de la santé. Un secteur pour lequel Oracle a cassé sa tirelire en s’offrant Cerner pour près de 30 milliards de dollars. La société originaire du Missouri vend des logiciels utilisés par les hôpitaux pour stocker et analyser les dossiers médicaux et les données liées. Le CTO d’Oracle est revenu sur l’impact de la pandémie de Covid et la capacité des solutions de la firme américaine à aider les laboratoires à travailler et trouver des vaccins contre le virus. Mais il veut aller plus loin pour protéger l’humanité d’une prochaine pandémie. « Nous devons automatiser l'ensemble de l'écosystème mondial des soins de santé. Certaines de ces données peuvent être partagées entre les nations pour créer un système mondial de santé publique », glisse le milliardaire.

Larry Ellison, Larry Ellison, cofondateur et CTO d'Oracle, a de grandes ambitions dans le domaine de la santé. (Crédit Photo: JC)

Son intervention était clairement orientée sur l’organisation des soins aux Etats-Unis où les données patients sont très fragmentées et finalement inefficaces. Il relève avec ironie, « si vous avez un accident, l'hôpital connaîtra votre dossier financier, mais pas si vous êtes allergique à la pénicilline ». Si le co-fondateur d’Oracle promet un système sécurisé, résilient et anonymisé, il risque de se heurter aux contraintes réglementaires notamment en Europe.