Les données publiées par Lansweepere, éditeur d'une plateforme de gestion des actifs informatiques en entreprise indiquent que les mises à niveau vers Windows 11 ont presque triplé au cours des trois derniers mois, mais que le taux d'adoption global reste faible. L'enquête menée sur plus de 10 millions de PC professionnels par l'éditeur a montré que 1,44 % des terminaux fonctionnent désormais sous Windows 11, soit une augmentation par rapport aux 0,52 % de janvier.

« L'adoption globale reste lente, près de six mois après le lancement initial de Windows 11 auprès du grand public, car les recherches précédentes de Lansweeper ont révélé que 55% des terminaux analysés ne sont pas capables d'être mis à niveau vers Windows 11 », a déclaré la société. Alors que la majorité des PC scannés ont passé le test de la RAM (91%), seule la moitié environ des TPM (Trusted Platform Module) des PC testés répondaient aux exigences - 19% ont échoué et 28% n'étaient pas compatibles avec le TPM ou ne l'avaient pas activé.

Des prévisions loin d’être optimistes

« Pour les environnements virtualisés, les prévisions sont moins optimistes », a déclaré l'éditeur. « Alors que la compatibilité du CPU est légèrement plus élevée à 44,9%, nos recherches montrent que seulement 66,4% ont assez de RAM. Concernant le TPM, les nouvelles sont sombres, seulement 0,23% de tous les environnements virtuels ont le TPM 2.0 activé. Ce n'est pas vraiment une surprise, le TPM n'a jamais été requis pour Windows et, bien que le TPM passthrough (vTPM) existe afin de donner un TPM aux machines virtuelles, il est rarement utilisé. La plupart des instances virtuelles devront être modifiés pour obtenir un vTPM avant de pouvoir passer à Windows 11 ».

« Les TPM sur les serveurs physiques n'ont passé le test que 1,49 % du temps, ce qui signifie qu'environ 98 % d'entre eux échoueraient à la mise à niveau si Microsoft crée un système d'exploitation pour serveurs avec des exigences similaires à l'avenir. Pour les serveurs virtuels, là encore, il n'y a presque pas de serveurs équipés de TPM ». Les données de Lansweeper contrastent fortement avec celles d'AdDuplex, éditant un outil de monitoring des PC, dont les dernières données indiquent un taux d'adoption de 19,4 %. Les recherches d'AdDuplex ont toutefois montré que la croissance de Windows 11 avait stagné le mois dernier ; la part de marché de Windows 11 n'a augmenté que de 0,1 % par rapport aux autres éditions de Windows.

Des résultats à prendre avec des pincettes

Jack Gold, analyste principal chez J. Gold Associates, a déclaré que les chiffres d'AdDuplex sur l'adoption de Windows 11 sont trop élevés, et que l'affirmation de Lansweeper selon laquelle 55 % des machines ne peuvent pas exécuter Windows 11 est probablement trop faible. « Je doute sincèrement que Windows 11 fonctionne sur 19% de tous les PC utilisés aujourd'hui, puisque Windows 10 ne fonctionne que sur environ 75% des PC, selon les chiffres que l'on croit », a déclaré M. Gold. « Cela signifie qu'à 19%, environ 25% des machines Windows 10 pourraient être mises à jour vers Windows 11. J'ai du mal à croire que 25 % de toutes les terminaux sous Windows 10 existants soient même compatibles avec le dernier OS, étant donné que de nombreux PC utilisés ont de trois à cinq ans, voire plus (probablement au moins 40 %) ».

En évaluant les données d'AdDuplex et de Lansweeper, il est important de comprendre comment les entreprises ont obtenu leurs chiffres respectifs, que ce soit par le biais d'un navigateur Web interagissant avec certains sites Web (un groupe d'utilisateurs auto-sélectionnés) ou par un utilisateur volontaire exécutant le logiciel de l'entreprise (encore une fois, un sous-groupe auto-sélectionné), a déclaré Jack Gold. « Sans savoir exactement comment ils obtiennent leurs chiffres, il est assez difficile d'évaluer leur précision. Mais je pencherais certainement pour un chiffre plus bas que pour un chiffre plus élevé », a-t-il déclaré. Il est probable que toute machine de plus de deux ans ne sera pas compatible avec Windows 11 (et ne pourra donc pas être mise à niveau). Et il est encore plus improbable que les PC soient conformes s'il s'agit de machines anciennes et bas de gamme, a ajouté M. Gold.

