Pour évoluer dans le monde de l’IT et négocier un salaire plus élevé, deux options sont possibles : se former pour acquérir des compétences spécifiques ou passer des certifications. Une étude menée par Foote Partners que nos confrères d'IDG ont pu consulter, montre que miser sur la première option peut s’avérer gagnante par rapport à l’autre. Mais comme dans toute analyse, il faut pondérer le propos. En effet, les salaires sont plus élevés pour les personnes disposant d’une expérience en analyse et évaluation des risques, les smart contract, le devsecops, le deep learning et la blockchain.

Dans le détail, la compétence entraînant le bonus le plus élevé est l’analyse de risques. Ce bonus a augmenté de 12% au cours du premier trimestre 2021, selon l’étude. La bourse des DSI devra aussi se délier pour recruter des experts en Apache Pig, une plateforme vieille de dix ans scénarisant l’analyse de grands ensembles de données sur Hadoop. Un temps remisé, elle connait un regain d’intérêt avec une prime qui grimpe de 20% depuis le début de l’année.

Une forte demande pour des compétences autour des données

Parmi les autres compétences déjà fort bien rémunérées pour lesquelles les primes augmentent encore, citons Amazon DynamoDB, Apache Cassandra, le PaaS Cloud Foundry PaaS, les microservices, MLops et Splunk. Toutes ces expériences impliquent un bonus de plus de 16% par rapport au salaire de base. En sachant que la prime moyenne versée pour l’une des 621 compétences suivies par Foote Partners était de 9,4% au deuxième trimestre 2021. Le record est de 9,6% au cours du premier trimestre 2020, ce qui souligne la demande continue des profils IT qualifiés tout au long de la pandémie.

Il y a cependant des compétences qui ne font plus recettes. Ainsi, les primes pour les spécialistes SAP et autres applications métiers sont en baisse de 12,5% par rapport à 2020. Les compétences en développement de site d’e-commerce voient leur bonus reculer de 5,4%. Les talents sur les bases de données et les OS n’augmentent leur rémunération que 0,4% et 0,7%. Pour les experts en méthodologie de développement et de gestion d’applications, le bonus progresse de 1,8% sur l’année.

Bouchons sur les certifications

En dehors de la formation sur ces compétences et de l’expérience, les salariés peuvent également obtenir un salaire plus élevé en obtenant des certifications, mais leur valeur relative continue de baisser. Le rapport a analysé les bonus liés à 546 certifications IT et ils représentent une hausse moyenne de 6,6% du salaire de base. Il s’agit du niveau le plus bas depuis 7 ans creusant ainsi l’écart entre les compétences IT certifiées et non certifiées.

Pour expliquer cette tendance, le CEO de Foote Partners, David Foote constate une augmentation de l’offre de certifications qui dépasse la demande de personnes certifiées. Une analyse pragmatique, car de nombreux salariés ayant été au chômage pendant les confinements se sont tournés vers les formations en ligne pour trouver un meilleur emploi. C’est le cas dans le domaine de la cybersécurité où de nombreuses personnes ont obtenu des certifications, mais la prime ne cesse de diminuer (-1,5% sur le dernier trimestre et -7,5% sur l’année).

La seule catégorie de certifications qui voit les primes augmenter est celles liées aux bases de données avec des bonus moyens en hausse de 1,5% pour le trimestre (mais toujours en baisse de 2,6% sur l’année). D’autres certifications restent des valeurs sûres comme : SAS Certified Data Scientist Using SAS 9 et Information System Security Engineering Professional (ISSEP/CISSP). Le rapport cite également le GIAC Web Application Penetration Tester (GWAPT), Google Certified Professional Cloud Architect, Okta Certified Professional, Oracle Certified Professional (OCP) - DBA, et Microsoft Certified Azure Solutions Architect Expert.