Créée par des anciens d'Oracle et DSSD, Iodyne commercialise depuis peu le Pro Data, un boîtier de stockage externe en mode Raid intégrant une dizaine de SSD NVMe au format M2. Ce qui donne au total une capacité de stockage brute de 12 To avec des SSD de 1 To et jusqu’à 24 To avec des modèles 2 To. Équipé d’un contrôleur de type SoC, épaulé par 32 Go de RAM ECC, ce boîtier travaille en Raid 0 (12 ou 24 To) ou Raid 6 (10 ou 20 To) avec chiffrement, selon les besoins des utilisateurs. Coté interface, le Pro Data est équipé de 8 ports Thunderbolt -  4x2 deux en fait - assurant un débit théorique de 5 Go/s grâce à la technologie propriétaire Multipathing. Toutefois, seuls quatre postes de travail pourront utiliser un espace de stockage alloué. Il est également possible de chaîner jusqu’à six Pro Data en série par paire de ports Thunderbolt pour augmenter les capacités de stockage (576 To maximum). 

 

Plus long et plus épais qu'un Macbook, le Pro Data d'Iodyne accueille 12 SSD NVMe au format M4 sur sa carte mère. (Crédit S.L.)

Puisqu’il ne s’agit pas d’un NAS, il n’y a pas de connecteur réseau, bien que ce boîtier puisse entrer en concurrence avec un Synology FS2500 (rack 1U avec 12 slots SSD en SATA) équipé de deux interfaces 10 GbE et capable de travailler en mode bloc avec le protocole iSCSI. Pourquoi parler d’un NAS full flash alors que le Pro Data est un boîtier externe transportable destiné au marché des créatifs (photographes, vidéastes et autres musiciens) à la recherche de capacité de stockage et de performances ? À cause du prix. Le Pro data est commercialisé au tarif de 3 950$ HT pour le modèle 12 To et 7 500$ HT pour le 24 To (il n’y a pas encore de prix en euros). Compter 3 500€ HT, sans les SSD Sata, pour le Synology FS2500, alors qu’un modèle full flash NVMe, le TDS-h2489FU-4314, est facturé 18 500€ - toujours sans les SSD - chez Qnap avec 24 slots NVMe et des ports 25 GbE. Ou mieux une carte Thunderbolt 3 QXP-T32P à installer sur un NAS de la marque. Au prix d’une plus grande complexité, on entre dans une autre catégorie avec des fonctions d’administration avancées et la possibilité d’installer de nombreux services, des VM et même des containers avec Docker. Signalons au passage que le Pro Data accueille des ersatz de containers pour la création des volumes.  

Iodyne utilise un aluminium épais pour le châssis de son boitier Pro Data. (Crédit S.L.) 

Pour séduire les créatifs, Iodyne mise sur le design soigné de son boîtier de stockage externe avec un châssis en aluminium, qui emprunte ses codes à celui des anciens Macbook d’Apple. Les composants sont facilement accessibles pour d’éventuels dépannages, le capot supérieur se démonte en deux parties pour dévoiler le contrôleur SoC, les deux bridges PCI et les SSD NVMe avec radiateurs. Il n’y a pas de ventilateurs, le produit est donc silencieux. Compact, ce boîtier est parfaitement transportable, même s’il a toujours besoin d’une prise de courant pour fonctionner. Au quotidien, le Pro data travaille aujourd’hui avec des Mac grâce à une app dédiée – le support de Windows et Linux est en cours - qui permet de créer des volumes – baptisés containers - avec des formats de fichiers différents et des mots de passe pour les différents utilisateurs. Précisons que les containers ne sont pas partagés, mais transférables d’un utilisateur à un autre grâce à la technologie maison Storage Handoff pour favoriser la collaboration.

Lors de la présentation de son produit à Mills Valley, en Californie, l’équipe d’Iodyne a mis en avant une série de benchmarks réalisés par des tiers et compilés par le fournisseur avec les mesures du débit de son Pro Data et de boitiers externes (Seagate Barracuda, Samsung X5, Samsung T7 Touch et LaCie Rugged). Une compilation hétéroclite avec des produits à 3950$ HT et d'autres à 300$ HT, que nous avons décidé de ne pas relayer : quel est donc l’intérêt de comparer un système flash en mode Raid (0 ou 6) et des lecteurs externes (DD et flash) dépourvus de contrôleur Raid ? Le produit d'Iodyne est intéressant, mais la posture marketing vraiment agaçante. Impossible, malgré notre demande à l'équipe, de connaitre le type de contrôleur utilisé dans le Pro Data. Ce n'est pas très grave, il suffira de démonter le capot, de soulever le ventilateur et de gratter un peu la puce pour connaitre son origine. C'est à la portée de tous les utilisateurs intéressés par leur matériel.