Données basées sur les recherches de Lansweeper sur plus de 10 millions d'appareils Windows. (Crédit : Lansweeper)

Windows 11 délaissé par manque d'intérêt ?

En décembre, les données d'AdDuplex ont montré que le taux d'adoption de Windows 11 avait atteint près de 9 % ; ce chiffre, là encore, contrastait fortement avec les chiffres publiés par Lansweeper. A l'époque, il montrait que la dernière plateforme avait un taux d'adoption inférieur à 1 %. Microsoft a fait pression pour que les utilisateurs passent à Windows 11, mais l'écrasante majorité d'entre eux ont choisi de rester sous Windows 10.

Roel Decneut, directeur de la stratégie chez Lansweeper, a déclaré que, contrairement aux versions précédentes de Windows, Windows 11 est simplement une version ajustée de Windows 10, et que les différences fondamentales entre les deux sont minimes. « C'est probablement la principale raison pour laquelle les entreprises sont contre la mise à niveau vers une nouvelle version, et presque non éprouvée, plutôt que de rester avec ce qu'elles connaissent avec Windows 10 », a déclaré Roel Decneut.

Pas de de conclusion hâtive

Steve Kleynhans, vice-président de la recherche chez Gartner, a convenu que les entreprises ne se plongent pas vraiment dans ce système d'exploitation. Et ils ne devraient pas le faire avant 2023. Néanmoins, il estime qu'il est « un peu » tôt pour tirer des conclusions sur le succès de Windows 11. « Si, techniquement, la mise à jour du système d'exploitation date de six mois, un très grand pourcentage de machines ne se voyaient pas proposer la mise à jour il y a seulement deux mois », a-t-il déclaré. « Le [taux d'installation] actuel n'est probablement que l'évolution normale du marché au cours des premières étapes de toute nouvelle version du système d'exploitation et non le signe de quelque chose de vraiment problématique ».

Les données de AdDuplex indiquent que l'adoption de Windows 11 a ralenti. (Crédit : AdDuplex)

Les résultats actualisés de l'enquête de Lansweeper montrent toutefois que le nombre de machines utilisant des systèmes d'exploitation « en fin de vie » (c'est-à-dire des plateformes qui ne sont plus prises en charge par Microsoft) est tombé à 6,6 %, contre 9,75 % en janvier. Une part importante de ces systèmes fonctionne sous Windows XP et Windows 7 - des logiciels que Microsoft a cessé de prendre en charge respectivement en 2014 et en 2020.

Une lente adoption prévue pour Windows 11

« Bien que le taux d'adoption augmente petit à petit, il est évident que les mises à niveau de Windows 11 ne se font pas aussi rapidement que Microsoft l'avait espéré, en particulier dans l'environnement professionnel. De nombreuses entreprises ont été dissuadées de devoir acheter d’autres machines répondant à ces conditions [matérielles], tandis que d'autres sont simplement satisfaites de l'existence actuelle de Windows 10, qui continue d'être pris en charge jusqu'en 2025 », a déclaré Roel Decneut.

En raison des différences minimes entre Windows 10 et 11, l'adoption lente de ce dernier devrait se poursuivre, à moins que les entreprises n'aient une raison impérieuse de procéder à une mise à niveau, a expliqué M. Decnuet. « Pour ceux qui cherchent à adopter Windows 11, la première étape consiste à évaluer lesquels de leurs PC existants sont capables d'être mis à niveau », a-t-il déclaré. « C'est la raison pour laquelle la gestion des actifs informatiques est si importante pour les entreprises, capables d'exécuter des audits approfondis des appareils qui peuvent indiquer aux équipes IT les spécifications matérielles des machines afin qu'elles puissent évaluer combien d'appareils sont capables d'être mis à niveau et le coût potentiel d'un tel mouvement ».